Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole au plus haut depuis un an à New York après les stocks US

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fortement monté mercredi pour finir à un niveau sans précédent depuis plus d'un an à New York, les investisseurs envisageant une résorption durable de la surabondance d'or noir après l'annonce inattendue d'une baisse des réserves américaines.
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a gagné 1,31 dollar à 51,60 dollars sur son contrat pour livraison en novembre, un niveau qu'un cours de référence n'avait pas atteint à la clôture depuis juillet 2015.

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a pris 99 cents à 52,67 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), sans dépasser lui son plus haut niveau de clôture de l'année, atteint la semaine précédente à plus de 53 dollars.

"Le marché a été tiré vers le haut par une baisse inattendue et conséquente des stocks de pétrole brut" aux Etats-Unis, a mis en avant Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Alors que les analystes tablaient sur une hausse hebdomadaire des réserves de brut, le département américain de l'Energie (DoE) a annoncé mercredi un recul de plus de cinq millions de barils et accentué l'élan d'un marché déjà encouragé la veille au soir par des estimations semblables de la fédération American Petroleum Institute (API).

A l'exception d'un rebond la semaine précédente, ces stocks déclinent de façon continue depuis plus d'un mois et demi aux Etats-Unis, ce que les investisseurs commencent à percevoir comme une tendance lourde.

Ces chiffres "laissent croire à un rééquilibrage du marché mondial", expliquait Phil Flynn, de Price Futures Group, avant même que le DoE confirme les estimations de l'API. "Cela va bien finir par nettement réduire la surabondance de pétrole aux Etats-Unis et dans le monde."


- La Libye scrutée

Certains observateurs restent néanmoins prudents, car ils pointent que le déclin des réserves est plus dû à des importations en berne qu'à un recul de la production, d'ailleurs en petit rebond la semaine dernière, ce qui ne résout pas la situation mondiale.

Sur ce plan aussi, toutefois, "il y a de nouveaux signes encourageants quant au fait que les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et des pays extérieurs vont continuer à collaborer sur une baisse de leur production", a rapporté M. Flynn.

Au moment où le marché profite des spéculations sur la mise en oeuvre d'un accord encore préliminaire de baisse de l'offre au sein du cartel, annoncé fin septembre, l'Arabie saoudite, membre dominant de l'OPEP, a assuré mercredi par la voix de son ministre de l'Energie que des progrès avaient été faits en ce sens la semaine dernière lors de discussions à Istanbul.

"Chaque jour, on a l'impression de patauger dans la semoule à subir le barrage quotidien de rhétorique de l'OPEP", a minimisé dans une note Matt Smith, de ClipperData, soulignant qu'il fallait "juxtaposer les propos du cartel avec ses actions".

De fait, différentes estimations ont fait état ces dernières semaines d'une production toujours élevée au sein des membres de l'OPEP.

Mercredi encore, "on dirait que la Libye continue à accélérer sa production avec le redémarrage du gisement de Waha", a écrit Tim Evans, de Citi.

Sujette à une complexe guerre civile, "la Libye fait toujours face à de grosses divisions politiques mais, pour le moment, l'attitude qui semble domine, c'est +les affaires sont les affaires+", a-t-il ironisé.

Enfin, les investisseurs ont digéré des chiffres relativement positifs de la Chine, deuxième consommateur de pétrole après les Etats-Unis, dont la croissance est restée stable au troisième trimestre, rassurant sur la demande, et dont la production d'or noir a, elle, chuté de 10% sur un an le mois dernier

(c) AFP

Commenter Le pétrole au plus haut depuis un an à New York après les stocks US

Commentaires   

0 #1 NABAN 19-10-2016 22:55
Toujours la même rengaine, les stocks ont baissé " c'était inattendu" d'après les analystes!! toujours les mêmes charlots. De toute façon, si le brut augmente de trop, les gens vont se restreindre et pour le coup, l'offre aura du mal à s'écouler!! Quel monde pourri et de pourri!!!!


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 22 novembre 2017 à 12:18

Le pétrole monte, les réserves de brut des états-Unis auraie…

Londres: Les prix du pétrole montaient mercredi en cours d'échanges européens alors que la fédération américaine professionnelle de l'API a estimé que...

mercredi 22 novembre 2017 à 06:22

Le pétrole grimpe en Asie

Singapour: Le pétrole était orienté à la hausse, mercredi matin, dopé par des estimations d'une nette baisse des réserves américaines de brut...

mardi 21 novembre 2017 à 21:08

Le pétrole profite de propos favorables à un accord de l'Ope…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en hausse mardi, profitant de signaux optimistes sur...

mardi 21 novembre 2017 à 18:19

Le pétrole stable, prudence des marchés avant la réunion de …

Londres: Les cours du pétrole se stabilisaient mardi en fin d'échanges européens alors que les investisseurs restaient prudents à une dizaine de...

mardi 21 novembre 2017 à 18:11

Pétrole/corruption: six dirigeants de la filiale américaine …

Caracas: Les autorités vénézuéliennes ont arrêté le président et cinq vice-présidents de Citgo, la filiale américaine du groupe pétrolier vénézuélien PDVSA, pour...

mardi 21 novembre 2017 à 15:29

Le pétrole en hausse à New York, saluant des commentaires ir…

New York: Le pétrole new-yorkais évoluait en hausse mardi peu après l'ouverture, les investisseurs saluant des commentaires rassurants quant à l'éventuelle prolongation...

mardi 21 novembre 2017 à 12:16

Le pétrole remonte, le marché hésite avant Thanksgiving

Londres: Les prix du pétrole remontaient mardi en cours d'échanges européens dans un marché peu actif alors que les échanges seront interrompus...

mardi 21 novembre 2017 à 10:59

Fin des hydrocarbures: pas d'accord entre députés et sénateu…

Paris: Pas d'accord: les députés et les sénateurs ont échoué mardi à trouver une version commune du projet de loi sur la...

mardi 21 novembre 2017 à 10:39

Norvège: production pétrolière plus faible que prévu en octo…

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté en octobre, mais ressort en deçà des...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite