Menu
RSS

Pétrole: la perspective d'un rééquilibrage s'éloigne, les cours plongent

prix du petrole ParisParis: Le marché pétrolier devra prendre son mal en patience: la perspective d'un rééquilibrage prochain s'éloigne sous l'effet d'une demande pénalisée par des incertitudes économiques et d'une offre qui reste abondamment alimentée par l'Opep, a estimé mardi l'Agence internationale de l'énergie.
Avec des prix du pétrole au niveau actuel, autour de 45 dollars le baril, on s'attendrait à une contraction de l'offre et à une forte hausse de la demande. C'est toutefois l'inverse qui semble se produire maintenant, a résumé l'AIE dans son rapport mensuel sur le pétrole.

Il se pourrait que cette dynamique offre-demande ne change pas significativement au cours des prochains mois, a ajouté l'agence basée à Paris, estimant que la production continuera à surpasser la demande au moins durant le premier semestre de 2017.

En conséquence, il semble qu'il faille attendre un peu plus longtemps pour observer un retour à l'équilibre du marché, a estimé l'AIE. Elle l'anticipait jusqu'à présent pour la fin de cette année.

Ces déclarations ont fait plonger les cours du pétrole: vers 09H00 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord s'échangeait à 47,43 dollars, en baisse de 89 cents, tandis que le light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) valait 45,29 dollars, en repli de 1 dollar.

L'offre reste soutenue, en particulier celle en provenance de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) qui a pompé à un niveau quasi record de 33,47 millions de barils par jour (mbj) en août - soit 930.000 bj de plus sur un an, selon le rapport.

Cette robustesse de la production devrait alimenter les débats entre grands producteurs sur la nécessité de limiter leur production pour soutenir les prix, lors d'une réunion informelle des membres du cartel organisée fin septembre à Alger en marge du Forum international de l'énergie.

- Asie vacillante

Elle a en tout cas permis de compenser le déclin de production observé dans les pays tiers en raison de la faiblesse des prix qui ont réduit les investissements, et de limiter à 0,3 mbj la baisse de la production mondiale en août, à 96,9 mbj.

Le Koweït et les Emirats arabes unis ont pompé à des niveaux sans précédents et l'Irak a augmenté ses livraisons. La production de l'Arabie saoudite s'est élevée à un niveau quasi-record et celle de l'Iran a bondi à 3,64 mbj, un sommet depuis la levée des sanctions en janvier, a souligné l'AIE.

Ces chiffres traduisent une stratégie de défense des parts de marché adoptée par le cartel pétrolier, aux dépens des prix, qui a permis à son chef de file, l'Arabie saoudite, de ravir aux Etats-Unis leur place de premier producteur mondial de produits pétroliers, a ajouté le bras énergétique de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Mais la production des pays hors OPEP devrait se reprendre et augmenter de 380.000 bj en 2017, après un déclin anticipé de 840.000 bj cette année.

La faiblesse des prix du pétrole avait dans un premier temps encouragé la consommation mondiale d'or noir, mais cette dynamique commence à s'essouffler, sur fond d'incertitudes macroéconomiques, a constaté l'AIE.

Les récents piliers de la croissance de la demande - la Chine et l'Inde - vacillent, a-t-elle expliqué. Alors que le pétrole se maintient autour de 50 dollars le baril depuis plus d'un an, le stimulus d'un carburant meilleur marché s'estompe.

Ainsi, la demande devrait croître de 1,3 million de barils par jour (mbj) cette année, à 96,1 mbj cette année: c'est 100.000 bj de moins que la précédente estimation, en raison d'un troisième trimestre particulièrement faible.

Un nouveau ralentissement de la croissance de la demande est anticipé pour 2017, avec une hausse de 1,2 mbj à 97,3 mbj.

(c) AFP

Commenter Pétrole: la perspective d'un rééquilibrage s'éloigne, les cours plongent

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 28 juin 2017 à 21:03

Le pétrole profite d'une baisse de la production aux Etats-U…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé la séance en hausse mercredi, le marché accueillant positivement l'annonce d'une baisse de...

mercredi 28 juin 2017 à 18:50

Le pétrole monte grâce au repli des réserves américaines d'e…

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse mercredi en fin d'échanges européens, portés par la baisse des réserves d'essence et...

mercredi 28 juin 2017 à 16:49

USA: hausse surprise des stocks de brut, les réserves d'esse…

New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis tandis que les réserves d'essence...

mercredi 28 juin 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York avant un rappor…

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère baisse mercredi à New York, le marché attendant avec fébrilité...

mercredi 28 juin 2017 à 12:58

Le pétrole baisse un peu, l'offre surabondante pèse

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu mercredi en cours d'échanges européens, la surabondance persistante de l'offre pesant de nouveau sur...

mercredi 28 juin 2017 à 07:51

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient à la baisse mercredi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des stocks de brut américain.

mardi 27 juin 2017 à 21:08

Le pétrole porté par l'anticipation d'une baisse des stocks

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi à New York et à Londres, soutenus par l'anticipation...

mardi 27 juin 2017 à 18:14

Le pétrole se reprend, aidé par l'accès de faiblesse du doll…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur reprise mardi en fin d'échanges européens, aidés notamment par un accès de faiblesse du dollar...

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite