Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole en baisse après sa flambée de la veille due aux stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole repartaient à la baisse vendredi en cours d'échanges européens après avoir bondi la veille dans le sillage d'une chute massive et inattendue des stocks de pétrole brut la semaine dernière aux États-Unis.
Vers 10H30 GMT (12H30 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 49,25 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 74 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en octobre lâchait 66 cents à 46,96 dollars.

Les prix du pétrole ont reçu un coup de pouce inattendu (jeudi) alors que les chiffres sur les stocks de pétrole de l'EIA (Energy Information Administration, une antenne du département américain de l'Énergie, NDLR) ont confirmé les rapports précédents selon lesquels les réserves américaines (de brut) ont décliné le plus fortement depuis 1999, commentait Michael van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

A la faveur de cette publication, le cours du Brent est même repassé brièvement au-dessus des 50 dollars le baril mais même si nous voyons une petite correction (ce vendredi), la pression à la hausse pourrait se maintenir à court terme sur les prix pétroliers, soulignait Craig Erlam, analyste chez Oanda.

Les cours du Brent et du WTI ont en effet grimpé de plus de 2 dollars jeudi, prenant jusqu'à plus de 4,5%, dans la foulée de l'annonce, par le département américain de l'Énergie (DoE), d'une baisse hebdomadaire de 14,5 millions de barils des réserves américaines de brut, un chiffre impressionnant puisque les stocks fluctuent rarement de plus de quelques millions de barils d'une semaine à l'autre.

Les réserves de brut n'avaient pas connu une telle baisse depuis 1999, ce qui apporte un soulagement à des investisseurs inquiets du haut niveau de l'offre mondiale, même si certains analystes craignent qu'il soit de courte durée.

Ces derniers se montraient en effet prudents quant à la nature de ce fort déclin, l'attribuant essentiellement à une baisse des importations due à la tempête Hermine qui a empêché de nombreux tankers de décharger leurs cargaisons dans le golfe du Mexique.

Il y a de bonnes raisons de s'attendre à que les stocks rebondissent à nouveau cette semaine, ce qui se traduira dans les chiffres de mercredi prochain, estimait ainsi Bjarne Schieldrop, analyste chez Seb Markets.

Mais même si Hermine peut être clairement identifié comme le facteur perturbateur, nous sommes toutefois sceptiques sur le fait qu'une inversion complète de ce mouvement va suivre la semaine prochaine, jugeaient les experts de Commerzbank.

Selon ces derniers en effet, les importations de pétrole brut dépassent de 800.000 barils par jour depuis le début du mois de mai le niveau qu'ils avaient à la même période l'an dernier, ce qui devrait encourager à terme une baisse des importations américaines en raison de la saturation des capacités de stockage, d'autant que la stabilisation des prix pourrait dissuader les opérateurs de raffinerie de continuer à surcharger leurs réservoirs.

Dans ce contexte, les investisseurs seront particulièrement attentifs ce vendredi au décompte du nombre de puits de forage en activité aux États-Unis, établi par le groupe privé Baker Hughes.

Le nombre de puits a atteint un plancher à la fin du mois de mai mais la hausse (qui a suivi) s'est stabilisée au cours des dernières semaines avec un décompte juste au-dessus de 400. Si nous assistions à une réduction (ce vendredi), cela pourrait fournir aux prix un catalyseur pour une nouvelle flambée, concluait M. Erlam.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en baisse après sa flambée de la veille due aux stocks américains


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 juillet 2017 à 18:34

Le pétrole baisse dans un marché prudent

Londres: Les cours du pétrole baissaient vendredi en fin d'échanges européens, les investisseurs optant pour la prudence avant l'annonce du décompte hebdomadaire...

vendredi 21 juillet 2017 à 15:25

Le pétrole ouvre en baisse à New York, la production de l'Op…

New York: Les cours du pétrole ont ouvert en baisse vendredi à New York, souffrant d'inquiétudes sur le niveau de production de...

vendredi 21 juillet 2017 à 13:32

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans les affaire…

Lagos: Les affaires judiciaires s'accumulent autour de l'ex-ministre du Pétrole du Nigeria, donnant une idée de l'ampleur de la corruption au sein...

vendredi 21 juillet 2017 à 12:11

Le pétrole monte un peu avant les réunions de l'Opep

Londres: Les prix du pétrole montaient quelque peu vendredi en cours d'échanges européens, sur fond de spéculations avant des réunions des pays...

vendredi 21 juillet 2017 à 06:46

Les cours du pétrole sans direction en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient sans direction claire vendredi matin en Asie, les investisseurs tentant de comprendre les implications d'un recul...

jeudi 20 juillet 2017 à 21:06

Le pétrole termine en baisse, hésitations avant l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, marquant le pas au lendemain d'une bonne séance et sur...

jeudi 20 juillet 2017 à 18:05

Le pétrole recule dans un marché incertain avant l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, les investisseurs peinant à se positionner avant que l'Opep et ses...

jeudi 20 juillet 2017 à 17:17

ExxonMobil mis à l'amende pour non respect de sanctions liée…

Washington: Le département du Trésor a infligé jeudi une amende de 2 millions de dollars à ExxonMobil pour n'avoir pas respecté les...

jeudi 20 juillet 2017 à 15:00

Le pétrole reste bien orienté et ouvre en hausse à New York

New York: Les cours du pétrole new-yorkais ont ouvert en hausse jeudi, restant sur leur trajectoire positive de la veille après l'annonce...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite