Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole se maintient dans le rouge même s'il limite ses pertes

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole baissaient toujours mardi en fin d'échanges européens, même si moins nettement qu'au début de la séance, souffrant du retour sur le devant de la scène d'une offre américaine excédentaire alors que les interruptions de production ayant jusque-là soutenu le marché se tarissaient.
Vers 16H05 GMT (18H05 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 44,68 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 4 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance perdait 27 cents à 42,86 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, en baisse depuis le début de la semaine, ont poursuivi sur cette tendance mercredi, tombant même à de nouveaux plus bas en respectivement onze semaines et plus d'un mois, avant de remonter un peu la pente.

La référence européenne du brut a en effet atteint vers 12H45 GMT mardi 44,14 dollars, au plus bas depuis le 10 mai, tandis que son homologue américaine est tombée au même moment à 42,36 dollars, un minimum depuis le 20 avril.

"La récente faiblesse des prix du pétrole a été en partie due à une normalisation de certaines des interruptions de production qui ont frappé le marché du pétrole depuis le début de l'année", conduisant à un net rebond des cours à partir de début avril, faisaient remarquer les analystes de Capital Economics.

Mais la quasi-totalité de la production canadienne, qui avait été sérieusement perturbée en mai par des feux de forêt frappant la région de l'Alberta, coeur de l'industrie pétrolière du pays. En outre, des négociations en cours entre le gouvernement et les groupes rebelles au Nigeria, ainsi qu'en Libye, suggèrent également que l'offre en provenance de ces deux pays devrait augmenter d'ici la fin de l'année, ajoutaient les analystes de Capital Economics.

Par ailleurs, depuis la mi-juillet, les investisseurs s'inquiètent surtout de voir gonfler les réserves américaines d'essence, alors qu'elles baissent habituellement pendant l'été, sans guère trouver de soutien dans un recul saisonnier des stocks de brut.

"De plus, le nombre de puits de forage en activité aux États-Unis a augmenté régulièrement au cours des deux derniers mois. Ceci a soulevé des inquiétudes autour du fait que l'offre pourrait ne pas diminuer aussi rapidement qu'on ne l'avait supposé précédemment", estimait-on chez Capital Economics.

Or ces inquiétudes ont été exacerbées par des chiffres de la compagnie privée Genscape suggérant que les stocks de pétrole brut au terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma, centre-sud) ont grimpé d'un bon 1 million de barils la semaine dernière, soulignaient les analystes de Commerzbank.

"Les stocks pétroliers restent exceptionnellement élevés. Les réserves de pétrole et d'essence baissent généralement durant l'été alors que la demande connaît un pic (à cette période), mais le déclin (de ces stocks) est passé relativement inaperçu jusqu'à présent", ajoutaient les analystes de Capital Economics.

Dans ce contexte, les investisseurs prêteront une attention particulière aux chiffres hebdomadaires sur l'offre américaine, avec d'abord les estimations privées de la fédération American Petroleum Institute (API) mardi après la clôture, puis les chiffres officiels du département de l'Énergie (DoE) le lendemain.

(c) AFP

Commenter Le pétrole se maintient dans le rouge même s'il limite ses pertes


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 16 octobre 2017 à 21:03

Le pétrole porté par les tensions en Irak

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en hausse lundi après la prise de contrôle par les forces irakiennes du siège du...

lundi 16 octobre 2017 à 19:36

Glencore et le Qatar cèdent 14% de Rosneft pour 7,8 milliard…

Genève: Le consortium contrôlé par Glencore et le fonds souverain du Qatar ont annoncé lundi avoir conclu un accord pour céder pour...

lundi 16 octobre 2017 à 18:31

Le pétrole monte, la production perturbée en Irak par les te…

Londres: Les cours du pétrole montaient lundi en fin d'échanges européens alors que la production des deux principaux champs pétroliers de Kirkouk...

lundi 16 octobre 2017 à 18:07

France: les prix des carburants ont baissé la semaine derniè…

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont légèrement reculé la semaine dernière, selon des chiffres officiels publiés lundi.

lundi 16 octobre 2017 à 15:48

Le pétrole, porté par les tensions en Irak, ouvre en hausse …

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, porté par un regain de tensions...

lundi 16 octobre 2017 à 15:43

Kurdes: le pompage des deux principaux champs pétroliers de …

Bagdad: Le pompage dans les deux principaux champs pétroliers de Kirkouk, province où les troupes gouvernementales irakiennes ont lancé une opération aux...

lundi 16 octobre 2017 à 13:02

Ryad étudie plusieurs options pour l'introduction d'Aramco e…

Ryad: L'Arabie saoudite continue d'examiner plusieurs options pour l'introduction en Bourse d'Aramco, a déclaré samedi un porte-parole du géant pétrolier saoudien.

lundi 16 octobre 2017 à 12:51

Ordonnances: la CGT pétrole menace de grève à compter du 23 …

Paris: La CGT pétrole exige lundi "l'ouverture d'une négociation immédiate" avec le ministère du Travail, le patronat et les syndicats de la...

lundi 16 octobre 2017 à 12:36

Le pétrole monte, la tension croît au Kurdistan irakien

Londres: Les prix du pétrole étaient soutenus lundi en cours d'échanges européens par les craintes que les tensions en Irak entre le...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite