Menu
RSS

Le pétrole maintient son cap haussier, sur fond de stocks américains en baisse

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole conservaient leur élan haussier mercredi en fin d'échanges européens, se trouvant confortés par une baisse des stocks américains de brut en ligne avec les attentes du marché et bénéficiant par ailleurs de signes encourageants sur la demande.
Vers 16H20 GMT (18H20 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 52,41 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 97 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance prenait 81 cents à 51,17 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui profitaient depuis le début de la séance de prévisions d'une baisse des réserves américaines de brut la semaine dernière, ont vu leur optimisme conforté après la publication des chiffres officiels du département américain de l'Énergie (DoE), même s'ils ont également fait état d'une augmentation de la production aux États-Unis.

Lors de la semaine achevée le 3 juin, les réserves commerciales de brut ont reculé de 3,2 millions de barils à 532,5 millions de barils, ce qui est assez proche de la baisse de trois millions sur laquelle tablaient les experts interrogés par l'agence Bloomberg.

Le recul annoncé par le DoE est aussi proche des estimations de la fédération American Petroleum Institute (API) qui avait annoncé un déclin de 3,6 millions de barils.

Au moment de la publication du rapport du DoE, à 14H30 GMT, le cours du Brent est même monté jusqu'à 52,54 dollars, au plus haut en huit mois, tandis que le WTI a atteint au même moment 51,34 dollars, un maximum en près de onze mois.

"Je pense que le marché a fondamentalement un biais haussier", commentait Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Aussi, selon ce dernier, le fait que la production américaine ait rebondi de 10.000 barils par jour à 8,745 millions de barils par jour la semaine dernière, après n'avoir fait que baisser lors des douze précédentes semaines, n'est pas en mesure de changer la conviction des opérateurs selon laquelle le marché s'équilibre sous l'effet d'une résorption de l'excès d'offre.

De même, les prix sont restés peu affectés par la hausse inattendue par les analystes des stocks d'essence et celle plus forte que prévu des produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.), les premiers progressant d'un million de barils tandis que les seconds ont avancé d'1,8 million de barils.

"Un autre point a aussi permis de contrebalancer les derniers chiffres sur les stocks de brut aux États-Unis: la hausse anticipée de la demande en carburant aux États-Unis cet été. Ce facteur conjoncturel habituel est souvent évoqué par les investisseurs pour justifier la tendance maintenue à la hausse des cours", estimait M. Dembik.

Les cours restaient par ailleurs toujours soutenus par les inquiétudes sur l'offre au Nigeria, principal producteur africain d'or noir avec l'Angola, où les Vengeurs du delta du Niger (NDA), groupe rebelle ayant mené plusieurs attaques contre des installations pétrolières depuis février, ont rejeté mercredi l'offre de pourparlers proposée par le gouvernement et revendiqué un nouvel attentat contre un puits pétrolier.

Sur le front de l'offre, les investisseurs pouvaient également se réjouir d'une demande solide en Chine alors que les marchés ont pris connaissance d'un bond de près de 40% des importations chinoises de brut en mai, par rapport à la même époque de l'an dernier.

"Le maintien d'une demande chinoise forte, notamment afin de renforcer les réserves stratégiques du pays, constitue une lame de fond propice à la hausse", poursuivait M. Dembik.

(c) AFP

Commenter Le pétrole maintient son cap haussier, sur fond de stocks américains en baisse

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 28 juin 2017 à 21:03

Le pétrole profite d'une baisse de la production aux Etats-U…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé la séance en hausse mercredi, le marché accueillant positivement l'annonce d'une baisse de...

mercredi 28 juin 2017 à 18:50

Le pétrole monte grâce au repli des réserves américaines d'e…

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse mercredi en fin d'échanges européens, portés par la baisse des réserves d'essence et...

mercredi 28 juin 2017 à 16:49

USA: hausse surprise des stocks de brut, les réserves d'esse…

New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis tandis que les réserves d'essence...

mercredi 28 juin 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York avant un rappor…

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère baisse mercredi à New York, le marché attendant avec fébrilité...

mercredi 28 juin 2017 à 12:58

Le pétrole baisse un peu, l'offre surabondante pèse

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu mercredi en cours d'échanges européens, la surabondance persistante de l'offre pesant de nouveau sur...

mercredi 28 juin 2017 à 07:51

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient à la baisse mercredi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des stocks de brut américain.

mardi 27 juin 2017 à 21:08

Le pétrole porté par l'anticipation d'une baisse des stocks

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi à New York et à Londres, soutenus par l'anticipation...

mardi 27 juin 2017 à 18:14

Le pétrole se reprend, aidé par l'accès de faiblesse du doll…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur reprise mardi en fin d'échanges européens, aidés notamment par un accès de faiblesse du dollar...

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite