Menu
RSS

Le pétrole rebondit, aidé par un dollar faible et des attaques d'oléoducs au Nigeria

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole rebondissaient lundi en cours d'échanges européens, le Brent repassant au-dessus des 50 dollars le baril grâce à la nette perte de vigueur du dollar mais également aux menaces pesant sur la production nigériane.
Vers 10H20 GMT (12H20 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 50,10 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 46 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance gagnait 44 cents à 49,06 dollars.

Les cours du Brent et du WTI ont fini sous pression la semaine dernière, lestés par les mauvais chiffres de l'emploi américain publiés vendredi mais surtout par une augmentation du nombre de puits en activité aux États-Unis.

Ils parvenaient toutefois à se reprendre ce lundi, profitant finalement du net affaiblissement du dollar consécutif aux chiffres sur l'emploi américain mais également de craintes entourant le niveau de la production nigériane alors que de nouvelles attaques de rebelles ont visé des oléoducs.

Le marché a eu deux séries de données en provenance des États-Unis à digérer vendredi après-midi. Il y a eu le rapport sur l'emploi américain et le nombre de puits en activité de la société privée Baker Hughes, le premier s'étant finalement révélé plutôt haussier pour le pétrole tandis que le second a pesé sur les cours.

Si le fort ralentissement des créations d'emplois aux États-Unis, au plus bas depuis septembre 2010 avec seulement 38.000 embauches nettes en mai au lieu de 155.000 attendues, a pu un temps affecter les prix vendredi, soulevant des inquiétudes sur la vigueur de la reprise américaine et donc de la demande d'or noir dont les États-Unis sont le premier consommateur, l'affaiblissement du dollar qui s'en est suivi a fini par profiter au pétrole.

Un dollar faible tire habituellement les cours à la hausse mais le bond des prix du pétrole vendredi après-midi a été rapidement contrebalancé par le dernier décompte des puits en activité annoncé par le groupe privé Baker Hughes, relevait Tamas Varga, analyste chez PVM.

Selon ce décompte, le nombre de puits en activité aux États-Unis a augmenté de 9 unités pour ressortir à 325 la semaine dernière, soit leur première hausse en onze semaines et la plus forte depuis la mi-décembre, précisait M. Varga.

Selon l'analyste toutefois, le marché tentait de faire amende honorable ce lundi en s'affichant de nouveau dans le vert.

Cette vigueur des prix est entraînée par un dollar relativement faible et les attaques de sabotage en cours sur les infrastructures pétrolières au Nigeria, soulevait l'analyste.

Les Vengeurs du Delta du Niger (NDA), un nouveau groupe rebelle séparatiste qui multiplie les attaques sur les plateformes off-shore et les oléoducs depuis le début de l'année, a revendiqué vendredi deux nouveaux raids, contre les oléoducs opérés par des filiales locales des ténors Shell et Eni.

Or les rebelles ont menacé de réduire la production (dans le pays) à zéro. Selon ces derniers, la production nigériane serait supposément de 800.000 barils à l'heure actuelle, soit moins de la moitié du niveau normal de production du pays, notaient les experts de Commerzbank.

Aussi, pour Tamas Varga, les ingrédients haussiers sont certainement en place pour voir une nouvelle progression des prix, même si l'analyste observait qu'il faudrait assister à plusieurs clôtures consécutives au-dessus du seuil symbolique des 50 dollars le baril pour considérer que les cours sont définitivement engagés dans un nouveau mouvement haussier.
(c) AFP

Commenter Le pétrole rebondit, aidé par un dollar faible et des attaques d'oléoducs au Nigeria

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

mardi 27 juin 2017 à 15:08

Rosneft se dit victime d'une "puissante attaque informa…

Moscou: Le géant russe du pétrole Rosneft s'est dit victime mardi d'une "puissante attaque informatique" visant ses serveurs, précisant que sa production...

mardi 27 juin 2017 à 12:33

Le pétrole tente de se reprendre mais reste sous pression

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu mardi en cours d'échanges européens, tentant de nouveau de se reprendre mais restant proches...

mardi 27 juin 2017 à 07:13

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse mardi en Asie, les prix continuant à se stabiliser après cinq semaines...

lundi 26 juin 2017 à 21:08

Le pétrole termine en hausse, le marché tente de se stabilis…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse lundi, poursuivant leur stabilisation et profitant d'achats à bon compte...

lundi 26 juin 2017 à 20:54

France: les prix des carburants poursuivent leur baisse

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué de se replier la semaine dernière, tombant au plus bas...

lundi 26 juin 2017 à 18:07

Russie: le pétrolier Rosneft obtient des excuses d'un média …

Moscou: L'un des rares médias jugés indépendants en Russie, RBK, a présenté lundi des excuses au pétrolier Rosneft et son influent patron...

lundi 26 juin 2017 à 17:59

Le pétrole peine à trouver une direction

Londres: Les cours du pétrole peinaient à accrocher un cap lundi en fin d'échanges européens, oscillant faiblement autour de l'équilibre après la...

lundi 26 juin 2017 à 15:33

Le pétrole ouvre en hausse à New York, aidé par le dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère hausse lundi à New York, aidés par des achats à...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite