Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole reste coûte que coûte dans le vert malgré un rapport mitigé sur les stocks US

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole conservaient pleinement leur entrain mercredi en fin d'échanges européens, malgré une hausse inattendue des réserves de brut aux États-Unis, les investisseurs préférant se concentrer sur la baisse de la production américaine et des produits pétroliers.
Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 49,53 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 25 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en juin gagnait 37 cents à 48,68 dollars.

Réagissant à chaud à la hausse inattendue des stocks américains de brut, les cours du Brent et du WTI ont brièvement perdu du terrain, avant de rapidement se reprendre une fois les données détaillées du rapport du département américain de l'Énergie (DoE) digérées, et de signer de nouveaux plus hauts.

Le cours du Brent a même atteint mercredi vers 15H40 GMT 49,85 dollars, un plus haut depuis début novembre 2015, tandis que le WTI est monté au même moment jusqu'à 48,95 dollars, un maximum depuis début octobre 2015.

Le prix du pétrole est resté volatil alors que le Brent a tenté de passer au-dessus du seuil psychologiquement important des 50 dollars le baril. Les cours ont chuté après une hausse surprise des stocks américains hebdomadaires mais ont rebondi (peu après) alors que la production américaine de brut est tombée à son plus bas niveau depuis septembre 2014, soulignait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Lors de la semaine achevée le 13 mai, les réserves commerciales de brut ont avancé de 1,3 million de barils à 541,3 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg s'attendaient à une baisse de 3,5 millions de barils.

Cela a clairement déstabilisé de nombreux investisseurs qui s'attendaient à voir une nouvelle chute après le déclin de 3,4 millions de barils des réserves américaines de pétrole (enregistré) la semaine dernière, notait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

Dans un contexte où les investisseurs espèrent voir l'offre se résorber, ce chiffre est aussi une déception par rapport aux estimations de la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API), qui tablait sur un recul de 1,1 million de barils.

Cela dit, les autres aspects du rapport (du DoE) ne sont pas trop mal du tout, relevait M. Razaqzada, citant en particulier une nouvelle baisse de la production américaine.

De plus, il y a eu des déclins plus conséquents que prévu des produits distillés et, plus important pour cette période de l'année, des stocks d'essence alors que les raffineries ont traité davantage de pétrole brut désormais que la saison des déplacements a commencé, poursuivait l'analyste.

Selon le rapport du DoE, les stocks d'essence ont diminué de 2,5 millions de barils la semaine dernière, soit plus que les baisses d'un million de barils et de 1,9 million respectivement prévus par les experts de Bloomberg et l'API.

Les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.) ont décliné pour leur part de 3,2 millions de barils, alors que les experts de Bloomberg n'annonçaient qu'un recul d'un million de barils et l'API une baisse de deux millions.

Mais surtout, la production américaine, particulièrement surveillée par les analystes, a baissé de 11.000 barils par jour, s'inscrivant pour la sixième semaine de suite sous le seuil des 9 millions de barils par jour (mbj).

Ces éléments positifs expliquaient que le déclin des cours n'ait été que passager, Brent comme WTI reprenant rapidement leur marche en avant à la conquête des 50 dollars le baril.

(c) AFP

Commenter Le pétrole reste coûte que coûte dans le vert malgré un rapport mitigé sur les stocks US


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 18:11

Le pétrole recule, prudence des marchés après le bond de lun…

Londres: Les cours du pétrole baissaient mardi en fin d'échanges européens après avoir atteint leur plus haut en deux ans, les marchés...

mardi 26 septembre 2017 à 17:32

Pétrole: deux nouvelles entités de Schlumberger en France to…

Paris: Deux nouvelles entités en France du groupe de services parapétroliers Schlumberger sont visés par un plan social, portant à trois le...

mardi 26 septembre 2017 à 16:07

Le pétrole, sous l'effet de prises de bénéfices, ouvre en ba…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait mardi à l'ouverture après être monté la veille à...

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite