Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole fébrile avant le verdict des stocks américains de brut

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole repassaient dans le rouge mercredi en cours d'échanges européens, ne parvenant pas à maintenir leurs gains de la veille dans un marché qui attend d'en savoir plus sur l'impact éventuel des incendies canadiens sur les réserves américaines de brut.
Vers 10H20 GMT (12H20 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 45,40 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 12 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en juin lâchait 34 cents à 44,32 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après avoir nettement remonté la pente mardi sur fond de perturbation de l'offre dans plusieurs pays producteurs, se montraient à nouveau hésitants mercredi avant la publication des dernières statistique du département américain de l'Énergie (DoE) sur les réserves de brut aux États-Unis.

"Les données sur les stocks de brut de l'API ne sont pas parvenues à annuler durant la nuit les gains réalisés (la veille)" par le pétrole, même si elles ont montré une hausse des réserves aux États-Unis, relevait Michael van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

Mais en revanche, les attentes entourant les chiffres officiels du DoE, qui pourraient bien tirer les prix à la baisse, expliquaient selon l'analyste la pression s'exerçant sur les cours ce mercredi depuis le début des échanges européens.

Selon les estimations publiées mardi par l'association professionnelle American Petroleum Institute (API), les réserves américaines de brut ont augmenté globalement de 3,4 millions de barils et ont progressé de 1,46 millions de barils au terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma, centre-sud), notait Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

L'analyste estimait toutefois que ce dernier chiffre risquait d'être réduit en raison des incertitudes entourant l'offre canadienne dans le sillage des incendies qui ont durement frappé la région productrice de sables bitumineux de l'Alberta (ouest du Canada).

Les feux de forêts autour de la ville de Fort McMurray continuaient en effet d'avancer mardi, et des conditions ont été imposées aux compagnies pétrolières avant un redémarrage de leurs activités qui pourrait au mieux prendre plusieurs jours, voire semaines.

L'arrêt ou la mise en veille des installations pétrolières la semaine dernière a réduit de près de 1,5 million de baril par jour la production du Canada, le premier fournisseur étranger de pétrole brut aux États-Unis.

Déjà attentivement surveillés d'habitude par les investisseurs, les chiffres hebdomadaires officiels sur l'état de l'offre aux États-Unis, attendus à 14H30 GMT, vont dans ce contexte prendre une importance particulière.

Selon la prévision médiane des analystes interrogés par l'agence Bloomberg, le rapport du DoE devrait montrer une nouvelle hausse des réserves de brut, de 750.000 barils, mais une baisse des stocks d'essence, de 500.000 barils, comme de ceux de produits distillés (dont le gazole, le fioul de chauffage, et le kérosène), de 1 million de barils.

Le marché digérait par ailleurs un rapport de l'EIA (Energy Information Administration, une antenne du Département américain de l'Énergie) publié mardi, dans lequel l'institution a révisé ses prévisions de déficit de la production américaine pour l'an prochain, cette dernière ne devant plus décliner que de 450.000 barils par jour (bj), contre un repli de 600.000 bj attendu précédemment, soulignaient les analystes de Commerzbank.

De son côté Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets, mentionnait également parmi les facteurs baissiers pour le pétrole le fait que le PDG du géant saoudien Aramco, Amin Nasser, avait annoncé mardi que le groupe était déterminé à augmenter sa production, ajoutant ainsi à la surabondance mondiale, malgré la faiblesse actuelle des cours du brut.

(c) AFP

Commenter Le pétrole fébrile avant le verdict des stocks américains de brut


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 18 décembre 2017 à 06:10

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient en hausse lundi en Asie, portés par le recul du nombre des puits de pétrole en...

dimanche 17 décembre 2017 à 03:19

Pétrole: le vénézuelien PDVSA et le russe Rosneft signent un…

Caracas: Le groupe pétrolier d'état vénézuelien PDVSA a annoncé samedi avoir signé avec la firme russe Rosneft une série d'accords dans les...

vendredi 15 décembre 2017 à 21:04

Le pétrole termine en ordre dispersé après un indicateur amé…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole new-yorkais et londoniens ont terminé en ordre dispersé vendredi, après le recul du nombre hebdomadaire...

vendredi 15 décembre 2017 à 18:18

Le pétrole hésite, entre surproduction et perturbations en m…

Londres: Les cours du pétrole divergaient vendredi en fin d'échanges européens après une semaine volatile, alors que les baisses de production causées...

vendredi 15 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole avance à l'ouverture, l'oeil rivé sur la mer du N…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais progressait à l'ouverture vendredi, les craintes autour de la fermeture d'un oléoduc en mer du...

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite