Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole fébrile dans le sillage d'une nouvelle hausse des stocks américains de brut

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole résistaient tant bien que mal mercredi en fin d'échanges européens, baissant à Londres mais progressant à New York, après une nouvelle progression des réserves de brut aux États-Unis.
Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 44,84 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 13 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en juin gagnait en revanche 17 cents à 43,82 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, orientés à la hausse depuis 11H00 GMT environ, ont accusé le coup après la publication par le département américain de l'Énergie (DoE) d'une hausse plus forte qu'attendu des réserves américaines de brut la semaine dernière, même si le WTI était parvenu depuis à se reprendre.

Les cours ont en effet fait preuve d'une certaine résilience, plus prononcée sur le marché new-yorkais, où les prix tentaient de se reprendre, les investisseurs semblant partagés entre la progression des réserves de brut et le nouveau déclin de la production américaine.

Lors de la semaine achevée le 29 avril, les réserves commerciales de brut ont progressé de 2,8 millions de barils aux États-Unis, pour atteindre 543,4 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg tablaient sur une progression de seulement 750.000 barils.

En outre, cette progression est également plus de deux fois plus importante que celle prévue mardi soir par la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API), qui tablait sur une augmentation de 1,3 million de barils.

Les stocks d'essence ont eux aussi augmenté, de 500.000 barils, alors que les experts de Bloomberg comme l'API prévoyaient un repli, respectivement de 250.000 et 1,2 million de barils.

Les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.) ont en revanche baissé de 1,3 million de barils alors que les analystes de Bloomberg misaient sur une progression de 400.000 barils et que l'API annonçait une baisse plus importante de 2,6 millions de barils.

Le pétrole a défendu ses positions au cours des dernières 24 heures en dépit des données du DoE et de l'API montrant dans les deux cas une hausse plus importante que prévu des stocks pétroliers hebdomadaires, relevait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Ainsi, malgré un petit accès de faiblesse dans le sillage de ces statistiques, le WTI n'a pas annulé la totalité des gains engrangés plus tôt au cours de la séance, les investisseurs préférant visiblement se focaliser sur la forte baisse de la production américaine révélée par le rapport du DoE.

Selon l'analyste, les marchés ont surtout réagi à la progression plus faible qu'attendu des réserves au terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma, centre-sud), qui ont augmenté de 300.000 barils, contre 382.000 barils prévus par l'API.

En outre, selon le rapport du DoE la production américaine a baissé de 113.000 barils par jour, s'inscrivant pour la quatrième semaine de suite sous le seuil des 9 millions de barils par jour (mbj), à 8,825 mbj.

La majeure partie de cette baisse a toutefois été causée par une panne en Alaska, qui a réduit la production de 80.000 barils la semaine dernière, soulignait Torbjorn Kjus, analyste chez DNB Markets.

Mais dans la mesure où le déclin moyen de la production de pétrole américaine rapporté dans les statistiques hebdomadaires jusqu'à présent cette année est ressorti à quelque 20.000 barils, même une baisse de 30.000 barils (en excluant la part de la baisse due à l'interruption de production en Alaska) représente une accélération de ce repli, faisait remarquer M. Kjus.

(c) AFP

Commenter Le pétrole fébrile dans le sillage d'une nouvelle hausse des stocks américains de brut


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 19 septembre 2017 à 20:55

Le pétrole se heurte encore à New York au seuil des 50 dolla…

NYC/Cours de clôture: Le baril de pétrole coté à New York a de nouveau buté mardi sur la barre des 50 dollars...

mardi 19 septembre 2017 à 18:08

Le pétrole baisse un peu en attendant les stocks américains

Londres: Les cours du pétrole repartaient en petite baisse mardi en fin d'échanges européens, mais continuaient de n'osciller que faiblement autour de...

mardi 19 septembre 2017 à 15:43

Libye: blocage d'un oléoduc qui achemine du carburant à Trip…

Tripoli: Un groupe armé a fermé lundi un oléoduc qui approvisionne en essence la capitale libyenne, causant une pénurie de carburant et...

mardi 19 septembre 2017 à 15:37

Le pétrole ouvre en hausse à New York, au-dessus de 50 dolla…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York progressait légèrement à l'ouverture mardi, juste au-dessus du seuil des...

mardi 19 septembre 2017 à 12:42

Le pétrole monte un peu dans un marché sans élan

Londres: Les prix du pétrole montait un peu mardi en cours d'échanges européens, mais le marché restait dans l'ensemble sans grande direction...

mardi 19 septembre 2017 à 06:53

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient dans des marges étroites mardi en Asie dans l'attente du rapport sur le niveau des stocks...

lundi 18 septembre 2017 à 21:02

Le pétrole bute à nouveau à New York sur la barre des 50 dol…

NYC/Cours de clôture: Le prix du pétrole coté à New York a terminé en légère hausse lundi, butant sur le seuil symbolique...

lundi 18 septembre 2017 à 18:13

Le pétrole baisse un peu après la hausse de la semaine derni…

Londres: Les cours du pétrole baissaient un peu lundi en fin d'échanges européens, souffrant de quelques prises de bénéfices après les sommets...

lundi 18 septembre 2017 à 15:34

Le pétrole new-yorkais, nerveux face au seuil des 50 dollars…

New York: Le prix du baril pétrole coté à New York a débuté la séance en légère baisse lundi, les investisseurs faisant...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite