Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole hésite en attendant les stocks américains de brut

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole hésitaient sur la marche à suivre mercredi en cours d'échanges européens, les investisseurs rechignant à se prononcer dans l'attente des derniers chiffres sur les stocks américains de brut.
Vers 10H10 GMT (12H10 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 44,98 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1 cent par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en juin perdait en revanche 7 cents à 43,58 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, orientés à la baisse depuis le début de la semaine, se montraient prudents mercredi, oscillant faiblement autour de l'équilibre avant la publication des dernières statistiques hebdomadaires sur les stocks brut aux États-Unis.

"Les prix du pétrole ont fortement chuté (mardi) pour la seconde journée consécutive", relevaient les analystes de Commerzbank, soulignant que Brent comme WTI avaient lâché approximativement 7% par rapport aux plus hauts qu'ils ont atteints à la fin de la semaine dernière.

Selon les experts de Commerzbank, plusieurs facteurs combinés ont tiré les prix à la baisse, notamment le fait que le dollar se soit nettement repris après des commentaires de deux responsables d'antennes régionales de la Réserve fédérale américaine (Fed), mais aussi la forte chute des marchés boursiers, pointant vers une aversion au risque grandissante des investisseurs.

"Cela a été déclenché par des données économiques décevantes aux États-Unis, en Chine et en Royaume-Uni, ainsi que par une baisse surprenante des taux d'intérêt de la banque centrale australienne", poursuivaient-ils.

Avant cela, les cours avaient déjà été affectés par l'annonce d'une hausse de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) en avril, selon des données publiés par les agences Bloomberg et Reuters, ainsi que par le fait que l'Iran comme l'Irak ont indiqué que leurs exportations pétrolières avaient augmenté le mois dernier.

"Dans la soirée (de mardi), l'American Petroleum Institute (API) a annoncé une progression plus forte que prévu de 1,3 million de barils des réserves américaines de brut, et une hausse de 382.000 barils des stocks au terminal pétrolier de Cushing", précisaient les analystes de Commerzbank.

Si ces estimations venaient à être confirmées par les chiffres officiels du département américain de l'Énergie (DoE) ce mercredi à 14H30 GMT, cela pourrait donner aux investisseurs une raison supplémentaire de vendre, jugeait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Selon la prévision médiane des analystes interrogés par l'agence Bloomberg, les stocks de brut se seraient étoffés de 750.000 barils la semaine dernière, tandis que ceux d'essence auraient baissé de 250.000 barils et que ceux de produits distillés (dont le diesel et le fioul de chauffage) auraient progressé de 400.000 barils.

"Avec des niveaux de production au sein de l'OPEP et hors OPEP qui ne montrent toujours aucun signe de ralentissement et des preuves croissantes que la demande semble s'essouffler, la récente hausse des prix du pétrole pourrait bien prendre fin au profit d'une période de consolidation", estimait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

(c) AFP

Commenter Le pétrole hésite en attendant les stocks américains de brut


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 18:11

Le pétrole recule, prudence des marchés après le bond de lun…

Londres: Les cours du pétrole baissaient mardi en fin d'échanges européens après avoir atteint leur plus haut en deux ans, les marchés...

mardi 26 septembre 2017 à 17:32

Pétrole: deux nouvelles entités de Schlumberger en France to…

Paris: Deux nouvelles entités en France du groupe de services parapétroliers Schlumberger sont visés par un plan social, portant à trois le...

mardi 26 septembre 2017 à 16:07

Le pétrole, sous l'effet de prises de bénéfices, ouvre en ba…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait mardi à l'ouverture après être monté la veille à...

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite