Menu
RSS
A+ A A-

Le marché du pétrole déçu mais sans panique après l'échec de Doha

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont fini en petite baisse lundi, les investisseurs semblant modérer leur déprime après que les pays producteurs réunis dimanche ont échoué à décider d'un gel de production visant à rééquilibrer un marché croulant sous les excédents.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai a perdu 58 cents à 39,78 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), soit une baisse bien plus modérée que les premiers échanges électroniques après la réunion de Doha ne l'avaient laissé craindre.

A Londres le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a cédé 19 cents à 42,91 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), après avoir tenté quelques incursions en territoire positif.

"Le coup à l'estomac provoqué par l'effondrement des pourparlers de Doha sur un gel de production laisse les partisans d'une baisse (des cours) aux commandes", a commenté Matt Smith, chez ClipperData.

Les cours du brut ont ainsi dégringolé lundi, tombant à l'ouverture des échanges asiatiques à 40,10 dollar pour le Brent et 37,61 dollar pour le WTI, au plus bas depuis 10 jours, et marquant une dépréciation de respectivement 6,7% et 6,8% par rapport à la clôture de vendredi, mais ils ont ensuite nettement réduit leurs pertes.

Les investisseurs avaient espéré voir la réunion de Doha, rassemblant 18 pays producteurs de pétrole membres et non membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, aboutir à une décision sur un gel d'une production surabondante qui pèse sur les prix depuis près de deux ans.

Mais après six heures de tractations, le ministre qatari de l'Énergie Mohammed ben Saleh al-Sada a annoncé qu'il fallait "plus de temps", douchant l'optimisme des acteurs du secteur. D'autant qu'aucune date n'a été fixée pour une nouvelle réunion.

Les divergences entre l'Iran, qui a annoncé au dernier moment son absence à la réunion, et l'Arabie saoudite ont empêché les tractations d'aboutir.

- Rééquilibrage graduel

Toutefois "le recul du brut aujourd'hui a été modéré par les nouvelles venues du Koweït", où une grève dans le secteur pétrolier aurait réduit de 60% la production journalière, à 1,1 million de barils par jour, notait M. Smith.

Des barils sont retirés du marché et cela resserre le marché au moins pour le moment, mais peut-être seulement pour quelques jours, a précisé de son côté Tim Evans, chez Citi.

Bart Melek, chez TD Securities, a remarqué de son côté que certains analystes "disent que la déception de Doha est en fait positive", parce que "faute de hausse des cours à court terme, (la production) va nettement baisser cette année".

A l'appui de cette thèse, M. Smith a rappelé que la production américaine s'affichait désormais sous le seuil des 9 millions de barils par jour, et que l'Agence internationale de l'énergie avait prédit une accélération de la baisse de l'offre pétrolière hors OPEP cette année et en 2017. "Nonobstant Doha, le marché commence à se rééquilibrer", notait M. Smith.

"Le marché est bien en train de se rééquilibrer, mais le processus sera graduel", a noté de son côté Tim Evans, chez Citi.

"Vu le niveau actuel de l'offre et de la demande, nous pensons que le pétrole devrait retomber vers une zone de 35 à 37 dollars le baril de WTI", a déclaré M. Melek.

(c) AFP

Commenter Le marché du pétrole déçu mais sans panique après l'échec de Doha


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

lundi 25 septembre 2017 à 12:16

Kurdistan irakien: assécher les revenus du pétrole dépend de…

Bagdad: L'arrêt des transactions pétrolières avec le Kurdistan irakien, demandé par Bagdad comme mesure de rétorsion à la tenue lundi du référendum...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite