Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole nerveux après les stocks et avant la réunion de Doha

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole s'affichaient en petite baisse mercredi en fin d'échanges européens alors que le marché digérait la publication par le département américain de l'Énergie (DoE) d'une hausse bien plus forte que prévu des réserves de brut aux États-Unis.
Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 44,48 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 21 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai perdait 8 cents à 42,09 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui s'affichaient en légère baisse depuis le début de la séance, ont un temps hésité sur la direction à emprunter après la publication d'une progression de près de 7 millions de barils des réserves américaines de brut, avant de retomber dans le rouge.

Lors de la semaine achevée le 8 avril, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 6,6 millions de barils pour atteindre 536,5 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg ne tablaient que sur une progression d'un million de barils.

Néanmoins, la hausse annoncée par le DoE avait largement été anticipée la veille par la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API), qui avait dit tabler sur une progression de 6,2 millions de barils.

En revanche, les stocks d'essence ont reculé de 4,2 millions de barils, alors que les experts de Bloomberg ne prévoyaient qu'un déclin de 1,5 million et l'API une baisse de 1,6 million.

Les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.) ont de leur côté avancé de 500.000 barils, sans grande surprise par rapport aux prévisions des analystes de Bloomberg, qui misaient sur une hausse de 200.000, et aux estimations de l'API, qui tablait sur un recul de 500.000.

"Je pense que la hausse était attendue de toute façon après que l'API a fait état d'un nombre similaire (mardi). En outre, la chute brutale des stocks d'essence compense en quelque sorte l'augmentation (des réserves de brut)", commentait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index, pour expliquer que les cours n'aient pas davantage réagi négativement au rapport du DoE.

Le marché a en outre pu trouver du réconfort dans d'autres aspects plus encourageants des statistiques car, outre un déclin des stocks d'essence, elles ont également révélé une nouvelle baisse de la production américaine.

Cette dernière a en effet décliné de 31.000 barils par jour, passant sous le seuil psychologique des 9 millions de barils par jour (mbj), à 8,977 mbj tandis que les réserves du terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma, centre-sud des États-Unis), qui servent de référence au pétrole échangé à New York et sont proches de leur capacité maximum, ont reculé de 1,7 million de barils à 64,6 millions.

De son côté, Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets, estimait que les prix continuaient à bénéficier des espoirs que les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et extérieurs au cartel s'entendent dimanche à Doha sur un gel de la production.

Une quinzaine de pays producteurs vont se rencontrer à Doha, au Qatar, pour discuter de la façon de limiter l'actuelle surabondance d'or noir, et les spéculations ont été relancées mardi par l'annonce que l'Arabie saoudite et la Russie, les deux plus gros participants à ce sommet en matière de production, avaient déjà trouvé un consensus pour geler leur production.

Avant cette réunion prévue à Doha, il faut s'attendre "à voir quelques prises de bénéfices ces prochains jours, si ce n'est dès ce mercredi", prévenait toutefois M. Razaqzada.

(c) AFP

Commenter Le pétrole nerveux après les stocks et avant la réunion de Doha


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 24 juillet 2017 à 14:36

Pétrole: l'Arabie saoudite accentue sa réduction de l'offre

Saint-Pétersbourg: L'Arabie saoudite a promis lundi d'accentuer ses efforts de réduction de l'offre de pétrole et pressé les autres pays exportateurs, réunis...

lundi 24 juillet 2017 à 12:58

Le pétrole remonte, l'Arabie Saoudite limite ses exportation…

Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement lundi en cours d'échanges européens, l'Arabie saoudite ayant déclaré vouloir limiter ses exportations après la...

lundi 24 juillet 2017 à 05:56

Le pétrole en légère hausse en Asie

Singapour: Les cours du brut étaient orientés en légère hausse lundi, avant la réunion ministérielle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

lundi 24 juillet 2017 à 05:07

Pétrole: croissance économique ralentie au Moyen-Orient

Dubaï: La croissance économique au Moyen-Orient et en Afrique du nord est en passe de connaître un ralentissement considérable cette année alors...

vendredi 21 juillet 2017 à 20:58

Le pétrole termine en nette baisse, marché tourné vers l'Ope…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont signé une nette baisse vendredi, perdant le terrain gagné la veille sur fond d'inquiétudes...

vendredi 21 juillet 2017 à 18:34

Le pétrole baisse dans un marché prudent

Londres: Les cours du pétrole baissaient vendredi en fin d'échanges européens, les investisseurs optant pour la prudence avant l'annonce du décompte hebdomadaire...

vendredi 21 juillet 2017 à 15:25

Le pétrole ouvre en baisse à New York, la production de l'Op…

New York: Les cours du pétrole ont ouvert en baisse vendredi à New York, souffrant d'inquiétudes sur le niveau de production de...

vendredi 21 juillet 2017 à 13:32

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans les affaire…

Lagos: Les affaires judiciaires s'accumulent autour de l'ex-ministre du Pétrole du Nigeria, donnant une idée de l'ampleur de la corruption au sein...

vendredi 21 juillet 2017 à 12:11

Le pétrole monte un peu avant les réunions de l'Opep

Londres: Les prix du pétrole montaient quelque peu vendredi en cours d'échanges européens, sur fond de spéculations avant des réunions des pays...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite