Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole en baisse, lesté par l'Arabie saoudite et le dollar

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole déclinaient vendredi en fin d'échanges européens, souffrant notamment de propos de l'Arabie saoudite qui a conditionné sa participation à un gel de la production à l'engagement des autres producteurs, notamment l'Iran.
Vers 16H30 GMT (18H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 38,76 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,57 dollar par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai perdait 1,41 dollar à 36,93 dollars.

"La suggestion que l'Arabie saoudite ne va pas geler sa production de pétrole si l'Iran ne fait pas de même, couplée à un (léger) renforcement du dollar, a porté un coup aux deux piliers (expliquant) la force récente du marché pétrolier", commentait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Le cours du Brent est même tombé vers 14H00 GMT à 38,55 dollars, au plus bas en quinze jours, tandis que le WTI a atteint vers 13H40 GMT 36,72 dollars, un minimum depuis deux semaines également.

"Si tous les pays sont d'accord pour geler la production, nous sommes prêts", a affirmé vendredi Mohammed Ben Salmane, le vice-prince héritier d'Arabie saoudite, précisant toutefois que "si quelqu'un décidait d'augmenter sa production, nous ne rejetterons alors aucune opportunité qui se présente", selon des propos rapportés par l'agence Bloomberg News.

Ryad, acteur dominant de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a ainsi douché les espoirs qu'une limitation globale de l'offre de brut soit actée lors d'une réunion prévue le 17 avril à Doha entre les principaux membres du cartel et d'autres acteurs comme la Russie.

Également membre du cartel, l'Iran, par ailleurs grand rival régional de l'Arabie saoudite, doit participer à ce sommet mais prévient régulièrement qu'il ne compte pas geler sa production au moment où il fait son retour sur le marché mondial à la suite de la levée de sanctions liées à son programme nucléaire.

"Les commentaires du vice-prince héritier d'Arabie saoudite (soulignent) encore avec la plus grande clarté que sa nation va adopter une ligne vraiment dure à l'égard de l'Iran et l'expansion prévue de sa production", notait M. Lawler.

Selon l'analyste en effet, il devient de plus en plus évident que le désir de l'Arabie saoudite de ne pas abandonner ses parts de marché à l'Iran prend le dessus sur tout désir de coopération avec les autres nations concernant un gel de la production.

Les cours du pétrole étaient par ailleurs affectés par une légère reprise du dollar, qui a bénéficié notamment des bons chiffres sur l'emploi américain au mois de mars.

Plutôt favorables, avec des fortes créations d'emploi le mois dernier, ces données ont en effet permis au dollar de se reprendre face à l'euro, même s'il restait affaibli par les propos tenus mardi par la présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed) Janet Yellen.

Or, tout renforcement du billet vert est de nature à peser sur les cours pétroliers, puisqu'ils sont libellés en monnaie américaine et donc rendus plus onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en baisse, lesté par l'Arabie saoudite et le dollar


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 18:11

Le pétrole recule, prudence des marchés après le bond de lun…

Londres: Les cours du pétrole baissaient mardi en fin d'échanges européens après avoir atteint leur plus haut en deux ans, les marchés...

mardi 26 septembre 2017 à 17:32

Pétrole: deux nouvelles entités de Schlumberger en France to…

Paris: Deux nouvelles entités en France du groupe de services parapétroliers Schlumberger sont visés par un plan social, portant à trois le...

mardi 26 septembre 2017 à 16:07

Le pétrole, sous l'effet de prises de bénéfices, ouvre en ba…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait mardi à l'ouverture après être monté la veille à...

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite