Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole perd du terrain dans un marché fébrile avant les chiffres sur l'emploi américain

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole s'affichaient en baisse vendredi en cours d'échanges européens, bénéficiant toujours de la faiblesse du dollar mais restant toutefois freinés par des inquiétudes persistantes sur le niveau élevé de l'offre.
Vers 10H15 GMT (12H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 39,62 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 71 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai perdait 66 cents à 37,68 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après avoir profité jeudi d'un nouvel accès de faiblesse du dollar, perdaient quelque peu de leur entrain vendredi, les investisseurs attendant la publication des derniers chiffres mensuels sur l'emploi aux États-Unis et leur potentiel impact sur le billet vert pour se prononcer.

La dépréciation du dollar face à l'euro, qui se poursuivait ce vendredi, aide les prix du pétrole à court terme, quoique les choses pourraient changer très vite avec les chiffres sur l'emploi aux États-Unis attendus ce vendredi, relevait Michael van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

Comme ils sont libellés en monnaie américaine, les cours de l'or noir ont en effet tendance à profiter des coups de mou du billet vert, qui continue à souffrir de la prudence affichée par la Réserve fédérale (Fed), la banque centrale américaine, sur les conditions économiques et le rythme à venir de son processus de normalisation monétaire.

Selon l'analyste, les cours du brut devraient à plus long terme osciller autour de leurs plus bas de mars, atteints en début de mois, alors qu'approche la réunion entre grands producteurs prévue mi-avril au Qatar, qui pourrait éventuellement déboucher sur un gel de la production à grande échelle.

Les investisseurs attendent toutefois avec prudence ce rendez-vous du 17 avril à Doha entre une quinzaine de pays producteurs, dont la plupart des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et des acteurs extérieurs au cartel, comme la Russie.

De nombreux analystes tendent en effet à douter de la capacité des pays producteurs à s'accorder pour limiter leur offre, ce qui contribue à freiner la progression des cours.

De grands espoirs ont été nourris concernant l'impact haussier potentiel du gel de la production entre pays membres de l'OPEP et non membres de l'OPEP mais il est difficile de voir comment s'en tenir au niveau de production de janvier pourrait soutenir les prix du pétrole, soulignait Tamas Varga, analyste chez PVM.

L'Arabie saoudite, le Qatar, le Venezuela et la Russie avaient déjà annoncé en février un accord pour ne plus augmenter leur production, évoquant un gel de celle-ci à ses niveaux de janvier, mais des doutes sont apparus sur la possibilité d'aller plus loin.

M. Varga rapportait que selon des sources secondaires, l'OPEP a produit au mois de janvier 32,45 millions de barils par jour et que maintenir ce niveau d'offre était déjà un défi de taille en lui-même alors qu'il est presque certain que l'Iran ne prendra aucunement part à quelque accord que ce soit.

Or, pour M. Varga, même sans la réticence de Téhéran de participer à un gel de la production, la hausse de l'offre mondiale atteindra cette année plus de 1 million de barils par jour, condamnant tout rééquilibrage du marché en 2016.

En quête d'indices sur le niveau de la production américaine, les investisseurs attendaient également ce vendredi les dernières données sur le nombre de puits en activité aux États-Unis, qui seront publiées par la société de services Baker Hughes.

(c) AFP

Commenter Le pétrole perd du terrain dans un marché fébrile avant les chiffres sur l'emploi américain


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 17 octobre 2017 à 21:07

Tout en surveillant l'Irak, le pétrole fait du surplace

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole coté à New York et à Londres sont restés quasi stables mardi, les investisseurs attendant...

mardi 17 octobre 2017 à 19:23

Bagdad reprend aux Kurdes la quasi-totalité des champs pétro…

Bay hassan (irak): Les troupes gouvernementales irakiennes ont repris mardi la quasi-totalité des champs pétroliers de la province de Kirkouk après le...

mardi 17 octobre 2017 à 18:18

Le pétrole recule, la situation semble se stabiliser en Irak

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en fin d'échanges européens alors que les marchés semblaient rassurés de voir les combattants kurdes...

mardi 17 octobre 2017 à 17:47

La crise entre Bagdad et les Kurdes rend le marché du pétrol…

Londres: Les tensions entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak menacent la production d'or noir, et pourraient mener à une...

mardi 17 octobre 2017 à 15:21

Le pétrole porté à New York par les tensions au Moyen-Orient

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait mardi à l'ouverture, soutenu par un regain de tensions...

mardi 17 octobre 2017 à 13:10

Le conflit entre l'Irak et le Kurdistan pourrait faire monte…

Londres: Alors que le conflit s'intensifie entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak, les marchés surveillaient avec inquiétude la situation...

mardi 17 octobre 2017 à 12:20

Le pétrole grimpe, la fièvre géopolitique reprend les marché…

Londres: Les prix du pétrole montaient à nouveau mardi en cours d'échanges européens, alors que les tensions au Kurdistan irakien et en...

mardi 17 octobre 2017 à 12:18

Bagdad reprend deux grands champs pétroliers aux Kurdes à Ki…

Bay hassan (irak): Les troupes irakiennes ont repris mardi les deux principaux champs pétroliers de la ville de Kirkouk après le retrait...

mardi 17 octobre 2017 à 06:13

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient mardi en ordre dispersé en Asie après avoir fortement augmenté lundi du fait des perturbations dans...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite