Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole en hausse, grâce à l'API et à l'annonce d'une réunion entre producteurs

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole repartaient en hausse mercredi en cours d'échanges européens, soutenus par les derniers chiffres de l'association professionnelle API et par l'annonce d'une réunion entre producteurs fin avril à Doha afin de faire le point sur la proposition d'un gel de la production.
Vers 11H15 GMT (12H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 39,32 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 58 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril prenait 69 cents à 37,03 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui étaient orientés à la baisse depuis le début de la semaine en raison du refus de l'Iran de prendre part à tout gel de la production, sont repassés dans le vert à la faveur des estimations publiées mardi par l'American Petroleum Institute (API) sur l'état des stocks américains de brut, et alors qu'une réunion entre producteurs a été annoncée pour le 17 avril au Qatar.

Les prix du pétrole ont connu leur plus importante chute cette semaine en près d'un mois après que l'Iran a répété sa position compréhensible, à savoir qu'il ne prendrait part à aucun gel de la production, expliquait Angus Nicholson, analyste chez IG.

Membre de l'OPEP, l'Iran, qui vient de faire son retour sur le marché pétrolier à la suite de la levée de sanctions liées au nucléaire, a prévenu dimanche qu'il comptait avant toute chose atteindre une production de 4 millions de barils par jour (mbj) et n'envisagerait un gel de son offre de brut qu'une fois ce seuil atteint, ce dont la Russie, proche de Téhéran sur la scène internationale, s'est fait l'écho.

Mais selon M. Nicholson, si les dernières statistiques de l'API, qui ont fait état mardi d'une hausse de seulement 1,5 million de barils aux États-Unis la semaine dernière, bien moins qu'anticipé par le marché, venaient à être confirmées par les chiffres officiels du Département de l'Énergie attendus à 15H30 GMT, cela pourrait tirer les prix du pétrole à la hausse.

Les investisseurs seront aussi attentifs à un déclin plus prononcé des stocks d'essence signalant que la demande des consommateurs pour un pétrole peu cher ne cesse de conduire à un rééquilibrage du marché, poursuivait M. Nicholson, alors que l'API anticipe une baisse de 1,2 million des stocks d'essence lors de la semaine dernière aux États-Unis.

L'annonce mercredi dernier d'une forte chute des stocks d'essence (-4,5 millions de barils) et de produits distillés (-1,1 million de barils) avait permis de contrebalancer une nouvelle hausse des réserves de brut et entraîné un net rebond des cours.

Selon la prévision médiane des analystes sondés par l'agence Bloomberg, les stocks de brut devraient avoir de nouveau grimpé lors de la semaine achevée le 11 mars, de 3,2 millions de barils. Les réserves d'essence devraient avoir baissé de 2,2 millions de barils et celles de produits distillés (dont le fioul de chauffage et le gazole) de 300.000 barils.

Par ailleurs, alors que la perspective d'un accord général entre pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et hors-OPEP pour geler la production semblait s'éloigner, le ministre qatari de l'Énergie Mohammed al-Sada a annoncé mercredi la tenue d'une réunion entre membres et non membres du cartel le 17 avril à Doha afin de faire le point sur cette mesure.

Même si l'Iran n'entend pas participer à une telle initiative, le ministre a affirmé que l'accord sur un gel de la production avait déjà acquis l'adhésion de quelque 15 producteurs OPEP et non-OPEP, qui représentent près de 73% de la production mondiale de pétrole.

Aussi les espoirs (renouvelés) d'un plafonnement de la production devraient empêcher les prix de décliner davantage, notaient les analystes de Commerzbank.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en hausse, grâce à l'API et à l'annonce d'une réunion entre producteurs


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur...

vendredi 17 novembre 2017 à 18:11

Le pétrole dopé par l'optimisme du ministre saoudien de l'En…

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens après des propos rassurants du ministre saoudien de l'Energie alors que...

vendredi 17 novembre 2017 à 15:21

Le pétrole ouvre en hausse à New York, le marché rassuré par…

New York: Le pétrole new-yorkais montait à l'ouverture vendredi, des propos du ministère saoudien de l'Energie rassurant les marchés sur la possibilité...

vendredi 17 novembre 2017 à 12:22

Le pétrole remonte, le soutien saoudien à l'accord sur la pr…

Londres: Les prix du pétrole étaient galvanisés vendredi en cours d'échanges européens par le ministre saoudien de l'Energie, qui a réaffirmé le...

vendredi 17 novembre 2017 à 09:24

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...

vendredi 17 novembre 2017 à 06:48

Les cours du pétrole divergent en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans un marché qui se demande si la forte production américaine ne va...

jeudi 16 novembre 2017 à 23:23

TransCanada: fuite de pétrole sur l'oléoduc Keystone aux USA

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi la fermeture provisoire de son oléoduc Keystone entre le Canada et les Etats-Unis en raison...

jeudi 16 novembre 2017 à 20:58

Se tournant de nouveau vers l'Opep, le pétrole recule à New …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole new-yorkais s'est légèrement replié jeudi, les investisseurs se demandant si l'accord engageant l'Organisation des pays exportateurs de...

jeudi 16 novembre 2017 à 18:09

Le pétrole recule, la production américaine inquiète toujour…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens alors que la hausse des réserves américaines a renforcé le pessimisme...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite