Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole finit au plus haut depuis trois mois

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont fini en nette hausse mercredi à New York, effaçant largement leurs pertes de la veille grâce à des chiffres américains faisant état d'une nette baisse des stocks d'essence.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril a gagné 1,79 dollar à 38,29 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), au plus haut depuis plus de trois mois.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a gagné 1,42 dollar à 41,07 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"La chute des réserves d'essence (aux Etats-Unis) a été plus marquée que ne l'attendaient les investisseurs, cela a vraiment soutenu les choses", a commenté Oliver Sloup, chez iiTrader.

Lors de la semaine achevée le 4 mars, les stocks d'essence ont baissé de 4,5 millions de barils, largement plus que ne le prévoyaient les experts de Bloomberg (-1,5 million de barils) et la fédération du secteur API (-2,1 millions) tandis que les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.), ont baissé de 1,1 million de barils, soit nettement plus également que ne s'y attendait l'API (-128.000 barils) et les experts de Blooomberg, qui tablaient sur une progression de 900.000 barils.

Ces bons chiffres annoncés par le ministère américain de l'Energie (DoE) ont permis de minimiser la progression des stocks de brut, à hauteur de 3,9 millions de barils, ce qui dépasse les prévisions de Bloomberg (+3,5 millions) mais reste en deçà des attentes de l'API (+4,4 millions).

Dans la mesure où le chiffre du DoE sur le brut "était dans la fourchette attendue, les prix du pétrole ont rebondi par effet de soulagement", a noté pour sa part Fawad Razaqzada, analyste chez City Index, alors que la semaine précédente le marché avait douloureusement encaissé une progression bien plus forte de 10,4 millions de barils.

Parallèlement la production américaine semble en phase de stabilisation après six semaines consécutives de baisse. Elle a progressé de juste 1.000 barils par jour la semaine dernière, à 9,078 millions de barils par jour.

Ces chiffres sans mauvaise surprise ont permis au pétrole de reprendre sa tendance haussière, d'autant que, d'après M. Sloup, "il n'y a pas vraiment de seuil technique avant les 40 dollars" le baril.

Toutefois il a souligné qu'un éventuel effondrement de l'euro jeudi, au cas où la Banque centrale européenne se montrerait très volontariste, risquait de "poser un couvercle à court terme" sur les cours du brut.

"Si le pétrole parvient à conserver ses gains, alors cela suggèrerait des profits supplémentaires dans les jours à venir. Dans le cas contraire, un recul est probable, surtout étant donné qu'il n'y a eu aucun progrès concernant l'accord de gel de production entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et la Russie", a noté pour sa part M. Razaqzada.

Les cours du brut, qui ont perdu plus de 60% depuis juin 2014 en raison d'une offre largement excédentaire, ont amorcé une nette reprise depuis la mi-février et la proposition faite par l'Arabie saoudite et la Russie - les deux plus gros producteurs de brut au monde -, ainsi que le Qatar et le Venezuela, d'un accord pour geler leur production.

Depuis, d'autres spéculations ont émergé concernant la tenue d'une nouvelle réunion entre producteurs de l'Opep et hors du cartel. Selon des informations relayées par Phil Flynn, chez Price Futures Group, le vice-ministre irakien du Pétrole, Fayadh Nema, l'aurait annoncée pour le 20 mars à Moscou.

Si le ministre koweïtien du Pétrole a quelque peu douché les espoirs des investisseurs mardi en prévenant que son pays ne participerait à un accord de gel de la production que si tous les grands producteurs, dont l'Iran, font de même, ces déclarations ont été contrebalancées par des propos plutôt encourageants du ministre nigérian du Pétrole, Emmanuel Ibe Kachikwu.

Je ne m'inquiète pas trop si deux (le Koweït et l'Iran, ndlr) des quelques 40 producteurs, parmi lesquels des non-Opep, décident de ne pas se plier au gel, je pense qu'on peut quand même produire l'effet désiré, a-t-il dit.

(c) AFP

Commenter Le pétrole finit au plus haut depuis trois mois


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:47

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer…

Londres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:12

Le Liban donne son feu vert pour les premières explorations …

Beyrouth: Le gouvernement libanais a approuvé jeudi une offre présentée par un consortium alliant le groupe pétrolier français Total, l'italien ENI et...

jeudi 14 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole, plombé par l'offre américaine, ouvre en baisse à…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais reculait à l'ouverture jeudi, plombé par la progression constante de la production américaine de brut...

jeudi 14 décembre 2017 à 12:41

Le pétrole hésite, les prévisions de l'AIE et de l'Opep dive…

Londres: Les prix du pétrole oscillaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens dans un marché qui peine à digérer les rapports mensuels...

jeudi 14 décembre 2017 à 10:27

Pétrole: le rééquilibrage du marché menacé par la production…

Paris: Avec la progression de la production américaine, le rééquilibrage du marché pétrolier ne sera pas évident en 2018 et la première...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite