Menu
RSS

CGG reste englué dans un marché pétrolier difficile et chute en Bourse

prix du petrole ParisParis: Le groupe français de services parapétroliers CGG a dit jeudi s'attendre à une nouvelle année difficile après avoir vu ses résultats encore se détériorer en 2015 dans un environnement pétrolier dégradé, une annonce le faisant dévisser en Bourse.
Nous pensons que le marché va rester difficile en 2016 (...), avec un début d'année particulièrement dur, a commenté le directeur général du groupe, Jean-Georges Malcor, lors d'une conférence téléphonique.

D'importantes dépréciations et les coûts liés au plan de restructuration lancé pour affronter la chute des prix du pétrole ont creusé la perte nette de CGG l'an dernier à 1,45 milliard de dollars, contre 1,15 milliard en 2014.

C'est trois fois plus que la valorisation boursière du groupe, et moins bien qu'estimé par le consensus d'analystes réalisé par Bloomberg News.

Le chiffre d'affaires a chuté de 32%, à 2,1 milliards de dollars, tandis que le résultat opérationnel a été divisé par 12, à 19 millions de dollars, même si les résultats du quatrième trimestre sont plus solides.

Comme ses compatriotes Technip, Bourbon ou Vallourec, CGG subit de plein fouet la pression des compagnies pétrolières et gazières - leurs principaux clients - elles-mêmes obligées de tailler dans leurs dépenses face à l'effondrement des cours du brut, qui ont dégringolé de plus de 70% depuis l'été 2014.

Après ces annonces, le titre CGG chutait de 7,58% à 0,61 euro vers 10H04 à la Bourse de Paris, dans un marché en repli de 0,49%.

C'est un cycle qui est totalement inédit (...) par sa violence, sa profondeur et sa durée, a souligné Jean-Georges Malcor, disant ne pas s'attendre à un rebond avant 2018.

Il est impossible de prévoir aujourd'hui à quelle échéance de temps le prix du baril de pétrole remontera. Ce qui est sûr néanmoins, c'est qu'aujourd'hui les compagnies pétrolières consomment leurs réserves et qu'il faudra bien à un moment donné revenir à une phase de renouvellement pour faire face à une demande certes ralentie, mais qui continue à croître, a-t-il précisé.


- Transformation

Pour s'adapter à cet environnement durablement dégradé, CGG a dit poursuivre avec détermination la mise en oeuvre de son plan de transformation, qui prévoit une réduction drastique des coûts, des investissements et de l'exposition aux activités très cycliques de sa division marine.

L'objectif est de se concentrer sur les missions à très fort contenu technologique et sur la génération de flux de trésorerie, afin d'évoluer d'une société d'acquisition sismique vers un groupe intégré dans les géosciences: fin 2016, ses revenus proviendront à plus de 60% de la division géologie, géophysique et réservoir (GGR), à 25% des équipements et à moins de 15% de l'acquisition de données contractuelles.

C'est un changement profond d'ADN, pour encore mieux accompagner nos clients, a insisté le directeur général.

La restructuration, renforcée en novembre dernier, a par ailleurs déjà entraîné le départ de 3.700 employés (sur 9.700 comptabilisés fin 2013, ou 11.000 en incluant les employés temporaires aux Etats-Unis).

Au total, CGG comptera un effectif de 6.700 personnes à l'issue de sa transformation qui prévoit aussi une réduction de la flotte de prospection sismique à cinq navires dès la fin du premier trimestre 2016 contre huit à la fin de l'an passé et 18 fin 2013.

Selon M. Malcor, les effets du plan de transformation, dont l'impact en cash s'élèvera à 200 millions de dollars en 2016, devraient surtout se faire sentir dans la deuxième partie de l'année.

Le parapétrolier, qui vient de boucler une augmentation de capital de 350 millions d'euros, entend réduire sa dette nette à moins de 2,4 milliards de dollars cette année, contre 2,5 milliards fin 2015.

Face à un cours de Bourse divisé par cinq en un an, CGG a dit par ailleurs étudier la possibilité de procéder à un regroupement d'actions pour doper le titre et répété être ouvert à un opération de rapprochement, plus d'un an après avoir repoussé les avances de Technip à l'automne 2014.

Nous sommes attentifs à tout ce qui se passe autour de nous et fermés à aucune option, a déclaré son dirigeant.
(c) AFP

Commenter CGG reste englué dans un marché pétrolier difficile et chute en Bourse

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 26 juin 2017 à 18:07

Russie: le pétrolier Rosneft obtient des excuses d'un média …

Moscou: L'un des rares médias jugés indépendants en Russie, RBK, a présenté lundi des excuses au pétrolier Rosneft et son influent patron...

lundi 26 juin 2017 à 17:59

Le pétrole peine à trouver une direction

Londres: Les cours du pétrole peinaient à accrocher un cap lundi en fin d'échanges européens, oscillant faiblement autour de l'équilibre après la...

lundi 26 juin 2017 à 15:33

Le pétrole ouvre en hausse à New York, aidé par le dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère hausse lundi à New York, aidés par des achats à...

lundi 26 juin 2017 à 12:42

Le pétrole tente de se reprendre mais reste affaibli

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu lundi en cours d'échanges européens, tentant timidement de se reprendre après la dégringolade de...

lundi 26 juin 2017 à 07:38

Le pétrole rebondit légèrement en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse lundi en Asie, rebondissant après une semaine qui a vu l'or noir...

vendredi 23 juin 2017 à 21:05

Le pétrole se reprend un peu à la fin d'une dure semaine

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse vendredi, parvenant à se reprendre un peu à la fin...

vendredi 23 juin 2017 à 18:11

Le pétrole essaie de se reprendre après sa récente faiblesse

Londres: Les prix du pétrole évoluaient en légère hausse vendredi en fin d'échanges européens, essayant péniblement de se maintenir en hausse sur...

vendredi 23 juin 2017 à 15:44

Le pétrole se stabilise à la fin d'une mauvaise semaine

New York: Les cours du pétrole ont ouvert en très légère hausse vendredi, se stabilisant à la fin d'une semaine difficile durant...

vendredi 23 juin 2017 à 12:24

Le pétrole tente timidement de se reprendre

Londres: Les prix du pétrole tentaient de poursuivre vendredi lors des échanges européens leur timide rebond entamé jeudi après la dégringolade subie...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite