Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole résiste malgré une forte augmentation des stocks US

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole repartaient en très légère hausse mercredi en fin d'échanges européens, malgré une progression des stocks américains de brut bien plus importante qu'attendu, mais alors que la production a poursuivi son recul la semaine dernière aux États-Unis.
Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 36,86 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 5 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril prenait 12 cents à 34,52 dollars.

Alors qu'ils étaient orientés à la baisse depuis le début de la séance après la publication des estimations peu optimistes de la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API) mardi soir, les cours sont en revanche repassés dans le vert dans le sillage de la publication des chiffres officiels sur les stocks de brut aux États-Unis, qui ont pourtant affiché une hausse plus forte qu'attendu.

Lors de la semaine achevée le 26 février, les réserves commerciales de brut ont progressé de 10,4 millions de barils pour atteindre 518.00 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg prévoyaient une progression de 3,4 millions de barils.

C'est aussi un peu plus que la hausse de 9,9 millions sur laquelle tablait la fédération American Petroleum Institute (API), dans des estimations publiées la veille, alors qu'elle a récemment eu tendance à faire état de chiffres plus élevés que le DoE.

Les stocks d'essence ont en revanche baissé de 1,5 million de barils, comme le prévoyaient les experts de Bloomberg mais de façon un peu moindre que le recul de 2,2 millions annoncé par l'API.

Les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.), ont monté de 2,9 millions de barils, alors que les experts de Bloomberg, qui s'attendaient à une baisse de 1,15 million, mais dans la mesure de celles de l'API, qui annonçait une avancée de 2,7 millions.

"Ce n'est pas ce que les investisseurs pariant sur la hausse des cours auraient aimé voir après le récent retour (en force) du pétrole", commentait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

"Cependant, l'Energy Information Administration (EIA, une antenne du département américain de l'Énergie, ndlr) a plus ou moins confirmé les chiffres de l'API (de mardi soir), même si la hausse a été légèrement plus élevée", ajoutait l'analyste, suggérant ainsi que ces statistiques avaient déjà été en grande partie intégrées aux prix du pétrole.

Aussi, pour M. Razaqzada, s'il s'avérait que les investisseurs restaient finalement relativement insensibles à ces données et que la résilience du pétrole se confirmait, cela ouvrirait la voie à une importante progression des cours du brut mais aussi des marchés actions.

Les cours du brut semblaient en effet davantage réagir au nouveau déclin de la production américaine, très surveillée par les analystes, qui a reculé pour la sixième semaine de suite, à hauteur de 25.000 barils par jour (b/j), pour s'établir à 9,077 millions de barils par jour (mbj).

"La réponse des prix à (ces) données baissières a été plutôt mutique trente minutes après que les statistiques ont été publiées, suggérant que le marché pourrait être disposé à ignorer la hausse des stocks qui a été causée par des importations élevées et se concentrer plutôt sur la production domestique", soulignait Torbjorn Kjus, analyste chez DNB Markets.

En outre, pour Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque, il faut se placer dans une perspective de long terme afin de comprendre les fluctuations actuelles, qui peuvent ne pas sembler rationnelles au premier abord.

"Le marché est en baisse depuis la mi-2014 et les nouvelles concernant un maintien du surplus ne sont désormais plus surprenantes. Dans un marché qui est fortement baissier, à un certain stade, les investisseurs ne réagissent plus autant aux mauvaises nouvelles puisqu'un plancher, au minimum de court terme, a été atteint au niveau des prix", expliquait l'analyste.

(c) AFP

Commenter Le pétrole résiste malgré une forte augmentation des stocks US


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 18 décembre 2017 à 06:10

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient en hausse lundi en Asie, portés par le recul du nombre des puits de pétrole en...

dimanche 17 décembre 2017 à 03:19

Pétrole: le vénézuelien PDVSA et le russe Rosneft signent un…

Caracas: Le groupe pétrolier d'état vénézuelien PDVSA a annoncé samedi avoir signé avec la firme russe Rosneft une série d'accords dans les...

vendredi 15 décembre 2017 à 21:04

Le pétrole termine en ordre dispersé après un indicateur amé…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole new-yorkais et londoniens ont terminé en ordre dispersé vendredi, après le recul du nombre hebdomadaire...

vendredi 15 décembre 2017 à 18:18

Le pétrole hésite, entre surproduction et perturbations en m…

Londres: Les cours du pétrole divergaient vendredi en fin d'échanges européens après une semaine volatile, alors que les baisses de production causées...

vendredi 15 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole avance à l'ouverture, l'oeil rivé sur la mer du N…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais progressait à l'ouverture vendredi, les craintes autour de la fermeture d'un oléoduc en mer du...

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite