Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole poursuit sa hausse, galvanisé par l'espoir de voir l'offre mondiale se résorber

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole poursuivaient sur leur lancée haussière mardi en cours d'échanges européens, toujours soutenus par l'espoir de voir les grands producteurs s'entendre sur des réductions de l'offre ainsi que par de nouvelles données témoignant d'une baisse de la production américaine.
Vers 11H40 GMT (12H40 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 36,88 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 31 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril prenait 45 cents à 34,20 dollars.

Déjà orientés à la hausse lundi, les cours du Brent et du WTI poursuivaient leur progression dans le vert mardi, bénéficiant toujours de spéculations selon lesquelles les principaux pays producteurs de brut pourraient se réunir à nouveau en mars afin de tenter de stabiliser le marché.

Le baril de Brent a même atteint mardi en cours d'échanges asiatiques 37,05 dollars, soit un plus haut depuis près de deux mois.

Les investisseurs ont notamment été encouragés par l'annonce jeudi dernier d'une nouvelle réunion à la mi-mars entre l'Arabie saoudite, le Qatar, le Venezuela - tous trois membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) -, et la Russie, qui avaient déjà convenu de geler leur production une dizaine de jours plus tôt.

L'Arabie saoudite, chef de file du cartel, a entretenu la flamme lundi en déclarant qu'elle cherche à stabiliser les marchés pétroliers et communiquera en permanence avec tous les principaux producteurs de pétrole pour tenter de limiter les variations (de prix) et est aussi favorable à toute entreprise de coopération, selon des propos du ministre des Affaires sociales, Majdi al-Qasabi, rapportés par l'agence officielle saoudienne SPA.

Ainsi, même s'ils se montraient sceptiques sur les chances réelles de voir aboutir un accord entre les grands pays producteurs pour contrôler leurs niveaux de production, Mike van Dulken et Augustin Eden, analystes chez Accendo Markets, considéraient toutefois qu'il était clair que la croyance dans le plan proposé (d'un gel de la production) était toujours là, ce qui avait permis aux prix de rebondir depuis les plus bas atteints mi-février.

En outre, de nouveaux chiffres témoignant d'une baisse de la production américaine de pétrole, venant conforter ceux publiés vendredi sur le déclin du nombre de puits en activité aux États-Unis, ont apporté un soutien supplémentaire aux cours.

Selon l'Energy Information Administration (EIA, une antenne du département américain de l'Énergie), la production de pétrole brut aux États-Unis a baissé de 43.000 barils à 9,26 millions de barils en décembre, soit le troisième mois de déclin consécutif et son plus bas niveau en un an, notaient les analystes de Commerzbank.

Ces informations étaient ainsi de nature à conforter les investisseurs tablant sur un déclin durable de la production américaine de brut alors que le nombre de puits actifs ne cesse de diminuer aux États-Unis, comme l'a encore montré vendredi un décompte du groupe de services pétroliers Baker Hughes.

Dans ce contexte, plusieurs analystes voulaient croire que les prix du pétrole avaient sans doute atteint un niveau plancher, et cherchaient désormais à se consolider au-dessus de 36 dollars le baril pour le Brent et de 34 dollars pour le WTI.

Le marché du pétrole a atteint son point le plus bas. Il ne redescendra pas vers les plus bas (en près de 13 ans) atteints en janvier avant longtemps, assuraient ainsi Tamas Varga et Stephen Brennock, analyste chez PVM.

(c) AFP

Commenter Le pétrole poursuit sa hausse, galvanisé par l'espoir de voir l'offre mondiale se résorber


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 juillet 2017 à 20:58

Le pétrole termine en nette baisse, marché tourné vers l'Ope…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont signé une nette baisse vendredi, perdant le terrain gagné la veille sur fond d'inquiétudes...

vendredi 21 juillet 2017 à 18:34

Le pétrole baisse dans un marché prudent

Londres: Les cours du pétrole baissaient vendredi en fin d'échanges européens, les investisseurs optant pour la prudence avant l'annonce du décompte hebdomadaire...

vendredi 21 juillet 2017 à 15:25

Le pétrole ouvre en baisse à New York, la production de l'Op…

New York: Les cours du pétrole ont ouvert en baisse vendredi à New York, souffrant d'inquiétudes sur le niveau de production de...

vendredi 21 juillet 2017 à 13:32

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans les affaire…

Lagos: Les affaires judiciaires s'accumulent autour de l'ex-ministre du Pétrole du Nigeria, donnant une idée de l'ampleur de la corruption au sein...

vendredi 21 juillet 2017 à 12:11

Le pétrole monte un peu avant les réunions de l'Opep

Londres: Les prix du pétrole montaient quelque peu vendredi en cours d'échanges européens, sur fond de spéculations avant des réunions des pays...

vendredi 21 juillet 2017 à 06:46

Les cours du pétrole sans direction en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient sans direction claire vendredi matin en Asie, les investisseurs tentant de comprendre les implications d'un recul...

jeudi 20 juillet 2017 à 21:06

Le pétrole termine en baisse, hésitations avant l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, marquant le pas au lendemain d'une bonne séance et sur...

jeudi 20 juillet 2017 à 18:05

Le pétrole recule dans un marché incertain avant l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, les investisseurs peinant à se positionner avant que l'Opep et ses...

jeudi 20 juillet 2017 à 17:17

ExxonMobil mis à l'amende pour non respect de sanctions liée…

Washington: Le département du Trésor a infligé jeudi une amende de 2 millions de dollars à ExxonMobil pour n'avoir pas respecté les...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite