Menu
RSS

Le pétrole monte sur des espoirs quant à l'offre comme la demande

prix du petrole New YorkNew York: Le pétrole a monté lundi, face à de nouvelles mesures de relance en Chine jugées de bon augure pour la demande d'or noir et des déclarations de l'Arabie saoudite relançant les espoirs d'une baisse concertée de l'offre.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril a pris 97 cents à 33,75 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril, dont c'était le dernier jour de cotation, a gagné 87 cents à 35,97 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Les autorités chinoises ont pris de nouvelles mesures de soutien à l'économie... Et on sait bien que soutenir l'économie chinoise, cela revient à soutenir la demande de pétrole", a mis en avant Phil Flynn, de Price Futures Group.

La banque centrale chinoise (PBOC) a de nouveau abaissé le ratio de réserves obligatoires imposé aux banques, leur permettant ainsi d'accorder davantage de crédits, ce qui doit non seulement soutenir une activité économique à la peine, mais aussi éviter l'assèchement du système financier face aux fuites de capitaux.

Même si certains observateurs soulignent que c'est déjà la cinquième mesure de ce type depuis un an, "c'est assez pour redonner un peu d'appétit aux investisseurs pétroliers", a jugé M. Flynn. "L'idée, c'est que si la Chine agit ainsi, la demande de pétrole va rester solide."

La semaine précédente, le marché pétrolier, qui est tombé au plus bas depuis 2003 en début d'année avant de timidement rebondir début février, a beaucoup fluctué face aux rumeurs sur une baisse concertée de l'offre entre grands pays producteurs, pour finalement enregistrer une hausse hebdomadaire minime.

Les investisseurs ont notamment été encouragés par l'annonce jeudi d'une nouvelle réunion à la mi-mars entre l'Arabie saoudite, le Qatar, le Venezuela - tous trois membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) -, et la Russie, qui avaient déjà convenus de geler leur production une dizaine de jours plutôt.


- Instabilité

Lundi, l'Arabie saoudite a entretenu la flamme en "déclarant qu'elle +cherche à stabiliser les marchés pétroliers, restera toujours en contact avec les grands producteurs pour limiter l'instabilité, et accueillera favorablement toute coopération+", a rapporté Tim Evans, de Citi.

"Toutefois, même si les investisseurs optimistes prennent ceci comme un signe encourageant, on notera que, dans le même communiqué, le royaume annonce qu'il (...) reste décidé à gagner +une partie plus importante de la demande mondiale+", a-t-il immédiatement relativisé. "En d'autres termes, l'Arabie saoudite n'a rien changé à sa politique."

Le niveau élevé de l'offre, que ce soit aux Etats-Unis, dans l'OPEP ou en Russie, a largement contribué à faire perdre aux cours deux tiers de leur valeur depuis la mi-2014.

Du côté de l'offre américaine, "les producteurs de pétrole de schiste continuent à réduire leurs coûts et semblent désormais avoir fixé à 40-45 dollars (le baril) le seuil pour se remettre à augmenter leur offre", a remarqué M. Evans, voyant dans ce niveau peu élevé le signe que le marché pétrolier était parti pour rester longtemps à de bas prix.

Les observateurs plus optimistes soulignent cependant que le nombre de puits actifs ne cesse de diminuer aux Etats-Unis, comme l'a encore montré vendredi un décompte du groupe de services pétroliers Baker Hughes, et ils jugent qu'il ne s'agit que d'une question de temps avant que cela débouche sur une baisse sensible de la production.

Dans l'ensemble, le marché reste particulièrement incertain, comme "certains investisseurs essaient de déterminer si l'on a atteint ou non un plancher", a conclu Matt Smith de ClipperData, l'instabilité étant aussi encouragée par l'expiration du contrat de référence du Brent.


(c) AFP

Commenter Le pétrole monte sur des espoirs quant à l'offre comme la demande

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 28 juin 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York avant un rappor…

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère baisse mercredi à New York, le marché attendant avec fébrilité...

mercredi 28 juin 2017 à 12:58

Le pétrole baisse un peu, l'offre surabondante pèse

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu mercredi en cours d'échanges européens, la surabondance persistante de l'offre pesant de nouveau sur...

mercredi 28 juin 2017 à 07:51

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient à la baisse mercredi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des stocks de brut américain.

mardi 27 juin 2017 à 21:08

Le pétrole porté par l'anticipation d'une baisse des stocks

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi à New York et à Londres, soutenus par l'anticipation...

mardi 27 juin 2017 à 18:14

Le pétrole se reprend, aidé par l'accès de faiblesse du doll…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur reprise mardi en fin d'échanges européens, aidés notamment par un accès de faiblesse du dollar...

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

mardi 27 juin 2017 à 15:08

Rosneft se dit victime d'une "puissante attaque informa…

Moscou: Le géant russe du pétrole Rosneft s'est dit victime mardi d'une "puissante attaque informatique" visant ses serveurs, précisant que sa production...

mardi 27 juin 2017 à 12:33

Le pétrole tente de se reprendre mais reste sous pression

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu mardi en cours d'échanges européens, tentant de nouveau de se reprendre mais restant proches...

mardi 27 juin 2017 à 07:13

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse mardi en Asie, les prix continuant à se stabiliser après cinq semaines...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite