Menu
RSS

Le pétrole tente de se reprendre après les stocks américains

  • Écrit par Cours du baril
prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole tentaient de se reprendre mercredi en fin d'échanges européens, le marché se concentrant sur les aspects positifs des stocks américains, même si la probabilité d'une réduction de l'offre d'or noir continuait de s'amenuiser.
Vers 17H10 GMT (18H10 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 34,23 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 96 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance prenait 30 cents à 32,17 dollars.

Les investisseurs digéraient vendredi les données sur les réserves américaines de pétrole publiées par le département américain de l'Énergie (DoE) pour la semaine achevée le 19 février.

Un certain soulagement de voir que les stocks hebdomadaires de brut ne s'étaient pas étoffés autant que le suggéraient les données de l'API (la fédération professionnelle du secteur pétrolier American Petrol Institute, ndlr) a provoqué une réaction haussière instinctive, commentait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Mais il y n'a pas vraiment de quoi être optimiste car la hausse était tout de même supérieure aux attentes, relevait M. Lawler.

Les réserves commerciales de brut ont ainsi progressé de 3,5 millions de barils alors que, selon leur prévision médiane, les experts interrogés par l'agence Bloomberg tablaient sur une progression de 3,25 millions de barils et que l'API avait annoncé une hausse considérable, de 7,1 millions de barils.

De plus, les réserves américaines de brut ont ainsi inscrit un nouveau niveau record depuis le début des statistiques hebdomadaires du DoE, en 1982. En ce qui concerne ses chiffres mensuels, il faut remonter à 1930 pour retrouver un niveau de réserves aussi élevé aux États-Unis.

Les investisseurs tablant sur la hausse des cours trouvaient pour leur part un certain réconfort dans la baisse de 2,2 millions de barils des stocks d'essence, soit plus que la baisse de 1 million de baril prévue par les experts de Bloomberg, et prenant à contrepied les estimations de l'API d'une progression de 600.000 barils.

Les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.), ont également baissé plus que prévu, diminuant de 1,7 million de barils, alors que les experts de Bloomberg annonçaient un déclin de 1,15 million de barils et l'API une baisse de seulement 300.000 barils.

Ces données permettaient ainsi aux cours de repasser dans le vert après avoir passé l'essentiel de la séance européenne à la baisse.

En effet, auparavant, les choses allaient de mal en pis pour le pétrole quand l'Iran a estimé que l'accord de gel de la production proposé par la Russie et l'Arabie saoudite était une +plaisanterie+ puis quand cette dernière a déclaré qu'il n'y aurait pas de réduction de production, avaient commenté Mike van Dulken et Augustin Eden, analystes chez Accendo Markets.

Le chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), l'Arabie saoudite, et la Russie - les deux premiers producteurs mondiaux de brut - avaient proposé il y a une semaine, au terme d'une réunion à Doha avec le Qatar et le Venezuela, que tous les pays producteurs gèlent leur niveau de production à celui de janvier pour soutenir les prix.

Mais le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namadar Zanganeh, a rejeté mardi cette idée, alors qu'une semaine auparavant, après une réunion avec ses homologues irakien, vénézuélien et qatari à Téhéran, il avait déclaré que l'Iran soutenait toute mesure visant à stabiliser le marché et augmenter les prix.

L'Iran projette d'accroître sa production après la récente levée des sanctions internationales.

(c) AFP

Commenter Le pétrole tente de se reprendre après les stocks américains

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 26 juin 2017 à 20:54

France: les prix des carburants poursuivent leur baisse

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué de se replier la semaine dernière, tombant au plus bas...

lundi 26 juin 2017 à 18:07

Russie: le pétrolier Rosneft obtient des excuses d'un média …

Moscou: L'un des rares médias jugés indépendants en Russie, RBK, a présenté lundi des excuses au pétrolier Rosneft et son influent patron...

lundi 26 juin 2017 à 17:59

Le pétrole peine à trouver une direction

Londres: Les cours du pétrole peinaient à accrocher un cap lundi en fin d'échanges européens, oscillant faiblement autour de l'équilibre après la...

lundi 26 juin 2017 à 15:33

Le pétrole ouvre en hausse à New York, aidé par le dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère hausse lundi à New York, aidés par des achats à...

lundi 26 juin 2017 à 12:42

Le pétrole tente de se reprendre mais reste affaibli

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu lundi en cours d'échanges européens, tentant timidement de se reprendre après la dégringolade de...

lundi 26 juin 2017 à 07:38

Le pétrole rebondit légèrement en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse lundi en Asie, rebondissant après une semaine qui a vu l'or noir...

vendredi 23 juin 2017 à 21:05

Le pétrole se reprend un peu à la fin d'une dure semaine

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse vendredi, parvenant à se reprendre un peu à la fin...

vendredi 23 juin 2017 à 18:11

Le pétrole essaie de se reprendre après sa récente faiblesse

Londres: Les prix du pétrole évoluaient en légère hausse vendredi en fin d'échanges européens, essayant péniblement de se maintenir en hausse sur...

vendredi 23 juin 2017 à 15:44

Le pétrole se stabilise à la fin d'une mauvaise semaine

New York: Les cours du pétrole ont ouvert en très légère hausse vendredi, se stabilisant à la fin d'une semaine difficile durant...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite