Menu
RSS

Le pétrole remonte, galvanisé par la perspective de réductions de production

  • Écrit par Cours du baril
prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole s'affichaient dans le vert lundi en fin d'échanges européens, continuant à bénéficier d'espoirs renouvelés de voir l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) procéder à des réductions de production.
Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 33,50 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 14 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars gagnait 30 cents à 29,74 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après être restés orientés à la baisse la majeure partie de la semaine dernière, s'échangeant à proximité de leurs plus bas en près de 13 ans, ont fortement rebondi vendredi, dans le sillage de nouvelles rumeurs sur une baisse de production de l'OPEP.

Le pétrole "a complètement ignoré la faiblesse des chiffres sur le commerce chinois et sur le produit intérieur brut (PIB) japonais", notait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

Selon les chiffres officiels des Douanes chinoises publiés lundi, les importations de pétrole brut du premier consommateur d'énergie au monde se sont en effet repliées de près de 20% sur un mois en janvier, à 26,7 millions de tonnes, contre 33,2 millions de tonnes en décembre, et ont baissé de 4,6% sur un an.

De son côté, le Japon a encore vu son activité se contracter au quatrième trimestre, concluant une année 2015 de faible croissance (+0,4%).

"A l'heure actuelle, les spéculations vont bon train sur le fait que certains des plus gros exportateurs de pétrole vont réduire leur production dans un effort pour soutenir les prix du brut après les commentaires de la semaine dernière du ministre de l'Énergie des Émirats arabes unis", ce qui explique le rebond des cours, expliquait M. Razaqzada.

Selon des propos rapportés vendredi par le Wall Street Journal, le ministre émirati de l'Énergie, Souhaïl al Mazrouei, a déclaré que "tout le monde était prêt à coopérer" au sein de l'OPEP, laissant ainsi croire à une réduction concertée de l'offre au sein du cartel.

Le marché espère de longue date que l'OPEP se montre moins inflexible, alors que l'organisation a encore plombé fin 2015 les cours en s'abstenant de se fixer des objectifs de production, et ainsi accablé un marché déjà déprimé par le niveau élevé de l'offre, que ce soit au sein du cartel, aux États-Unis ou en Russie.

Pour Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque, ces spéculations sur une possible baisse de production ne constituent toutefois qu'"un simple feu de paille" dès lors qu'on se projette à plus long terme.

"Il n'y aura pas dans l'immédiat de baisse notable de la production de la part de l'Arabie saoudite donc les prix du marché vont irrémédiablement renouer avec la baisse", ajoutait l'analyste, soulignant en outre qu'une nouvelle fois, "la corrélation positive avec les marchés actions" avait joué dans la reprise des prix.

"La hausse des indices, qui marque un regain d'appétit au risque des investisseurs, a aussi profité au baril de pétrole", précisait l'analyste.

Les cours ont par ailleurs bénéficié d'une nouvelle forte baisse hebdomadaire vendredi du nombre de puits de pétrole en activité aux États-Unis, qui, à 439 unités, sont à leur plus bas depuis 2010.

"Le nombre de puits de pétrole a chuté de 59 au cours des deux dernières semaines et de plus de 1.000 depuis le début de 2015, donc les données hebdomadaires sur la production (américaine) publiées par le département américain de l'Énergie (DoE) (mercredi) devraient bientôt montrer un déclin plus prononcé", prédisaient les analystes de Commerzbank.

(c) AFP

Commenter Le pétrole remonte, galvanisé par la perspective de réductions de production

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 27 juin 2017 à 21:08

Le pétrole porté par l'anticipation d'une baisse des stocks

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi à New York et à Londres, soutenus par l'anticipation...

mardi 27 juin 2017 à 18:14

Le pétrole se reprend, aidé par l'accès de faiblesse du doll…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur reprise mardi en fin d'échanges européens, aidés notamment par un accès de faiblesse du dollar...

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

mardi 27 juin 2017 à 15:08

Rosneft se dit victime d'une "puissante attaque informa…

Moscou: Le géant russe du pétrole Rosneft s'est dit victime mardi d'une "puissante attaque informatique" visant ses serveurs, précisant que sa production...

mardi 27 juin 2017 à 12:33

Le pétrole tente de se reprendre mais reste sous pression

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu mardi en cours d'échanges européens, tentant de nouveau de se reprendre mais restant proches...

mardi 27 juin 2017 à 07:13

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse mardi en Asie, les prix continuant à se stabiliser après cinq semaines...

lundi 26 juin 2017 à 21:08

Le pétrole termine en hausse, le marché tente de se stabilis…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse lundi, poursuivant leur stabilisation et profitant d'achats à bon compte...

lundi 26 juin 2017 à 20:54

France: les prix des carburants poursuivent leur baisse

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué de se replier la semaine dernière, tombant au plus bas...

lundi 26 juin 2017 à 18:07

Russie: le pétrolier Rosneft obtient des excuses d'un média …

Moscou: L'un des rares médias jugés indépendants en Russie, RBK, a présenté lundi des excuses au pétrolier Rosneft et son influent patron...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite