Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole s'essouffle, partagé entre craintes sur les excédents et affaiblissement du dollar

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole reperdaient du terrain jeudi en fin d'échanges européens, les investisseurs se montrant prudents après le sursaut de la veille, partagés entre des données confirmant le poids des excédents d'une part et une dépréciation du dollar d'autre part.
Vers 17H20 GMT (18H20 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 34,68 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 36 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance lâchait 15 cents à 32,13 dollars.

Les marchés pétroliers ont été volatils jeudi alors que les investisseurs ont violemment baladé les prix entre gains et pertes. Il y a une orientation baissière résiduelle sur les marchés pétroliers en raison de l'offre excédentaire démontrée par l'augmentation des stocks américains hebdomadaires (de brut), estimait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Les chiffres publiés mercredi par le département américain de l'Énergie (DoE) ont en effet montré une progression bien plus forte que prévu des réserves commerciales de brut aux États-Unis, qui dépassent désormais les 500 millions de barils, au plus haut depuis 1930.

Mais M. Lawler notait également que le fait qu'un possible plus haut ait été atteint sur le dollar, en nette perte de vitesse depuis mercredi, pourrait signifier que les plus bas du pétrole sont de l'histoire ancienne.

La monnaie américaine, qui a atteint vers 13H30 GMT 1,1239 dollar pour un euro, son niveau le plus faible face à la monnaie unique depuis fin octobre, souffre en effet d'un regain d'inquiétude sur la vigueur de la reprise économique américaine après des indicateurs décevants et des propos prudents d'un responsable de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Or, tout affaiblissement du dollar bénéficie aux acheteurs munis d'autres devises puisque les échanges sont libellés en billets verts.

Si le rapport sur l'emploi (américain) de vendredi déçoit sérieusement les attentes, alors le dollar pourrait accentuer davantage son déclin, entraînant potentiellement de nouveaux gains pour le pétrole, soulignait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

L'analyste jugeait néanmoins que le scénario le plus probable était que les cours allaient poursuivre leur consolidation de la sorte avant qu'arrive un moment où soit le dollar commence à se renforcer à nouveau, soit les fondamentaux de l'offre et de la demande s'améliorent significativement pour le pétrole.

En outre, les spéculations concernant une éventuelle réunion des pays producteurs pour limiter les excédents semblaient perdre en vigueur parmi les investisseurs, faute d'avancées concrètes.

Les experts de Commerzbank ont fait état de rumeurs émanant du Venezuela selon lesquelles six pays producteurs, dont la Russie, l'Irak et l'Iran, s'étaient mis d'accord pour une réunion extraordinaire, alors que le ministre vénézuélien du Pétrole Eulogio del Pino est en tournée dans ces pays pour tenter de convaincre ses partenaires d'agir de concert face à l'effondrement des cours.

Mais l'Arabie saoudite n'est pas un des six pays prévoyant de participer à la réunion, ce qui rend passablement sans intérêt une telle réunion, ajoutaient-ils.

L'Iran, qui a fait savoir mercredi qu'il soutenait les efforts entrepris par le Venezuela en vue d'une réunion extraordinaire des pays exportateurs de pétrole, a néanmoins récemment indiqué qu'une telle réunion ne serait utile que si elle débouchait sur un accord pour baisser la production, même si lui-même n'est pas disposé à participer à une telle réduction. Nous restons donc sceptiques sur les chances d'un accord, concluaient les experts de Commerzbank.

(c) AFP


Commenter Le pétrole s'essouffle, partagé entre craintes sur les excédents et affaiblissement du dollar


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 27 juillet 2017 à 18:11

Le pétrole soutenu par l'Arabie saoudite et la baisse des st…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse jeudi en fin d'échanges européens, les prix restant soutenus par les nouveaux efforts de...

jeudi 27 juillet 2017 à 15:44

Le pétrole, affecté par des prises de bénéfices, ouvre en ba…

New York: Les prix du pétrole reculaient légèrement à l'ouverture jeudi à New York, les investisseurs engrangeant quelques profits après un rebond...

jeudi 27 juillet 2017 à 13:19

Statoil dégage de larges bénéfices au 2T grâce aux cours du …

Oslo: Le géant pétrolier norvégien Statoil a présenté jeudi des résultats trimestriels meilleurs que prévu grâce à la remontée du prix des...

jeudi 27 juillet 2017 à 12:26

Le pétrole profite de la baisse des stocks américains et du …

Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient jeudi en cours d'échanges européens après avoir atteint un nouveau plus haut en près de...

jeudi 27 juillet 2017 à 09:21

Royal Dutch Shell profite de la meilleure forme des cours du…

Londres: Le géant pétrolier Royal Dutch Shell a publié jeudi un bénéfice net en hausse de 31,5% au deuxième trimestre, profitant du...

jeudi 27 juillet 2017 à 08:51

TechnipFMC triple son bénéfice net au 2e trimestre

Paris: Le groupe franco-américain de services pétroliers TechnipFMC a annoncé jeudi un triplement de son bénéfice net au deuxième trimestre grâce à...

jeudi 27 juillet 2017 à 08:19

Total continue à profiter de la remontée des cours du pétrol…

Paris: Total a continué à bénéficier du redressement des cours du pétrole au deuxième trimestre et publié des résultats meilleurs que prévu...

jeudi 27 juillet 2017 à 05:25

Le pétrole fait une pause en Asie

Singapour: Le pétrole était orienté à la baisse jeudi en raison de prises de bénéfices après un net rebond provoqué ces derniers...

mercredi 26 juillet 2017 à 21:02

Le pétrole soutenu par une nouvelle chute des stocks américa…

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse mercredi, stimulés par l'annonce d'une baisse des réserves de brut, d'essence...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite