Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole revigoré par la perspective de discussions entre la Russie et l'Opep

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole s'affichaient toujours en grande forme jeudi en fin d'échanges européens, lorgnant vers les 35 dollars le baril alors que la Russie s'est dite prête à discuter avec l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) d'une possible "coordination" face à l'effondrement des cours.
Vers 17H10 GMT (18H10 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 34,19 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,09 dollar par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance gagnait 1,06 dollar à 33,36 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après deux séances de nette hausse, continuaient à bénéficier jeudi des espoirs de voir la Russie et l'OPEP s'entendre sur des réductions de production afin d'enrayer la chute des prix, plombés depuis un an et demi par l'offre excédentaire pesant sur le marché.

La référence européenne du brut est même montée jeudi vers 14H25 GMT jusqu'à 35,84 dollars, son niveau le plus élevé depuis le 6 janvier, tandis que son homologue américain a atteint au même moment 34,82 dollars, un plus haut depuis le 6 janvier également.

Les attentes d'un tel accord entre Moscou et le cartel se sont en effet intensifiées après que le ministre russe de l'Énergie, Alexandre Novak, a annoncé que son pays était prêt à participer à une réunion extraordinaire en février avec l'OPEP en vue d'une possible "coordination" face à l'effondrement des cours.

Selon le ministre, lors de précédentes rencontres, l'Arabie saoudite, chef de file de facto de l'OPEP, aurait proposé une baisse de production de 5% pour chacun des pays. Interrogé sur cette question et sur son actualité lors d'une éventuelle rencontre, il a répondu: "C'est justement le sujet qui sera discuté".

Pour Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque, les investisseurs ont sans doute pris conscience que la baisse des cours depuis le début du mois était trop rapide, alors que le brut a signé la semaine dernière de nouveaux plus bas depuis 2003.

"Les rumeurs de la part de la Russie ont servi d'excuse pour un rééquilibrage", ajoutait l'analyste, qui doutait toutefois de la possibilité réelle d'une réunion entre pays membres de l'OPEP et pays non membres du cartel.

Selon M. Dembik, "il y a simplement un ajustement à l'oeuvre au niveau des cours", jugeant le scénario d'une réunion de tous les pays producteurs afin de débattre d'une baisse de 5% de la production "utopique" et rapportant que l'Arabie Saoudite aurait d'ailleurs déjà démenti qu'un tel évènement était prévu.

"Il n'y a aucune chance pour que les États-Unis, la Russie, l'Arabie Saoudite et l'Iran s'assoient autour d'une même table pour discuter des quotas", insistait l'analyste.

Le même scepticisme était partagé par les experts de Commerzbank qui estimaient que même si un accord pouvait être conclu, ce qui constituerait un contraste saisissant par rapport aux crises précédentes, se poserait le problème de la mise en place des réductions de production alors que la Russie ne possède quasiment pas de capacité de stockage. En outre, poursuivaient-ils, les incitations à violer un tel accord seraient considérables.

"C'est pourquoi nous ne considérons pas une réduction rapide de l'offre comme particulièrement crédible. Ce qui est plus probable est que nous allons devoir attendre que la faiblesse des prix force l'offre à réagir", concluaient-ils.

(c) AFP

Commenter Le pétrole revigoré par la perspective de discussions entre la Russie et l'Opep


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 19 janvier 2018 à 05:42

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient vendredi en Asie sous l'effet de prises de bénéfices et d'inquiétudes sur une augmentation de la...

jeudi 18 janvier 2018 à 20:57

Le pétrole hésite à New York entre baisse des stocks et haus…

NYC/Cours de clôture: Le prix du pétrole new-yorkais a terminé quasi inchangé jeudi, le marché hésitant entre une nouvelle baisse importante des...

jeudi 18 janvier 2018 à 19:10

TransCanada sécurise les contrats pour la construction du Ke…

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi avoir sécurisé des contrats de livraisons de pétrole sur 20 ans permettant d'engager la construction...

jeudi 18 janvier 2018 à 18:18

Le pétrole hésite, entre pessimisme de l'Opep et un rapport …

Londres: Les cours du pétrole hésitaient jeudi en fin d'échanges européens alors que l'Opep a relevé ses prévisions sur la production américaine...

jeudi 18 janvier 2018 à 17:39

USA: les stocks de brut continuent à reculer fortement

New York: Les stocks de pétrole brut ont chuté plus fortement que prévu aux Etats-Unis la semaine dernière, se repliant au plus...

jeudi 18 janvier 2018 à 15:26

Le pétrole ouvre en baisse à New York avant un rapport sur l…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais reculait légèrement à l'ouverture jeudi, hésitant entre un rapport de l'Opep tablant sur une production...

jeudi 18 janvier 2018 à 12:51

Opep: l'offre américaine sera plus importante que prévu cett…

Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a une nouvelle fois fait état jeudi d'un rééquilibrage du marché mais revu à...

jeudi 18 janvier 2018 à 12:08

Le pétrole stable avant les stocks américains et le rapport …

Londres: Les prix du pétrole restaient stables jeudi en cours d'échanges européens dans un marché attentiste avant le rapport hebdomadaire du Département...

jeudi 18 janvier 2018 à 11:35

Pétrole: l'Irak signe avec BP pour développer les champs de …

Kirkouk (irak): L'Irak a signé jeudi un contrat avec le géant pétrolier britannique BP pour développer la production de pétrole, que Bagdad...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En novembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En novembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+9,0 % sur un mois, après +5,2 %). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent également (+1,0 % après −1,1 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En novembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros continue d'augmenter (+9,0 % après +5,2 % en août), à 53 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est comparable (+8,9 % après +3,8 %), le taux de change étant resté quasi...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite