Menu
RSS
A+ A A-

Démuni face au pétrole pas cher, le Venezuela s'effondre

prix du petrole venezuelaCaracas: Il compte les plus importantes réserves pétrolières au monde mais vit sa pire crise en 30 ans : le Venezuela s'enfonce dans la débâcle économique à mesure que les prix du brut baissent, ne parvenant pas à faire entendre sa voix à l'Opep.
"La crise est sévère, les revenus s'effondrent et le risque est que pays explose", résume l'économiste Luis Vicente Leon.

"La chute du prix du pétrole est une catastrophe pour le flux de liquidités mais si le pays faisait défaut, ce serait un suicide, le gouvernement le sait", ajoute-t-il, dans un climat déjà difficile pour le président socialiste Nicolas Maduro, défait aux législatives de décembre par l'opposition.

Dans un marché mondial pétrolier marqué par un excès d'offre et une demande faible, le baril de brut vient de chuter à son plus bas niveau en 12 ans, sous les 30 dollars. Un coup dur pour l'économie vénézuélienne, qui tire du pétrole 96% de ses devises, essentielles pour financer ses importations.

Avec un baril à ce prix, l'Etat finira l'année sur un déficit de liquidités de 27 milliards de dollars, estime l'économiste Asdrubal Oliveros, du cabinet Ecoanalitica.

Et alors que ses recettes ont plongé de 70%, le pays accumule des dettes commerciales d'environ 12 milliards de dollars. Selon le Fonds monétaire international (FMI), son PIB chutera de 8% cette année.

Au quotidien, les habitants souffrent d'une des pires inflations au monde (141,5% sur un an en septembre) et d'une pénurie touchant plus de deux produits de première nécessité sur trois.

Chaque jour, ils sont des milliers à faire la queue pendant des heures devant les supermarchés, pour acheter de la farine, du riz ou du café.


- Catastrophique

Maduro admet lui-même que la situation est catastrophique. Mais jusqu'à présent, ses efforts pour y remédier ont été vains.

Depuis plus d'un an, il mène campagne auprès de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), à qui il vient de proposer une réunion extraordinaire pour février, afin de définir une stratégie commune qui freinerait la chute des cours.

Mais le Venezuela n'a plus le pouvoir qu'il avait auparavant, quand le défunt ex-président Hugo Chavez surfait sur un prix du brut très élevé pour mener une pétro-diplomatie et défier l'hégémonie des Etats-Unis.

Malgré les demandes de Caracas, l'OPEP, menée par les pays du Golfe, refuse de réduire sa production, espérant ainsi noyer la concurrence du pétrole de schiste des Etats-Unis.

Une politique que Maduro qualifie de suicide, surtout pour le Venezuela qui n'a pas, contrairement aux producteurs arabes, les ressources nécessaires pour résister à ce qu'il appelle une guerre géopolitique contre le pétrole.

Pour avoir les liquidités suffisantes, le Venezuela, qui produit 2,65 millions de barils par jour selon l'OPEP, a besoin d'un baril à 80 dollars, ce qui n'est pas prêt d'arriver en 2016.


- Thérapie de choc

Le pays sud-américain ne pourra éviter une thérapie de choc et devra suivre le chemin des réformes pour réduire sa dépendance au pétrole, estime Christopher Dembik, économiste de la banque française Saxo Banque.

Une solution, très risquée politiquement, serait d'augmenter le prix de l'essence : fortement subventionnée, elle est facturée au prix le plus bas au monde, 0,015 dollar le litre.

Compte tenu du contexte international et des déséquilibres internes, il y a une opportunité en or de supprimer cette subvention, qui a coûté au pays 29 milliards de dollars ces trois dernières années et alimente la contrebande à la frontière avec la Colombie, selon Asdrubal Oliveros.

L'heure est venue, a reconnu Nicolas Maduro il y a peu devant le Parlement, estimant que le pays doit faire le saut de l'économie de rente pétrolière à une économie productive.

Une campagne médiatique tente de sensibiliser la population sur ce thème, en expliquant qu'il serait fou de vendre une empanada à un prix bien inférieur au coût de production, avec ce slogan : C'est la même chose avec le prix de l'essence, qui vaut 35 fois moins que ce qui coûte de la produire.

"C'est absurde", glisse un automobiliste "en faisant le plein à une station-essence de Caracas : Je paie avec un billet de 20 bolivars, quatre pour l'essence et le reste en pourboire".

(c) AFP

Commenter Démuni face au pétrole pas cher, le Venezuela s'effondre


Le pétrole au Vénézuela


jeudi 23 novembre 2017

Pétrole : un cousin de Chavez nommé à la tête de Citgo, fili…

Caracas: Le président vénézuélien Nicolas Maduro a nommé mercredi un cousin de l'ancien dirigeant Hugo Chávez comme président de Citgo, filiale américaine...

mardi 21 novembre 2017

Pétrole/corruption: six dirigeants de la filiale américaine …

Caracas: Les autorités vénézuéliennes ont arrêté le président et cinq vice-présidents de Citgo, la filiale américaine du groupe pétrolier vénézuélien PDVSA, pour...

mercredi 15 novembre 2017

Venezuela: S&P classe la compagnie pétrolière PDVSA en d…

Paris: L'agence de notation financière S&P Global Ratings a placé la compagnie pétrolière vénézuelienne PDVSA en défaut partiel, en raison du non-paiement...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole au Vénézuela

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 23 novembre 2017 à 12:33

Le pétrole recule un peu, marché fermé aux états-Unis

Londres: Les prix du pétrole baissait légèrement jeudi en cours d'échanges européens, dans une séance atone alors que les marchés resteront fermés...

jeudi 23 novembre 2017 à 12:15

Appel à la grève de la CGT pétrole: mouvement diversement su…

Paris: L'appel à la grève de la CGT pétrole pour "préserver" la convention collective de la branche, remise en cause selon elle...

jeudi 23 novembre 2017 à 06:11

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, après la forte hausse de la veille, alors que...

jeudi 23 novembre 2017 à 03:33

Pétrole : un cousin de Chavez nommé à la tête de Citgo, fili…

Caracas: Le président vénézuélien Nicolas Maduro a nommé mercredi un cousin de l'ancien dirigeant Hugo Chávez comme président de Citgo, filiale américaine...

mercredi 22 novembre 2017 à 21:10

Le pétrole new-yorkais termine au plus haut depuis juillet 2…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à londres a terminé en forte hausse mercredi, profitant d'une baisse hebdomadaire...

mercredi 22 novembre 2017 à 18:13

Le pétrole profite de la baisse des réserves de brut aux Eta…

Londres: Les cours du pétrole montaient mercredi en fin d'échanges européens, profitant de la baisse des réserves de brut des Etats-Unis la...

mercredi 22 novembre 2017 à 17:16

USA: baisse des stocks de brut et nouveau record de producti…

New York: Les stocks de pétrole brut ont baissé aux Etats-Unis la semaine dernière après deux semaines de hausse surprise de suite...

mercredi 22 novembre 2017 à 15:31

Le pétrole avance, anticipant une baisse des réserves de bru…

New York: Le pétrole new-yorkais a ouvert la séance en hausse mercredi, poussé par la perspective d'une baisse des réserves hebdomadaires de...

mercredi 22 novembre 2017 à 12:18

Le pétrole monte, les réserves de brut des états-Unis auraie…

Londres: Les prix du pétrole montaient mercredi en cours d'échanges européens alors que la fédération américaine professionnelle de l'API a estimé que...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite