Menu
RSS

USA: les bénéfices de la chute des prix du pétrole se font attendre

  • Écrit par Cours du baril
prix du petrole washington usaWashington (Etats:Unis) - Investissements pétroliers et secteur manufacturier en berne, marché boursier qui se dégonfle: les retombées bénéfiques pour les Etats-Unis de la chute des prix du pétrole se font toujours attendre.
Au bout du compte l'effet sera positif, promet Angel Ubide, économiste au Peterson Institute for International Economics (PIIE). Mais pour l'instant, l'aspect négatif prime parce qu'il intervient plus vite et plus fort. C'est une question de temps, assure cet expert à l'AFP.

Depuis l'été 2014, le prix du baril de pétrole brut a dégringolé de 70% pour passer sous la barre des 30 dollars, un cours que personne n'aurait imaginé il y a 18 mois quand il atteignait 110 dollars. La percée technologique de la fracturation hydraulique sur le territoire américain a révolutionné le marché de l'or noir et fait des Etats-Unis le premier mondial producteur de pétrole.

Mais aux Etats-Unis plus cette baisse des prix continue, plus il devient difficile de dire que cela a un effet net positif pour l'économie américaine, affirme Steve Murphy, de Capital Economics.

Les autorités financières, la présidente de la Fed, Janet Yellen, en tête, ont répété à l'envi que la baisse des prix de l'essence libérait du pouvoir d'achat pour les consommateurs. Le super à la pompe est tombé sous la barre des 2 dollars le gallon en moyenne cette semaine (0,45 euro le litre), un plus bas en sept ans.

Pourtant les retombées sur les dépenses de consommation ne semblent guère se matérialiser, même si le consommateur reste la locomotive de la modeste croissance américaine.

Les ventes au détail n'ont progressé que de 2,1% en 2015, selon les chiffres officiels publiés vendredi, contre une croissance moyenne annuelle de 5,1% de 2010 à 2014.

Selon Steve Murphy, les Américains ont économisé 115 milliards de dollars en essence ces 18 derniers mois mais au lieu de les dépenser, l'épargne a augmenté de 120 milliards de dollars, suggérant que les ménages ont mis de côté chaque penny épargné à la pompe.

Une fois que le taux d'épargne sera plus haut, le consommateur finira pas dépenser ces économies, assure Angel Ubide.

Les gagnants sont plus nombreux que les perdants, maintient aussi Reza Varjavand, professeur d'économie à l'université Saint Xavier de Chicago. L'impact est positif pour les consommateurs américains mais négatif pour les pays producteurs à l'étranger et pour le marché boursier, affirme-t-il à l'AFP.


Vous avez dit temporaire ?

Dans l'industrie, les secteurs pétrolier et manufacturier souffrent. Les industries extractives ont détruit presque 130.000 emplois en 2015, selon le ministère du Travail. Le nombre de puits d'extraction en activité a diminué de 68% aux Etats-Unis l'année dernière.

Les finances de plusieurs Etats producteurs commencent à battre de l'aile. La baisse prolongée va continuer à saper les économies et sans doute les notes de plusieurs Etats producteurs, estimait cette semaine une étude de l'agence de notation Standard and Poor's citant l'Alaska, le Dakota du Nord, la Louisiane, l'Oklahoma, le Texas, la Virginie Occidentale et le Wyoming.

Sur le plan de l'inflation, l'impact à la baisse des prix de l'énergie n'en finit plus. C'est un effet temporaire, promet Janet Yellen depuis des mois alors que la Banque centrale aimerait voir la hausse des prix se redresser.

Temporaire peut durer longtemps, ironise M. Ubide. Il ajoute que mathématiquement l'impact sur l'inflation d'un prix du baril de plus en plus bas ne peut que proportionnellement s'essouffler. Plus le prix du pétrole est bas, moins il aura d'impact sur l'inflation sur une base incrémentielle, affirme-t-il. Certains experts, comme chez Morgan Stanley, n'excluent plus le scénario d'un baril à 20 dollars à la faveur de l'appréciation continue du billet vert.

Enfin, la manne de ces économies dont bénéficie les ménages américains a-t-elle éteint pour un moment les revendications salariales ? Standard and Poor's a semblé se poser la question notant que la baisse des prix de l'énergie compensait l'anémique progression des salaires.

(c) AFP

Commenter USA: les bénéfices de la chute des prix du pétrole se font attendre

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 26 juin 2017 à 21:08

Le pétrole termine en hausse, le marché tente de se stabilis…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse lundi, poursuivant leur stabilisation et profitant d'achats à bon compte...

lundi 26 juin 2017 à 20:54

France: les prix des carburants poursuivent leur baisse

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué de se replier la semaine dernière, tombant au plus bas...

lundi 26 juin 2017 à 18:07

Russie: le pétrolier Rosneft obtient des excuses d'un média …

Moscou: L'un des rares médias jugés indépendants en Russie, RBK, a présenté lundi des excuses au pétrolier Rosneft et son influent patron...

lundi 26 juin 2017 à 17:59

Le pétrole peine à trouver une direction

Londres: Les cours du pétrole peinaient à accrocher un cap lundi en fin d'échanges européens, oscillant faiblement autour de l'équilibre après la...

lundi 26 juin 2017 à 15:33

Le pétrole ouvre en hausse à New York, aidé par le dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère hausse lundi à New York, aidés par des achats à...

lundi 26 juin 2017 à 12:42

Le pétrole tente de se reprendre mais reste affaibli

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu lundi en cours d'échanges européens, tentant timidement de se reprendre après la dégringolade de...

lundi 26 juin 2017 à 07:38

Le pétrole rebondit légèrement en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse lundi en Asie, rebondissant après une semaine qui a vu l'or noir...

vendredi 23 juin 2017 à 21:05

Le pétrole se reprend un peu à la fin d'une dure semaine

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse vendredi, parvenant à se reprendre un peu à la fin...

vendredi 23 juin 2017 à 18:11

Le pétrole essaie de se reprendre après sa récente faiblesse

Londres: Les prix du pétrole évoluaient en légère hausse vendredi en fin d'échanges européens, essayant péniblement de se maintenir en hausse sur...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite