Menu
RSS
A+ A A-

USA: les bénéfices de la chute des prix du pétrole se font attendre

prix du petrole washington usaWashington (Etats:Unis) - Investissements pétroliers et secteur manufacturier en berne, marché boursier qui se dégonfle: les retombées bénéfiques pour les Etats-Unis de la chute des prix du pétrole se font toujours attendre.
Au bout du compte l'effet sera positif, promet Angel Ubide, économiste au Peterson Institute for International Economics (PIIE). Mais pour l'instant, l'aspect négatif prime parce qu'il intervient plus vite et plus fort. C'est une question de temps, assure cet expert à l'AFP.

Depuis l'été 2014, le prix du baril de pétrole brut a dégringolé de 70% pour passer sous la barre des 30 dollars, un cours que personne n'aurait imaginé il y a 18 mois quand il atteignait 110 dollars. La percée technologique de la fracturation hydraulique sur le territoire américain a révolutionné le marché de l'or noir et fait des Etats-Unis le premier mondial producteur de pétrole.

Mais aux Etats-Unis plus cette baisse des prix continue, plus il devient difficile de dire que cela a un effet net positif pour l'économie américaine, affirme Steve Murphy, de Capital Economics.

Les autorités financières, la présidente de la Fed, Janet Yellen, en tête, ont répété à l'envi que la baisse des prix de l'essence libérait du pouvoir d'achat pour les consommateurs. Le super à la pompe est tombé sous la barre des 2 dollars le gallon en moyenne cette semaine (0,45 euro le litre), un plus bas en sept ans.

Pourtant les retombées sur les dépenses de consommation ne semblent guère se matérialiser, même si le consommateur reste la locomotive de la modeste croissance américaine.

Les ventes au détail n'ont progressé que de 2,1% en 2015, selon les chiffres officiels publiés vendredi, contre une croissance moyenne annuelle de 5,1% de 2010 à 2014.

Selon Steve Murphy, les Américains ont économisé 115 milliards de dollars en essence ces 18 derniers mois mais au lieu de les dépenser, l'épargne a augmenté de 120 milliards de dollars, suggérant que les ménages ont mis de côté chaque penny épargné à la pompe.

Une fois que le taux d'épargne sera plus haut, le consommateur finira pas dépenser ces économies, assure Angel Ubide.

Les gagnants sont plus nombreux que les perdants, maintient aussi Reza Varjavand, professeur d'économie à l'université Saint Xavier de Chicago. L'impact est positif pour les consommateurs américains mais négatif pour les pays producteurs à l'étranger et pour le marché boursier, affirme-t-il à l'AFP.


Vous avez dit temporaire ?

Dans l'industrie, les secteurs pétrolier et manufacturier souffrent. Les industries extractives ont détruit presque 130.000 emplois en 2015, selon le ministère du Travail. Le nombre de puits d'extraction en activité a diminué de 68% aux Etats-Unis l'année dernière.

Les finances de plusieurs Etats producteurs commencent à battre de l'aile. La baisse prolongée va continuer à saper les économies et sans doute les notes de plusieurs Etats producteurs, estimait cette semaine une étude de l'agence de notation Standard and Poor's citant l'Alaska, le Dakota du Nord, la Louisiane, l'Oklahoma, le Texas, la Virginie Occidentale et le Wyoming.

Sur le plan de l'inflation, l'impact à la baisse des prix de l'énergie n'en finit plus. C'est un effet temporaire, promet Janet Yellen depuis des mois alors que la Banque centrale aimerait voir la hausse des prix se redresser.

Temporaire peut durer longtemps, ironise M. Ubide. Il ajoute que mathématiquement l'impact sur l'inflation d'un prix du baril de plus en plus bas ne peut que proportionnellement s'essouffler. Plus le prix du pétrole est bas, moins il aura d'impact sur l'inflation sur une base incrémentielle, affirme-t-il. Certains experts, comme chez Morgan Stanley, n'excluent plus le scénario d'un baril à 20 dollars à la faveur de l'appréciation continue du billet vert.

Enfin, la manne de ces économies dont bénéficie les ménages américains a-t-elle éteint pour un moment les revendications salariales ? Standard and Poor's a semblé se poser la question notant que la baisse des prix de l'énergie compensait l'anémique progression des salaires.

(c) AFP

Commenter USA: les bénéfices de la chute des prix du pétrole se font attendre


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur...

vendredi 17 novembre 2017 à 18:11

Le pétrole dopé par l'optimisme du ministre saoudien de l'En…

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens après des propos rassurants du ministre saoudien de l'Energie alors que...

vendredi 17 novembre 2017 à 15:21

Le pétrole ouvre en hausse à New York, le marché rassuré par…

New York: Le pétrole new-yorkais montait à l'ouverture vendredi, des propos du ministère saoudien de l'Energie rassurant les marchés sur la possibilité...

vendredi 17 novembre 2017 à 12:22

Le pétrole remonte, le soutien saoudien à l'accord sur la pr…

Londres: Les prix du pétrole étaient galvanisés vendredi en cours d'échanges européens par le ministre saoudien de l'Energie, qui a réaffirmé le...

vendredi 17 novembre 2017 à 09:24

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...

vendredi 17 novembre 2017 à 06:48

Les cours du pétrole divergent en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans un marché qui se demande si la forte production américaine ne va...

jeudi 16 novembre 2017 à 23:23

TransCanada: fuite de pétrole sur l'oléoduc Keystone aux USA

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi la fermeture provisoire de son oléoduc Keystone entre le Canada et les Etats-Unis en raison...

jeudi 16 novembre 2017 à 20:58

Se tournant de nouveau vers l'Opep, le pétrole recule à New …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole new-yorkais s'est légèrement replié jeudi, les investisseurs se demandant si l'accord engageant l'Organisation des pays exportateurs de...

jeudi 16 novembre 2017 à 18:09

Le pétrole recule, la production américaine inquiète toujour…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens alors que la hausse des réserves américaines a renforcé le pessimisme...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite