Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole rate son rebond, plombé par les stocks américains

prix du petrole New YorkNew York: Après une tentative de rebond, les cours du pétrole ont terminé proches de l'équilibre mercredi à New York, freinés par des chiffres hebdomadaires défavorables sur l'offre américaine, sans réussir à revenir sur un début d'année catastrophique.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en février a pris quatre cents à 30,48 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), restant proche de ses plus bas niveaux depuis décembre 2003.

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance a en revanche reculé de 55 cents à 30,31 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), soit son plus bas niveau depuis février 2004, et est retombé sous le niveau du pétrole new-yorkais.

En baisse de près de 20% depuis le début de l'année, le marché, plombé par une surabondance générale dans le monde, avait ouvert en nette hausse, gagnant environ un dollar le baril lors de la première heure et demi d'échanges new-yorkais.

Toutefois, aux Etats-Unis, "le département de l'Energie a publié à 15H30 GMT des chiffres qui se sont révélés très défavorables" et le marché s'est replié, a mis en avant Bob Yawger, de Mizuho Securities.

A la recherche de tout indice d'une diminution de l'offre, le marché a subi le coup de l'annonce d'une hausse de 200.000 barils des stocks de brut la semaine précédente, certes minime mais décevante après que la fédération American Petroleum Institute avait fait miroiter la veille la perspective d'un net déclin dans ses propres estimations.

"En gros, on n'est qu'à sept millions de barils du plus haut niveau historique des stocks de brut", a souligné M. Yawger. "C'est un mauvais signe."

Pire encore, les réserves d'essence ont bondi de plus de huit millions de barils après avoir déjà monté de plus de dix millions la semaine précédente. Sur deux semaines, c'est la plus forte progression jamais enregistrée.

Ces chiffres ont privé les investisseurs d'une lueur d'espoir dans un marché accablé par le niveau élevé de l'offre, que ce soit aux Etats-Unis, dans l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ou en Russie.


- Petit soutien chinois

A ce titre, le marché est aussi déprimé "par des rumeurs de plus en plus insistantes sur un afflux très rapide de pétrole iranien (...) comme des sanctions pourraient être levées des dimanche", a rapporté M. Yawger.

L'un des principaux négociateurs iraniens, Abbas Araghchi, a estimé mercredi que l'accord nucléaire de l'été dernier, conclu avec les grandes puissances, pourrait entrer en vigueur dès cette date.

Selon M. Yawger, le poids de cette actualité, plus internationale que les chiffres sur les stocks américains, était sensible dans le fait que le cours du Brent, référence européenne du brut, a baissé mercredi, alors que le WTI est parvenu à grand-peine à se maintenir dans le vert.

"Le marché ne peut pas éternellement baisser chaque jour", a commenté Kyle Cooper de IAF Advisors, ne voyant toutefois aucune raison objective à la relative résistance du WTI.

Comme possible facteur de soutien, certains observateurs citaient néanmoins des chiffres meilleurs que prévu sur le commerce en Chine, premier consommateur mondial d'énergie, dont les importations de pétrole ont atteint un niveau historiquement élevé en décembre.

Même si les importations chinoises, plus importantes que prévu, sont clairement un facteur de soutien pour le marché,on voit à quel point le marché mondial reste trop approvisionné puisque les cours ont continué à baisser alors même que la Chine a acheté autant de pétrole, a relativisé Tim Evans, de Citi.

(c) AFP

Commenter Le pétrole rate son rebond, plombé par les stocks américains


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 19 octobre 2017 à 18:13

Le pétrole recule malgré le risque géopolitique

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, le risque de perturbation de la production irakienne ne convainquant pas...

jeudi 19 octobre 2017 à 16:53

Rosneft devrait augmenter de 5% sa part dans le gisement égy…

Milan: Le géant semi-public russe des hydrocarbures Rosneft réfléchit à augmenter de 5% sa participation dans l'immense gisement gazier offshore égyptien de...

jeudi 19 octobre 2017 à 15:34

Le pétrole, lesté par les stocks américains, ouvre en baisse…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait jeudi à l'ouverture, lesté par la hausse des réserves...

jeudi 19 octobre 2017 à 13:41

Le marché du pétrole se rééquilibre plus vite que prévu (Ope…

Londres: Le secrétaire général de l'Opep, Mohammed Barkindo, s'est félicité jeudi à Londres du rééquilibrage du marché mondial du pétrole et a...

jeudi 19 octobre 2017 à 12:47

Le pétrole baisse un peu dans un marché toujours hésitant

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu jeudi en cours d'échanges européens, mais restaient cantonnés dans la fourchette étroite dans laquelle...

jeudi 19 octobre 2017 à 12:39

Bagdad critique vivement l'accord entre le Kurdistan et Rosn…

bagdad: Le gouvernement irakien s'en est pris vivement jeudi, sans le nommer, à l'accord signé la veille par le géant semi-public russe...

jeudi 19 octobre 2017 à 09:09

Norvège: la production pétrolière recule en septembre

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a sensiblement reculé en septembre à cause de travaux...

jeudi 19 octobre 2017 à 05:37

Le pétrole en petite baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement jeudi en Asie dans un marché peu rasséréné par l'annonce d'un recul des stocks de...

mercredi 18 octobre 2017 à 21:27

Le pétrole aidé par un repli des stocks de brut aux Etats-Un…

NYC/Cours de clôture: Les barils de pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé en légère hausse mercredi, soutenus par...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite