Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole se ressaisit à la faveur d'un rebond essentiellement technique

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole rebondissaient mercredi en cours d'échanges européens, après avoir signé sept jours consécutifs de lourdes pertes et atteint de nouveaux plus bas en plus de onze ans et demi, les investisseurs profitant de l'enfoncement d'un nouveau plancher pour faire leur retour sur le marché.
Vers 11H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 31,58 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 72 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance prenait 74 cents à 31,18 dollars.

Les cours du pétrole - qui se sont à nouveau fortement repliés mardi, le WTI franchissant même brièvement à la baisse le seuil des 30 dollars le baril pour la première fois depuis douze ans - se reprenaient mercredi, dans le sillage de statistiques meilleures qu'attendu sur le commerce en Chine et dans l'attente des dernières données sur les stocks américains de brut.

Le pétrole échangé à New York est en effet tombé mardi jusqu'à 29,93 dollars le baril, soit un minimum depuis le 2 décembre 2003, tandis que le pétrole échangé à Londres a atteint 30,34 dollars, un plus bas depuis le 6 avril 2004.

Mais selon Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque, le franchissement mardi du seuil des 30 dollars le baril est "l'élément moteur" de la reprise des cours ce mercredi.

"Beaucoup d'investisseurs avaient des positions vendeuses à 30 dollars qui ont donc été débouclées hier. Les acheteurs sont ensuite rentrés sur le marché considérant que les cours ne peuvent pas aller plus bas à court terme et que le niveau des 30 dollars pourrait servir de cours plancher, au moins à court terme", expliquait-il.

Les cours du brut étaient par ailleurs soutenus par des données encourageantes sur le commerce extérieur chinois, qui ont montré un rebond surprise des exportations en décembre, et une hausse des importations de pétrole, de bon augure pour la demande du premier consommateur d'énergie au monde.

"Les chiffres des importations chinoises publiés (mercredi) ont dissipé les récentes inquiétudes concernant la demande chinoise, alors qu'il n'y a (en fait) aucune indication d'une demande plus faible", soulignaient les experts de Commerzbank.

Profitant de la faiblesse des cours du pétrole, la Chine a au contraire vu ses importations d'or noir "grimper en décembre à un niveau record de 7,8 millions de barils par jour", selon les chiffres publiés mercredi par les douanes, précisaient-ils.

"Cela les place à un bon 20% au-dessus des importations du mois précédent", ajoutaient les analystes de Commerzbank.

M. Dembik estimait cependant que ces bonnes statistiques avaient "pesé dans la balance, mais de façon marginale" pour expliquer le rebond des cours du brut.

Ces derniers bénéficiaient également de la publication mardi des chiffres de l'association professionnelle American Petroleum Institute (API), selon lesquels les stocks américains de brut ont décliné la semaine dernière, avant les données officielles du département américain de l'Énergie (DoE) attendues ce mercredi à 15H30 GMT.

"Après la clôture des échanges (américains), l'API a révélé une chute hebdomadaire des réserves américaines de brut de 3,9 millions de barils, dont une baisse de 300.000 millions de barils au terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma, centre-sud)", notait David Hufton, analyste chez PVM.

"Cependant, les stocks d'essence ont à nouveau fortement augmenté de 7 millions de barils et ceux de produits distillés de 3,7 millions de barils", selon les chiffres de l'API, poursuivait l'analyste.

Selon la prévision médiane des analystes interrogés par l'agence Bloomberg, les stocks de brut se seraient en revanche étoffés de 2 millions de barils, tandis que ceux d'essence auraient augmenté de 2,5 millions de barils, et ceux de produits distillés (dont le diesel et le fioul de chauffage) de 1,5 million de barils.

La plupart des analystes se montraient toutefois prudents face au rebond des cours, imputable essentiellement à des facteurs techniques, alors que la situation fondamentale de l'offre et de la demande n'a pas changé sur le marché pétrolier.

"Qu'y a-t-il de nouveau ? Avons-nous réellement des preuves de la reprise de la Chine, ou une solution à la surabondance de l'offre, notamment de pétrole ? Ceci est peut-être un rebond mais la tendance baissière du marché depuis plusieurs mois ne peut être ignorée", tempérait Michael van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

(c) AFP


Commenter Le pétrole se ressaisit à la faveur d'un rebond essentiellement technique


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:47

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer…

Londres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:12

Le Liban donne son feu vert pour les premières explorations …

Beyrouth: Le gouvernement libanais a approuvé jeudi une offre présentée par un consortium alliant le groupe pétrolier français Total, l'italien ENI et...

jeudi 14 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole, plombé par l'offre américaine, ouvre en baisse à…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais reculait à l'ouverture jeudi, plombé par la progression constante de la production américaine de brut...

jeudi 14 décembre 2017 à 12:41

Le pétrole hésite, les prévisions de l'AIE et de l'Opep dive…

Londres: Les prix du pétrole oscillaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens dans un marché qui peine à digérer les rapports mensuels...

jeudi 14 décembre 2017 à 10:27

Pétrole: le rééquilibrage du marché menacé par la production…

Paris: Avec la progression de la production américaine, le rééquilibrage du marché pétrolier ne sera pas évident en 2018 et la première...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite