Menu
RSS

Le pétrole: l'autre terrain de crise entre l'Arabie et l'Iran

prix du petrole LondresLondres: L'Arabie saoudite fourbit ses armes avant le retour de l'Iran sur le marché pétrolier, bien décidée à ne céder aucun terrain à un rival avec qui les tensions s'exacerbent, au moment où les cours du pétrole atteignent de nouveaux planchers.
Même si l'escalade des tensions entre Ryad et Téhéran, après l'exécution samedi d'un dignitaire religieux chiite, a brièvement bénéficié aux cours du pétrole, faisant craindre un temps pour l'approvisionnement mondial en brut, les investisseurs se sont rapidement ravisés.

"Les tensions actuelles entre l'Arabie saoudite et l'Iran pourraient ajouter une importante prime de risque géopolitique mais seulement si l'inimitié entre les deux rivaux pétroliers s'intensifie davantage jusqu'à perturber l'approvisionnement dans la région", a déclaré à l'AFP Abhishek Deshpande, analyste chez Natixis.

Or, selon ce dernier, Téhéran et Ryad, qui contribuent respectivement à hauteur de 2,8 et 10,4 millions de barils par jour (mbj) à l'offre mondiale de brut, prendront particulièrement garde à ne pas perturber ces flux d'or noir dont leurs revenus dépendent largement.

Ainsi, la plupart des analystes estimaient que la crise irano-saoudienne risquait au contraire d'ajouter une pression supplémentaire à des prix du pétrole déjà au plus bas, en compromettant davantage tout espoir d'accord sur des réductions de production au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont Ryad et Téhéran sont deux membres éminents.

Le Brent, le baril de pétrole échangé à Londres, est d'ailleurs passé mercredi sous la barre des 35 dollars pour la première fois en onze ans et demi tandis que le WTI, qui se négocie à New York, a franchi ce seuil à la baisse mi-décembre, ce qui constituait une première depuis la mi-février 2009.

Selon David Hufton, analyste chez PVM, "la rupture complète des relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite réduit les chances de toute coopération sur la production à zéro et fait de la bataille féroce pour les parts de marché une certitude".


- Guerre des prix sans merci

La guerre tarifaire est déjà déclarée du côté de Ryad qui, non content d'avoir imposé aux autres membres de l'OPEP un maintien de la production du cartel à son niveau actuel, vient de baisser les prix de son pétrole à destination de l'Europe pour mieux couper l'herbe sous le pied à la concurrence tant russe qu'iranienne.

Le Vieux Continent constituait en effet le marché traditionnel de Téhéran avant l'imposition en 2012 de sanctions internationales à la République islamique pour son programme nucléaire, et reste un débouché privilégié pour Moscou, l'autre bête noire de Ryad, dont la production a atteint un record en 2015, à 10,73 mbj en moyenne.

"L'Arabie saoudite fera tout ce qu'il faut pour protéger ses parts de marché et a décidé de poursuivre une politique (consistant à) ne pas réduire sa production lors de la dernière réunion de l'OPEP (en décembre). L'Iran et la Russie resteront ses principales cibles", a poursuivi M. Deshpande.

"Il est logique que l'Arabie saoudite cherche à laisser le moins d'espace possible au retour du pétrole iranien. La décision de modifier sa politique de prix était certainement en partie actée depuis plusieurs mois puisque l'accroissement des exportations iraniennes était prévisible en ce début d'année", a observé de son côté Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Certains analystes jugeaient toutefois que le bond des exportations iraniennes anticipé pour cette année, sous l'effet de la levée des sanctions occidentales, pourrait être compromis et relevaient une certaine inflexion dans le discours jusqu'alors particulièrement offensif de Téhéran à ce sujet.

Alors que l'Iran n'a eu de cesse de répéter, au cours des derniers mois, qu'il n'accepterait aucunement de voir sa production bridée, en dépit de la chute des cours du brut, il semble désormais davantage disposé à accepter une augmentation progressive de celle-ci pour limiter la pression sur les prix, comme l'a laissé entendre récemment le président de la National Iranian Oil Compagny (NIOC).

"Que ce soit vraiment parce que l'Iran ne veut pas d'une +guerre des prix+ comme il le prétend ou qu'il reconnaisse de la sorte que la croissance de sa production sera plus lente qu'anticipé précédemment, c'est à chacun de trancher", notait M. Hufton.

Téhéran avait prédit jusqu'alors une augmentation de sa production de 500.000 barils par jour dès la levée des sanctions puis d'un million de barils par jour par la suite.

(c) AFP

Commenter Le pétrole: l'autre terrain de crise entre l'Arabie et l'Iran

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Le pétrole en Iran


lundi 13 mars 2017

Pétrole: Hyundai signe un accord de 3 mds EUR dans un projet…

Séoul: Le groupe sud-coréen Hyundai Engineering a signé un accord portant sur un montant de trois milliards d'euros pour investir dans un...

samedi 04 mars 2017

L'Iran "comprend" que Total attende une décision a…

Téhéran: Le gouvernement iranien "comprend" que le groupe pétrolier français Total attende une "décision finale" des Etats-Unis concernant l'Iran pour concrétiser ses...

samedi 04 février 2017

Pétrole: l'Iran repousse la date limite de son appel d'offre…

Téhéran: L'Iran a repoussé la date limite de son appel d'offres pour le développement de projets liés aux hydrocarbures, exhortant le géant...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

Le pétrole en Arabie Saoudite


mardi 16 mai 2017

Pétrole: Koweït soutient Ryad et Moscou sur la réduction de …

Koweït: Le Koweït a apporté mardi son soutien total à l'appel de l'Arabie saoudite et de la Russie pour une extension de...

lundi 15 mai 2017

Pétrole: Moscou et Ryad veulent réduire l'offre de pétrole j…

Moscou: La Russie et l'Arabie Saoudite, deux des plus grands producteurs de pétrole dans le monde, se sont prononcés lundi dans un...

lundi 08 mai 2017

Pétrole: Moscou et Ryad pour une extension de l'accord de ré…

Moscou: Les deux plus grands producteurs de pétrole, la Russie et l'Arabie Saoudite, ont évoqué lundi une extension de l'accord de réduction...


-Voir toutes les news du pétrole en Arabie Saoudite

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 28 juin 2017 à 21:03

Le pétrole profite d'une baisse de la production aux Etats-U…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé la séance en hausse mercredi, le marché accueillant positivement l'annonce d'une baisse de...

mercredi 28 juin 2017 à 18:50

Le pétrole monte grâce au repli des réserves américaines d'e…

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse mercredi en fin d'échanges européens, portés par la baisse des réserves d'essence et...

mercredi 28 juin 2017 à 16:49

USA: hausse surprise des stocks de brut, les réserves d'esse…

New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis tandis que les réserves d'essence...

mercredi 28 juin 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York avant un rappor…

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère baisse mercredi à New York, le marché attendant avec fébrilité...

mercredi 28 juin 2017 à 12:58

Le pétrole baisse un peu, l'offre surabondante pèse

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu mercredi en cours d'échanges européens, la surabondance persistante de l'offre pesant de nouveau sur...

mercredi 28 juin 2017 à 07:51

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient à la baisse mercredi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des stocks de brut américain.

mardi 27 juin 2017 à 21:08

Le pétrole porté par l'anticipation d'une baisse des stocks

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi à New York et à Londres, soutenus par l'anticipation...

mardi 27 juin 2017 à 18:14

Le pétrole se reprend, aidé par l'accès de faiblesse du doll…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur reprise mardi en fin d'échanges européens, aidés notamment par un accès de faiblesse du dollar...

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite