Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole s'enfonce dans le rouge, sur fond d'inquiétudes pour la demande

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole creusaient leurs pertes mardi en fin d'échanges européens, faute de soutien suffisant apporté par le regain de tensions au Moyen-Orient dans un contexte d'excédents d'offre persistants, de demande morose et de dollar fort.
Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 36,52 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 70 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 46 cents à 36,30 dollars.

Le Brent et le WTI ont connu un début de semaine particulièrement volatil, soutenus un temps par la crise diplomatique qui a éclaté au cours du week-end entre l'Arabie saoudite et l'Iran - et s'est intensifiée les jours suivants -, avant de repartir à la baisse mardi en cours de séance.

"On pourrait en fait trouver très surprenant que les prix du pétrole ne soient pas plus élevés de quelques dollars étant donné les tensions grandissantes entre l'Arabie saoudite, ses alliés et l'Iran", observait Tamas Varga, analyste chez PVM.

La brouille entre l'Arabie saoudite et l'Iran au sujet de l'exécution samedi d'un dignitaire religieux chiite est devenue une crise diplomatique majeure, Ryad et ses alliés sunnites (Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Soudan et le Koweït) ayant rompu ou réduit leurs relations avec Téhéran.

L'Arabie saoudite est le premier producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont l'Iran est également un important membre, aussi certains investisseurs s'inquiétaient-ils de ce que les tensions bilatérales perturbent l'offre de pétrole.

La plupart des analystes jugeaient toutefois peu probable que l'approvisionnement de pétrole soit menacé dans l'immédiat par cette crise, même si M. Varga estimait que le fait que la production combinée de Ryad et de Téhéran dépasse les 13 millions de barils par jour (mbj) devrait faire frémir les investisseurs pariant sur la baisse des cours.

"Le fait que cela ne soit pas le cas montre seulement à quel point la situation fondamentale sous-jacente (du marché) est baissière, même si ce qui se passe au Moyen-Orient doit être surveillé de près", ajoutait M. Varga.

Pour Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.com, la crise entre Ryad et Téhéran signifie simplement qu'il y aura encore moins de coordination au sein de l'OPEP concernant le contrôle de la production de pétrole, ce qui était déjà un point sur lequel les pays membres peinaient de toute façon à s'accorder.

De même, Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets, soulignait que les cours du brut n'avaient guère pris en compte les tensions grandissantes au Moyen-Orient, annulant leurs gains mardi alors que l'Arabie saoudite a augmenté les prix de son pétrole brut pour février à destination de l'Asie mais les a baissés pour ses acheteurs en Europe de l'Ouest.

En outre, le renforcement du dollar pesait également sur les cours du brut, libellés en billets verts et donc rendus plus onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises, tout comme "la médiocrité des chiffres sur l'activité industrielle en Chine et aux États-Unis" qui, selon les analystes de Commerzbank, "relance les inquiétudes sur un ralentissement de la demande dans les deux pays plus gros consommateurs de pétrole".

"La volatilité actuelle sur les marchés boursiers, couplée aux inquiétudes entourant la santé de l'économie chinoise, signifie qu'il n'y a aucune raison pour les investisseurs de s'attendre à une hausse soudaine de la croissance de la demande cette année", poursuivait M. Razaqzada, soulignant qu'il n'y avait toujours pas de fin en vue pour la chute des cours.

Les investisseurs attendaient par ailleurs mardi que l'association professionnelle American Petroleum Institute (API) donne son estimation des stocks américains de brut pour la semaine dernière.

Ces chiffres sont attendus après la clôture des échanges européens, avant les statistiques officielles du Département américain de l'Énergie (DoE) qui seront publiées mercredi.

(c) AFP


Commenter Le pétrole s'enfonce dans le rouge, sur fond d'inquiétudes pour la demande


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 20 juillet 2017 à 21:06

Le pétrole termine en baisse, hésitations avant l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, marquant le pas au lendemain d'une bonne séance et sur...

jeudi 20 juillet 2017 à 18:05

Le pétrole recule dans un marché incertain avant l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, les investisseurs peinant à se positionner avant que l'Opep et ses...

jeudi 20 juillet 2017 à 17:17

ExxonMobil mis à l'amende pour non respect de sanctions liée…

Washington: Le département du Trésor a infligé jeudi une amende de 2 millions de dollars à ExxonMobil pour n'avoir pas respecté les...

jeudi 20 juillet 2017 à 15:00

Le pétrole reste bien orienté et ouvre en hausse à New York

New York: Les cours du pétrole new-yorkais ont ouvert en hausse jeudi, restant sur leur trajectoire positive de la veille après l'annonce...

jeudi 20 juillet 2017 à 12:12

Le pétrole stable, entre stocks américains et réunion de l'O…

Londres: Les prix du pétrole restaient stables jeudi en cours d'échanges européens après une baisse des réserves américaines et avant des réunions...

jeudi 20 juillet 2017 à 06:53

Les cours du pétrole inchangés en Asie

Singapour: Les cours du pétrole demeuraient inchangés jeudi après la hausse des prix de la veille liée à un recul hebdomadaire des...

mercredi 19 juillet 2017 à 20:53

Le pétrole, dopé par un recul des stocks aux USA, termine en…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole new-yorkais ont terminé en hausse mercredi, profitant de la publication d'un rapport du département américain...

mercredi 19 juillet 2017 à 19:53

Libye: la compagnie pétrolière NOC vise 1,25 million b/j fin…

Benghazi (libye): Le président de la Compagnie nationale libyenne de Pétrole (NOC) Moustafa Sanalla a annoncé mercredi que la production de pétrole...

mercredi 19 juillet 2017 à 18:08

Le pétrole monte avec la baisse des stocks américains

Londres: Les cours du pétrole remontaient mercredi en fin d'échanges européens, profitant de la baisse des réserves américaines.

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite