Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole cède encore un peu de terrain à l'ouverture à New York

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont ouvert en petite baisse mardi à New York, les investisseurs hésitant sur l'ampleur de la prime de risque que représente la crise entre l'Arabie saoudite et l'Iran dans un contexte d'excédents mondiaux et de dollar en hausse.
Vers 14H10 GMT, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en février cédait 27 cents à 36,49 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), alors que quelques minutes avant l'ouverture encore il s'affichait en hausse dans les échanges électroniques.

"Après les mouvements à la hausse puis à la baisse hier je crois que les gens sont un peu réticents à se lancer dans ce marché", a commenté Matt Smith, chez ClipperData.

Selon lui, c'est par crainte des investissements risqués que le pétrole a fini la journée de lundi en baisse, "et je crois que cela continue aujourd'hui. En plus on voit le dollar se renforcer, et cela va à l'encontre d'un rebond du brut", a-t-il ajouté.

Les échanges de brut étant libellés en dollars, tout renforcement du billet vert pénalise en effet les acheteurs munis d'autres devises.

Globalement, "il y a toujours énormément d'inquiétudes pour l'économie et cela fait plus que compenser les inquiétudes géopolitiques", a-t-il conclu.

La brouille entre l'Arabie saoudite et l'Iran au sujet de l'exécution d'un dignitaire chiite est devenue une crise diplomatique majeure, Ryad et ses alliés sunnites ayant rompu ou réduit leurs relations avec Téhéran.

L'Arabie saoudite est le premier producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont l'Iran est également un important membre, aussi certains investisseurs s'inquiétaient-ils de ce que les tensions bilatérales perturbent l'offre de brut.

Plusieurs analystes ont cependant estimé que cette nouvelle crise diplomatique au Moyen-Orient avait servi d'excuse aux acteurs du marché pour réaliser des achats à bon compte et que le rebond des cours serait probablement de courte durée.

"Il n'y a pas d'indication actuellement que les niveaux de production de pétrole pourraient changer, ce qui signifie que la surabondance de l'offre combinée aux craintes pour l'économie mondiale vont laisser le pétrole déprimé", a ainsi analysé Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

De même, Bjarne Schieldrop, analyste chez Seb, estimait que la crise irano-saoudienne n'était finalement pas apparue suffisamment menaçante pour maintenir durablement les cours à la hausse, alors que les fondamentaux de l'offre et de la demande restent baissiers pour les cours.

"Le risque le plus immédiat (émanant) des tensions grandissantes entre l'Arabie saoudite et l'Iran est probablement la levée des sanctions visant Téhéran. Si elles ne sont pas levées comme prévu, l'Iran ne sera pas capable d'augmenter ses exportations en 2016 comme cela est largement attendu", soulignait-il.

En outre, le renforcement du dollar pesait également sur les cours du brut.

Enfin, notaient les analystes de Commerzbank, "la médiocrité des chiffres sur l'activité industrielle en Chine et aux Etats-Unis relance les inquiétudes sur un ralentissement de la demande dans les deux pays plus gros consommateurs de pétrole".

(c) AFP


Commenter Le pétrole cède encore un peu de terrain à l'ouverture à New York


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 18:11

Le pétrole recule, prudence des marchés après le bond de lun…

Londres: Les cours du pétrole baissaient mardi en fin d'échanges européens après avoir atteint leur plus haut en deux ans, les marchés...

mardi 26 septembre 2017 à 17:32

Pétrole: deux nouvelles entités de Schlumberger en France to…

Paris: Deux nouvelles entités en France du groupe de services parapétroliers Schlumberger sont visés par un plan social, portant à trois le...

mardi 26 septembre 2017 à 16:07

Le pétrole, sous l'effet de prises de bénéfices, ouvre en ba…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait mardi à l'ouverture après être monté la veille à...

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite