Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole accuse le coup après l'Opep

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole poursuivaient leur déclin lundi en cours d'échanges européens, plombés par la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) vendredi de maintenir sa production à son niveau actuel, dans un marché déjà asphyxié par l'excès d'offre.
Vers 11H45 GMT (12H45 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 42,58 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 42 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 71 cents à 39,26 dollars.

Les cours du brut étaient repartis à la baisse vendredi dans un marché déprimé par le refus de l'Opep de baisser sa production afin de réduire les excédents. Mercredi, dans un marché anticipant un statu quo du cartel, le cours du Brent était même tombé à 42,43 dollars, son niveau le plus faible depuis fin août tandis que le WTI avait clôturé sous la barre des 40 dollars le baril pour la première fois depuis fin août. Les cours avaient tenté par la suite de se reprendre jusqu'aux annonces de l'Opep.

Le WTI reste fondamentalement orienté à la baisse et les indications persistantes selon lesquelles l'Opep souhaite laisser ses niveaux de production inchangés malgré une surabondance d'offre continue, dans l'espoir de regagner des parts de marché, vont rendre les prix vulnérables à de nouvelles pertes, relevait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Fidèle à la position adoptée un an plus tôt et maintenue il y a six mois, le cartel a en effet décidé vendredi à Vienne de maintenir sa production à ses niveaux actuels, sans toutefois annoncer explicitement - fait inhabituel - de plafond chiffré de production.

La production des pays de l'Opep, qui pompent plus d'un tiers du pétrole mondial, se situe actuellement aux alentours de 32 millions de barils par jour (mbj), selon différentes études, soit au-delà de son objectif théorique de 30 mbj qui avait été maintenu inchangé lors de la précédente réunion du cartel en juin.

Il y avait beaucoup de spéculations avant la réunion de l'Opep vendredi pour savoir si le cartel allait s'accorder sur le plafond de production existant de 30 millions de barils par jour (mbj) ou s'il allait l'augmenter, et, si tel était le cas, de combien, notaient les analystes de Commerzbank.

Or, selon ces derniers, le marché a été négativement surpris par le fait que l'Opep ait finalement échoué à se mettre d'accord sur un objectif officiel de production et ait simplement convenu que les États membres devaient étroitement surveiller les tendances du marché.

C'est pourquoi nous ne sommes guère surpris par la récente chute des prix du pétrole malgré l'affaiblissement du dollar, soulignaient les analystes de Commerzbank.

De même, Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB, observait que la décision de l'Opep de ne pas intervenir pour enrayer la chute des cours du brut revenait à laisser le marché se rééquilibrer seul via le mécanisme des prix.

Tout petit risque que l'Opep puisse en réalité faire quelque chose au cours des six prochains mois a été complètement évacué après la réunion de vendredi. Avec la disparition de ce risque, les prix du pétrole s'enfoncent davantage, ajoutait l'analyste.

Mais pour les experts de Commerzbank toutefois, même si les prix ne pourront trouver aucun soutien virtuel du côté de l'Opep dans les mois à venir, le pessimisme des investisseurs devrait toutefois prendre fin à moyen ou long terme dans le mesure où le marché a déjà prix en compte dans les prix la plupart des risques pesant sur les cours.

La hausse des prix du pétrole l'an prochain ne dépendra pas du fait que l'Opep parvienne à un accord immédiat ou à un retour au contrôle des prix car nous nous attendons à ce que les prix augmentent d'abord grâce à une solide croissance continue de la demande et à un déclin de la production pétrolière hors-Opep, concluait-on chez Commerzbank.



(c) AFP

Commenter Le pétrole accuse le coup après l'Opep


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 novembre 2017 à 18:11

Le pétrole dopé par l'optimisme du ministre saoudien de l'En…

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens après des propos rassurants du ministre saoudien de l'Energie alors que...

vendredi 17 novembre 2017 à 15:21

Le pétrole ouvre en hausse à New York, le marché rassuré par…

New York: Le pétrole new-yorkais montait à l'ouverture vendredi, des propos du ministère saoudien de l'Energie rassurant les marchés sur la possibilité...

vendredi 17 novembre 2017 à 12:22

Le pétrole remonte, le soutien saoudien à l'accord sur la pr…

Londres: Les prix du pétrole étaient galvanisés vendredi en cours d'échanges européens par le ministre saoudien de l'Energie, qui a réaffirmé le...

vendredi 17 novembre 2017 à 09:24

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...

vendredi 17 novembre 2017 à 06:48

Les cours du pétrole divergent en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans un marché qui se demande si la forte production américaine ne va...

jeudi 16 novembre 2017 à 23:23

TransCanada: fuite de pétrole sur l'oléoduc Keystone aux USA

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi la fermeture provisoire de son oléoduc Keystone entre le Canada et les Etats-Unis en raison...

jeudi 16 novembre 2017 à 20:58

Se tournant de nouveau vers l'Opep, le pétrole recule à New …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole new-yorkais s'est légèrement replié jeudi, les investisseurs se demandant si l'accord engageant l'Organisation des pays exportateurs de...

jeudi 16 novembre 2017 à 18:09

Le pétrole recule, la production américaine inquiète toujour…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens alors que la hausse des réserves américaines a renforcé le pessimisme...

jeudi 16 novembre 2017 à 17:24

Produits pétroliers: recul de la consommation française en o…

Paris: Les livraisons de produits pétroliers, dont les carburants routiers, ont reculé de 5,4% en France en octobre par rapport à la...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite