Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole cherche une direction dans un marché fébrile avant l'Opep

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole hésitaient mardi en cours d'échanges européens, dans un marché particulièrement volatile à l'approche de la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) vendredi à Vienne.
Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 44,68 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 7 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance prenait 15 cents à 41,80 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui ont perdu lundi soir les gains qu'ils avaient accumulés au cours de la séance, ont tenté un rebond mardi en début d'échanges asiatiques, avant d'osciller à proximité de l'équilibre.

Les fluctuations considérables des prix sur le marché pétrolier ces dernières semaines reflètent un manque de consensus parmi les investisseurs, notaient les analystes de Commerzbank.

Ces derniers jugeaient toutefois que le niveau élevé de l'offre excédentaire sur le marché de l'or noir restait une raison importante de la faiblesse des prix.

Sur la base d'une enquête, Bloomberg estime par exemple que la production de l'Opep en novembre s'élève à 32,12 millions de barils par jour, relevaient-ils, alors qu'officiellement son plafond de production est fixé à 30 millions de barils par jour.

Les membres de l'Opep devraient reconduire ce plafond actuel lors de leur réunion semestrielle de vendredi, aussi plusieurs analystes estimaient-ils improbable une réduction de production mondiale de brut à court terme.

La plupart des observateurs s'attendent en effet à ce que le cartel, qui contribue largement à la déprime des cours en s'abstenant d'abaisser ses objectifs de production et en les dépassant nettement dans les faits, s'en tienne à sa stratégie actuelle consistant à inonder le marché d'or noir pour contrer l'essor du pétrole de schiste américain et préserver ses parts de marché.

Il semble n'y avoir aucun signe que l'offre excédentaire puisse être réduite dans un futur proche, poursuivaient les analystes de Commerzbank, ajoutant que l'Opep n'avait pas l'intention de réduire sa production unilatéralement, sans l'implication des pays hors-Opep, notamment la Russie et la Norvège.

Quant à la production de l'autre poids lourd du marché pétrolier, les États-Unis, elle n'a décliné que de 20.000 barils à 9,3 millions de barils par jour en septembre, selon le rapport mensuel du Département américain de l'Énergie (DoE).

Dans ce contexte, les investisseurs scruteront à nouveau mercredi les statistiques hebdomadaires sur l'état des réserves de brut aux États-Unis, dont un premier indice leur sera fourni par la publication ce mardi, après la clôture des marchés, des estimations de la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API).

Le reste de la semaine devrait encore être très volatile pour les marchés financiers en raison de nombreuses annonces à hauts risques inscrites à l'agenda, observait pour sa part Lukman Otunuga, analyste chez CMC Markets.

Une réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne prévue jeudi, au cours de laquelle la plupart des investisseurs s'attendent à ce que l'institution de Francfort étende ses mesures de soutien à l'économie en zone euro, a soutenu ces derniers jours l'appréciation du dollar face à l'euro.

En outre, le prochain rapport mensuel sur l'emploi américain, attendu vendredi, pourrait conforter les attentes, désormais très hautes chez les investisseurs, de voir la Réserve fédérale américaine (Fed) relever ses taux ce mois-ci, ce qui aurait aussi pour effet de rendre le dollar plus rémunérateur et donc plus attractif pour les investisseurs.

Il est possible que la hausse du dollar fasse pression sur les prix des matières premières qui sont libellées (en billets verts) et donc rendus plus onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises, précisait M. Otunuga.

Autre signe maussade pour les marchés, la publication mardi des chiffres sur la production industrielle chinoise, qui a enregistré en novembre son plus fort repli depuis trois ans, ce qui confirme une fois encore l'essoufflement de la deuxième économie mondiale et premier consommateur d'énergie de la planète.

jra/pn/jpr

INTERCONTINENTALEXCHANGE GROUP



(c) AFP


Commenter Le pétrole cherche une direction dans un marché fébrile avant l'Opep


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 24 novembre 2017 à 20:15

Le pétrole progresse à quelques jours d'une réunion stratégi…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en hausse vendredi lors d'une séance écourtée, profitant...

vendredi 24 novembre 2017 à 18:17

Le pétrole monte, l'oléoduc Keystone reste paralysé

Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en fin d'échanges européens, le WTI américain profitant en particulier d'une perturbation régionale de l'offre...

vendredi 24 novembre 2017 à 15:23

Le pétrole progresse, s'inquiétant des conséquences d'une fu…

New York: Le pétrole new-yorkais a débuté la séance en hausse vendredi, la fermeture depuis plusieurs jours d'un oléoduc reliant le Canada...

vendredi 24 novembre 2017 à 13:27

Le pétrole grimpe, l'oléoduc Keystone perturbe l'offre nord-…

Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, alors qu'un oléoduc majeur qui relie le Canada et les États-Unis...

vendredi 24 novembre 2017 à 08:12

Le pétrole en ordre dispersé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions divergentes en Asie, le "light sweet crude" (WTI) enfonçant un plus haut...

jeudi 23 novembre 2017 à 18:10

Le pétrole tâtonne dans un marché perturbé par Thanksgiving

Londres: Les cours du pétrole divergeaient jeudi en fin d'échanges européens alors que les marchés sont restés fermés aux Etats-Unis en raison...

jeudi 23 novembre 2017 à 12:33

Le pétrole recule un peu, marché fermé aux états-Unis

Londres: Les prix du pétrole baissait légèrement jeudi en cours d'échanges européens, dans une séance atone alors que les marchés resteront fermés...

jeudi 23 novembre 2017 à 12:15

Appel à la grève de la CGT pétrole: mouvement diversement su…

Paris: L'appel à la grève de la CGT pétrole pour "préserver" la convention collective de la branche, remise en cause selon elle...

jeudi 23 novembre 2017 à 06:11

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, après la forte hausse de la veille, alors que...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite