Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole défend ses gains, surfant sur des déclarations accommodantes de l'Arabie saoudite

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole s'affichaient en légère hausse mardi en cours d'échanges européens, soutenus par la perspective de voir l'Arabie saoudite collaborer avec les autres pays producteurs de brut pour endiguer la chute des cours.
Vers 11H15 GMT (12H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 45,31 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 48 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance prenait 34 cents à 42,09 dollars.

Les cours du Brent et du WTI poursuivaient leur rebond amorcé lundi, après des propos conciliants de Ryad, laissant entendre que le chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) était prêt à travailler de concert avec les autres membres du cartel ainsi que les pays hors Opep afin de stabiliser les prix du brut.

Alors que la majorité des observateurs jugent que l'Opep contribue largement à plomber le marché en s'abstenant d'abaisser ses quotas de production, les déclarations de Ryad ont pu être interprétées par certains comme le signe que la monarchie du Golfe pourrait annoncer prochainement une inflexion de sa politique de production tous azimuts.

C'est la première fois que l'Arabie saoudite montre une volonté de travailler à une solution, alors que le royaume avait précédemment choisi d'autoriser les forces du marché à évincer les producteurs aux coûts plus élevés, ce qui visait clairement l'industrie américaine du pétrole de schiste, qui a depuis montré une réelle résistance, malgré les prix bas, soulignait Craig Erlam, analyste chez Oanda.

Ce dernier faisait toutefois remarquer que le rebond des prix du pétrole était resté jusqu'à présent limité, suggérant que les marchés n'étaient pas encore prêts à croire que toutes les parties en présence avaient l'intention d'envisager des réductions de production dans un effort commun pour résoudre le problème de la surabondance d'offre de brut.

De leur côté, les analystes de Commerzbank, même s'il jugeaient prématuré d'interpréter les propos de Ryad comme le signal d'une future réduction de production, soulignant comme d'autres analystes que ces annonces n'avaient rien de nouveau, jugeaient toutefois que le royaume ne pouvait se permettre de laisser les prix du pétrole plonger davantage, ne serait-ce que parce qu'une telle situation affecte de façon croissante sa propre économie.

L'Arabie saoudite est de plus en plus contrainte de se placer sur la défensive en raison des prix actuellement bas du pétrole. Les réserves (de liquidités) fondent alors que les déficits de la balance courante et du budget croissent, commentaient les analystes de Commerzbank, estimant que dans ces conditions, il n'était guère tenable pour Ryad de maintenir sa stratégie actuelle, à moins que les prix du brut ne se reprennent.

Mais à l'approche de la réunion (semestrielle) de l'Opep le 4 décembre, (les déclarations de l'Arabie saoudite) pourraient apporter une certaine stabilité aux prix du pétrole autour de 40 dollars le baril, ajoutait M. Erlam, observant toutefois qu'étant donné que les capacités de stockage sur les tankers arrivaient à saturation, l'Arabie saoudite pouvait difficilement attendre trop longtemps pour trouver une solution avant que les prix ne plongent à nouveau.

De même, Michael Hewson, analyste chez CMC Markets estimait que même si nous pouvons obtenir un semblant de rebond (des prix) à court terme, il semble plus que probable que nous allons bientôt voir les fondamentaux se réaffirmer et les cours du brut être entraînés de nouveau à la baisse.

La production élevée, non seulement de l'Opep mais aussi des États-Unis et de la Russie, a largement contribué à faire chuter les prix lors du second semestre 2014, puis à les maintenir à un bas niveau malgré quelques tentatives avortées de rebond en 2015.



(c) AFP


Commenter Le pétrole défend ses gains, surfant sur des déclarations accommodantes de l'Arabie saoudite


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 juillet 2017 à 20:58

Le pétrole termine en nette baisse, marché tourné vers l'Ope…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont signé une nette baisse vendredi, perdant le terrain gagné la veille sur fond d'inquiétudes...

vendredi 21 juillet 2017 à 18:34

Le pétrole baisse dans un marché prudent

Londres: Les cours du pétrole baissaient vendredi en fin d'échanges européens, les investisseurs optant pour la prudence avant l'annonce du décompte hebdomadaire...

vendredi 21 juillet 2017 à 15:25

Le pétrole ouvre en baisse à New York, la production de l'Op…

New York: Les cours du pétrole ont ouvert en baisse vendredi à New York, souffrant d'inquiétudes sur le niveau de production de...

vendredi 21 juillet 2017 à 13:32

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans les affaire…

Lagos: Les affaires judiciaires s'accumulent autour de l'ex-ministre du Pétrole du Nigeria, donnant une idée de l'ampleur de la corruption au sein...

vendredi 21 juillet 2017 à 12:11

Le pétrole monte un peu avant les réunions de l'Opep

Londres: Les prix du pétrole montaient quelque peu vendredi en cours d'échanges européens, sur fond de spéculations avant des réunions des pays...

vendredi 21 juillet 2017 à 06:46

Les cours du pétrole sans direction en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient sans direction claire vendredi matin en Asie, les investisseurs tentant de comprendre les implications d'un recul...

jeudi 20 juillet 2017 à 21:06

Le pétrole termine en baisse, hésitations avant l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, marquant le pas au lendemain d'une bonne séance et sur...

jeudi 20 juillet 2017 à 18:05

Le pétrole recule dans un marché incertain avant l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, les investisseurs peinant à se positionner avant que l'Opep et ses...

jeudi 20 juillet 2017 à 17:17

ExxonMobil mis à l'amende pour non respect de sanctions liée…

Washington: Le département du Trésor a infligé jeudi une amende de 2 millions de dollars à ExxonMobil pour n'avoir pas respecté les...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite