Menu
RSS

Le pétrole cherche une direction, partagé entre risques géopolitiques accrus et excès d'offre

  • Écrit par Cours du baril
prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole hésitaient mardi en cours d'échanges européens, dans un marché tiraillé entre le retour sur le devant de la scène de risques géopolitiques, un dollar au plus haut et la perspective d'une offre toujours excédentaire.
Vers 11H10 GMT (12H10 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 44,67 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 11 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New YorkMercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre perdait en revanche 12 cents à 41,62 dollars.

Les cours du Brent et du WTI suivaient des directions opposées mardi matin, après avoir terminé dans le vert lundi, au terme d'une séance particulièrement volatile les ayant conduits à toucher de nouveaux plus bas depuis deux mois et demi, à respectivement 43,15 dollars et 40,06 dollars.

Les prix du brut (ont continué) à augmenter (mardi en début d'échanges européens) dans le sillage de la riposte française contre la Syrie et du renforcement du dollar, les acheteurs étrangers étant obligés de payer davantage, commentait Jonathan Sudaria, analyste chez London Capital Group.

La monnaie unique européenne, qui s'enfonçait mardi face au dollar, est même tombée mardi vers 09H00 GMT à 1,0643 dollar, son niveau le plus faible en sept mois.

Or, l'or noir étant libellé en billets verts, tout renforcement du dollar pénalise les acheteurs détenteurs d'autres devises.

En raison de l'intensification de la demande de pétrole lors de périodes d'incertitudes, les prix du pétrole augmentent historiquement quand il y a des conflits mondiaux, ajoutait M. Sudaria.

Vendredi, des attaques revendiquées par l'organisation État islamique (EI) ont fait au moins 129 morts à Paris, les attentats les plus sanglants de l'histoire de la France.

En représailles, la France bombarde massivement depuis dimanche le fief de l'EI à Raqa, dans le nord de la Syrie, et promet de poursuivre ses frappes dans les semaines à venir.

L'amélioration générale de l'appétit pour le risque explique en partie le rebond des cours, alors que le pétrole a subi des mouvements excessifs de vente ces dernières semaines, relevait pour sa part Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.

Les spéculateurs cherchaient une excuse pour tirer profit de leurs positions à court terme et la regrettable tragédie de Paris, qui a conduit à des bombardements de représailles des cibles de l'EI au Moyen-Orient, faisant augmenter les risques du côté de l'approvisionnement, leur ont donné cette excuse, expliquait M. Razaqzada.

Les analystes de Commerzbank estimaient pour leur part qu'il est impossible de dire précisément ce que sera l'impact des attaques terroristes sur le marché pétrolier.

Le fait que la France ait intensifié ses frappes aériennes contre les positions de l'État islamique en Syrie augmente clairement les risques géopolitiques, pourtant cela ne devrait pas interrompre la production de pétrole dans les pays voisins. En d'autres termes, aucun effet significatif sur l'approvisionnement en pétrole n'est attendu pour le moment, notaient les analystes de Commerzbank.

D'un autre côté, ils soulignaient que les attaques terroristes pourraient décourager la demande de pétrole en Europe, région qui, avec l'Inde, a été un moteur-clé de la demande d'or noir au troisième trimestre, selon l'Agence internationale de l'Énergie (AIE).

Mais ces deux facteurs devraient largement se compenser l'un l'autre, selon les analystes de Commerzbank, ce qui signifie que l'impact des attentats de Paris sur les cours du brut devrait en fin de compte être limité, concluaient-ils.

De même, pour Jonathan Sudaria, les prochaines statistiques sur les stocks américains de brut attendues mercredi, et les soupçons de surabondance qui les accompagnent à nouveau, pourraient moucher rapidement le rebond actuel et voir les cours renouer avec leurs derniers plus bas.

jra/acd/pb



(c) AFP

Commenter Le pétrole cherche une direction, partagé entre risques géopolitiques accrus et excès d'offre

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 26 juin 2017 à 21:08

Le pétrole termine en hausse, le marché tente de se stabilis…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse lundi, poursuivant leur stabilisation et profitant d'achats à bon compte...

lundi 26 juin 2017 à 20:54

France: les prix des carburants poursuivent leur baisse

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué de se replier la semaine dernière, tombant au plus bas...

lundi 26 juin 2017 à 18:07

Russie: le pétrolier Rosneft obtient des excuses d'un média …

Moscou: L'un des rares médias jugés indépendants en Russie, RBK, a présenté lundi des excuses au pétrolier Rosneft et son influent patron...

lundi 26 juin 2017 à 17:59

Le pétrole peine à trouver une direction

Londres: Les cours du pétrole peinaient à accrocher un cap lundi en fin d'échanges européens, oscillant faiblement autour de l'équilibre après la...

lundi 26 juin 2017 à 15:33

Le pétrole ouvre en hausse à New York, aidé par le dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère hausse lundi à New York, aidés par des achats à...

lundi 26 juin 2017 à 12:42

Le pétrole tente de se reprendre mais reste affaibli

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu lundi en cours d'échanges européens, tentant timidement de se reprendre après la dégringolade de...

lundi 26 juin 2017 à 07:38

Le pétrole rebondit légèrement en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse lundi en Asie, rebondissant après une semaine qui a vu l'or noir...

vendredi 23 juin 2017 à 21:05

Le pétrole se reprend un peu à la fin d'une dure semaine

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse vendredi, parvenant à se reprendre un peu à la fin...

vendredi 23 juin 2017 à 18:11

Le pétrole essaie de se reprendre après sa récente faiblesse

Londres: Les prix du pétrole évoluaient en légère hausse vendredi en fin d'échanges européens, essayant péniblement de se maintenir en hausse sur...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite