Menu
RSS

Le pétrole sous pression, dans un marché croulant toujours sous l'offre

  • Écrit par Cours du baril
prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole perdaient du terrain mercredi en cours d'échanges européens, les investisseurs restant circonspects après une série de rapports mitigés et avant la publication jeudi des stocks américains de brut.
Vers 11H35 GMT (12H35 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 47,26 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 18 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 47 cents à 43,74 dollars.

Les cours du Brent et du WTI restaient sous pression avant la publication des chiffres hebdomadaires du département américain de l'Énergie (DoE) sur les réserves de brut aux États-Unis, qui devraient révéler une nouvelle consolidation des stocks dans un marché déjà lesté par la surabondance d'offre.

Le gouvernement américain publiera ses chiffres officiels jeudi et non comme à son habitude le mercredi, en raison d'un jour en partie férié.

Mardi, la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API) a indiqué que les stocks de brut américains étaient bien plus importants que prévu, entraînant la chute des prix du pétrole, notait Jonathan Sudaria, analyste chez London Capital Group.

Les chiffres (de l'API) montrent que les stocks de brut américains ont augmenté de 6,3 millions de barils la semaine dernière. Les réserves dans le terminal de Cushing (Oklahoma, centre-sud des États-Unis) ont aussi enregistré une hausse prononcée de 2,5 millions de barils. Ces deux chiffres ont largement dépassé les attentes, relevaient pour leur part les analystes de Commerzbank.

Les craintes de voir une surabondance persistante d'offre de brut inonder le marché étaient en outre alimentées par le rapport contrasté de l'Agence internationale de l'Énergie (AIE) publié mardi.

L'AIE, basée à Paris et liée à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a estimé dans son rapport annuel mardi que le marché du pétrole devrait attendre 2020 pour se rééquilibrer, tout en n'excluant pas qu'il subisse une période prolongée de prix bas.

La combinaison d'un excès d'offre agressif sur les marchés et d'un ralentissement de la demande de pétrole ont été cités (dans le rapport de l'AIE) comme les principales raisons empêchant un rebond majeur du pétrole, soulignait Jameel Ahmad, analyste chez FXTM.

Même si l'analyste rappelait qu'il est toujours difficile de prédire ce que seront les prix du pétrole dans un an, et encore davantage à la fin de la décennie, il estimait toutefois qu'à plus court terme, l'offre excédentaire de brut allait continuer à peser sur les cours.

Non seulement les stocks américains sont toujours proches de leurs niveaux records, mais une hausse de la production est annoncée ailleurs et l'on s'attend à ce que l'Iran commence à assaillir le marché avec ses propres stocks dans un avenir proche, ajoutait-il.

Les analystes de Commerzbank expliquaient que dans ce contexte, seule une forte baisse de la production américaine de brut permettrait une reprise durable des cours, ce qui, étant donné les derniers chiffres publiés par l'Energy Information Agency (EIA) - une antenne du DoE -, pourrait bien, selon eux, advenir l'an prochain.

L'EIA a révisé ses estimations pour la production américaine de brut en 2016, envisageant désormais une baisse de 520.000 barils par jour contre 90.000 barils précédemment. La production devrait toucher un plus bas d'un bon 8,5 millions de barils par jour en septembre 2016, observaient-ils.

Les estimations de cette année ont en revanche été revues légèrement à la hausse car la production en août, septembre et octobre s'est avérée quelque peu supérieure aux attentes, précisait-on chez Commerzbank.

Cela plaide contre toute reprise des cours cette année mais suggère que nous verrons des prix plus élevés l'an prochain, ajoutaient les analystes.



(c) AFP

Commenter Le pétrole sous pression, dans un marché croulant toujours sous l'offre

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 28 juin 2017 à 07:51

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient à la baisse mercredi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des stocks de brut américain.

mardi 27 juin 2017 à 21:08

Le pétrole porté par l'anticipation d'une baisse des stocks

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi à New York et à Londres, soutenus par l'anticipation...

mardi 27 juin 2017 à 18:14

Le pétrole se reprend, aidé par l'accès de faiblesse du doll…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur reprise mardi en fin d'échanges européens, aidés notamment par un accès de faiblesse du dollar...

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

mardi 27 juin 2017 à 15:08

Rosneft se dit victime d'une "puissante attaque informa…

Moscou: Le géant russe du pétrole Rosneft s'est dit victime mardi d'une "puissante attaque informatique" visant ses serveurs, précisant que sa production...

mardi 27 juin 2017 à 12:33

Le pétrole tente de se reprendre mais reste sous pression

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu mardi en cours d'échanges européens, tentant de nouveau de se reprendre mais restant proches...

mardi 27 juin 2017 à 07:13

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse mardi en Asie, les prix continuant à se stabiliser après cinq semaines...

lundi 26 juin 2017 à 21:08

Le pétrole termine en hausse, le marché tente de se stabilis…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse lundi, poursuivant leur stabilisation et profitant d'achats à bon compte...

lundi 26 juin 2017 à 20:54

France: les prix des carburants poursuivent leur baisse

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué de se replier la semaine dernière, tombant au plus bas...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite