Menu
RSS
A+ A A-

Chine: un nouveau contrat pétrolier en yuan pour asseoir son influence

prix du petrole LondresLondres: Avec son futur contrat à terme libellé en yuan, la Chine cherche à asseoir son influence grandissante sur les marchés mondiaux du pétrole, suscitant craintes et curiosité de la part des investisseurs étrangers.
La Chine est le principal importateur de pétrole au monde et le deuxième plus gros consommateur après les Etats-Unis, qui pourraient se voir dépasser par l'Empire du milieu en 2034 d'après le département américain de l'Énergie.

Il est donc naturel que ce pays soit l'endroit de choix pour un contrat à terme en Asie, explique Lin Boqiang, de l'Université de Xiamen.

Cela est aussi cohérent avec la volonté de la Chine d'internationaliser l'usage du yuan, selon Julian Jessop, analyste chez Capital Economics.

La plateforme du Shanghai International Energy Exchange, sur laquelle seront échangés les actifs, a confirmé qu'elle peaufinait actuellement le projet avant simulation en conditions réelles et lancement.

Les contrats à terme sont des actifs standardisés (tailles des lots, spécifications du brut, monnaie) qui se négocient sur des marchés réglementés, pour livraison dans le futur, par opposition aux achats de pétrole au comptant.

Le contrat chinois sera libellé en yuan, échangé en lots de 100 barils, basé sur un brut moyen sulfureux, avec un maximum de 12 mois consécutifs listés sur l'échange.

Beaucoup d'observateurs estiment qu'il devrait être introduit avant la fin de l'année et, contrairement à d'autres plateformes chinoises, les échanges seront ouverts aux investisseurs étrangers.

- Liquidité: la clé du succès

Mais, au début du moins, les cibles principales de ce nouveau contrat devraient être les entreprises locales ou celles qui ont de larges intérêts en Chine.

Ainsi les entreprises nationales (producteurs, raffineurs ou compagnies aériennes par exemple) pourront se protéger des fluctuations des prix du pétrole, estime Wiktor Bielski, analyste chez VTB Capital.

Mais l'actif pourrait manquer de liquidité, notamment s'il échoue à attirer les entreprises internationales, car le marché pétrolier chinois hautement monopolistique ne compte pas beaucoup de participants, selon Lin Boqiang.

Le secteur pétrolier chinois est largement influencé par les compagnies pétrolières nationales et, même si des entreprises indépendantes ont émergé, leur portée reste limitée.

Ainsi, la capacité du contrat en yuan à devenir un brut de référence comme le sont le Brent, qui sert de base pour 2/3 du pétrole vendu dans le monde, et le WTI, la référence américaine, paraît limité pour le moment. Même si l'objectif est bien, en cas de succès, que le nouveau contrat à terme en yuan devienne un WTI chinois.

Un des buts a toujours été d'avoir un outil pour établir des prix qui reflètent les conditions du marché asiatique afin de ne pas être exposé à des facteurs en dehors de la région, explique Richard Mallinson, analyste chez Energy Aspects.

- Zones d'ombre et risque de contagion

Mais des zones d'ombre subsistent quant au brut sous-jacent qui sera utilisé dans le contrat. Si la Chine produit près de 4,6 millions de barils par jour (mbj), elle en importe près de 6,1 mbj, et l'actif devrait être basé sur un brut moyen sulfureux dont elle est un importateur majeur.

Ainsi, les fondamentaux de l'offre seront modelés sur un brut qui n'est pas local, donc toujours sujet à des facteurs extérieurs.

Une large proportion de l'industrie, comme les maisons de négoce, les géantes pétrolières et les producteurs, surveille (le lancement du contrat) avec un grand intérêt. Ils sont très désireux de voir comment il va se comporter et comment il sera adopté, note Daniel Colover, directeur éditorial associé chez Platts.

Pour Wiktor Bielski, l'adoption ne devrait pas être le problème majeur. Au contraire, en attirant des particuliers chinois, les échanges pourraient exploser très vite.

La taille du contrat qui sera échangé en lots de 100 barils, au lieu de 1.000 barils pour le Brent, semble en effet faite pour les investisseurs privés.

En Chine, l'argent des particuliers pour investir croît plus vite que le nombre de produits dans lesquels ils peuvent le placer, selon l'analyste.

Ainsi sur le Dalian Commodity exchange, le contrat sur le minerai de fer a mis du temps à démarrer mais ses volumes ont fini par exploser grâce aux parieurs, explique l'analyste. Le prix du minerai de fer en Chine, et donc de l'acier, se base aujourd'hui en partie sur cet actif.

Qu'arrivera-t-il si la même chose se passe pour le pétrole ? Les marchés chinois vont devenir dominants et, plus important encore, ils vont exporter le risque de contagion en cas de forte volatilité des prix, prévient M. Bielski.



(c) AFP

Commenter Chine: un nouveau contrat pétrolier en yuan pour asseoir son influence


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur...

vendredi 17 novembre 2017 à 18:11

Le pétrole dopé par l'optimisme du ministre saoudien de l'En…

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens après des propos rassurants du ministre saoudien de l'Energie alors que...

vendredi 17 novembre 2017 à 15:21

Le pétrole ouvre en hausse à New York, le marché rassuré par…

New York: Le pétrole new-yorkais montait à l'ouverture vendredi, des propos du ministère saoudien de l'Energie rassurant les marchés sur la possibilité...

vendredi 17 novembre 2017 à 12:22

Le pétrole remonte, le soutien saoudien à l'accord sur la pr…

Londres: Les prix du pétrole étaient galvanisés vendredi en cours d'échanges européens par le ministre saoudien de l'Energie, qui a réaffirmé le...

vendredi 17 novembre 2017 à 09:24

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...

vendredi 17 novembre 2017 à 06:48

Les cours du pétrole divergent en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans un marché qui se demande si la forte production américaine ne va...

jeudi 16 novembre 2017 à 23:23

TransCanada: fuite de pétrole sur l'oléoduc Keystone aux USA

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi la fermeture provisoire de son oléoduc Keystone entre le Canada et les Etats-Unis en raison...

jeudi 16 novembre 2017 à 20:58

Se tournant de nouveau vers l'Opep, le pétrole recule à New …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole new-yorkais s'est légèrement replié jeudi, les investisseurs se demandant si l'accord engageant l'Organisation des pays exportateurs de...

jeudi 16 novembre 2017 à 18:09

Le pétrole recule, la production américaine inquiète toujour…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens alors que la hausse des réserves américaines a renforcé le pessimisme...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite