Menu
RSS

Le pétrole monte un peu, aidé par des achats à bon compte et le dollar

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole montaient lundi en fin d'échanges européens, aidés par des achats à bon compte et un léger accès de faiblesse du dollar, mais l'excès d'or noir continuait de plomber les marchés.
Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 49,78 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,17 dollar par rapport à la clôture de vendredi. Les cours du Brent sont tombés lundi vers 03H35 GMT à 48,24 dollars le baril, leur plus bas niveau depuis la fin janvier 2015.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 63 cents à 44,50 dollars. Pendant les échanges asiatiques, la référence américaine du brut a atteint un nouveau plus bas en quatre mois et demi, à 43,35 dollars le baril.

Les cours du pétrole se sont un peu repris lundi à la faveur d'achats à bon compte, estimait Myrto Sokou, analyste chez Sucden Financial.

"Il s'agit surtout de mouvements techniques dans un marché faible en volume", estimait également Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Par ailleurs, pour Myrto Sokou, la faiblesse du dollar, surtout face à l'euro, pourrait également être un élément de soutien des cours ce lundi.

La baisse du billet vert tend à rendre plus attractifs les achats de pétrole, libellés en dollar, car moins onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

Mais pour ces deux analystes, l'humeur du marché reste morose. "Le mois d'août est une période calme où la prise de risque est limitée, et où la volatilité et les volumes sont faibles", expliquait Mme Sokou.

"Ce n'est pas la première fois cet été que le pétrole tente un faux rebond. Il sera dans tous les cas de courte durée puisque aucun niveau technique majeur n'a été franchi", expliquait M. Dembik. En effet, les cours du Brent et du WTI sont restés respectivement sous les 50 et 45 dollars le baril.

Les fondamentaux de marché n'ont pas changé et l'offre s'obstine à rester abondante, malgré une chute des prix de plus de moitié depuis juin 2014, lorsque le Brent s'échangeait autour des 115 dollars le baril.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) produit ainsi à des niveaux proches de ses records de 2012, emmenée par une hausse de l'offre saoudienne et irakienne.

La production des États-Unis reste de son côté robuste, et la hausse de six unités du nombre de puits de forage en activité dans le pays, selon le décompte hebdomadaire établi par le groupe privé Baker Hughes vendredi, n'a pas contribué à remonter le moral des marchés.


De plus le retour de l'Iran sur les marchés après la levée des sanctions devrait venir s'ajouter à cette surabondance d'offre. Une situation qui inquiète les pays dont les finances sont largement dépendantes des revenus du pétrole, comme l'Algérie qui est membre de l'Opep.

Cité par l'agence APS, le ministre algérien de l'Énergie Salah Khebri, dont le pays a perdu la moitié de ses revenus en raison de la baisse des prix de l'or noir, a dit dimanche s'attendre à une offre "plus abondante" à partir de décembre, dans la foulée de l'accord entre Téhéran et les puissances occidentales sur le nucléaire iranien.

Il a aussi mentionné que des consultations étaient en cours entre les pays de l'Opep au sujet d'une éventuelle réunion extraordinaire du cartel consacrée à la baisse des cours. La prochaine réunion ordinaire du cartel est prévue pour le 4 décembre 2015.

Mais lundi, "deux membres de l'organisation ont signalé que le cartel n'avait pas pour projet d'organiser une réunion extraordinaire, malgré les propos du ministre de l'Énergie algérien", notaient les analystes de PVM.


La plupart des analystes s'attend à ce que l'Opep ne réduise pas son plafond de production et ne change en rien sa stratégie de bataille pour les parts de marchés dans laquelle le cartel s'est engagée lorsqu'il a décidé de maintenir son objectif de production en pleine dégringolade des cours en novembre dernier.

(c) AFP

Commenter Le pétrole monte un peu, aidé par des achats à bon compte et le dollar

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 29 juin 2017 à 15:29

Le pétrole porté à New York par une baisse de la production …

New York: Les cours du pétrole ont entamé la séance en hausse jeudi, toujours épaulés par l'annonce d'une baisse de l'extraction de...

jeudi 29 juin 2017 à 12:57

Le pétrole monte, toujours aidé par des données américaines

Londres: Les prix du pétrole montaient toujours jeudi en cours d'échanges européens, évoluant à leurs plus hauts niveaux en deux semaines, aidés...

jeudi 29 juin 2017 à 07:15

Le pétrole poursuit sa timide remontée en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de remonter en Asie jeudi, profitant de l'annonce d'une baisse de la production américaine de brut.

mercredi 28 juin 2017 à 21:03

Le pétrole profite d'une baisse de la production aux Etats-U…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé la séance en hausse mercredi, le marché accueillant positivement l'annonce d'une baisse de...

mercredi 28 juin 2017 à 18:50

Le pétrole monte grâce au repli des réserves américaines d'e…

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse mercredi en fin d'échanges européens, portés par la baisse des réserves d'essence et...

mercredi 28 juin 2017 à 16:49

USA: hausse surprise des stocks de brut, les réserves d'esse…

New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis tandis que les réserves d'essence...

mercredi 28 juin 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York avant un rappor…

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère baisse mercredi à New York, le marché attendant avec fébrilité...

mercredi 28 juin 2017 à 12:58

Le pétrole baisse un peu, l'offre surabondante pèse

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu mercredi en cours d'échanges européens, la surabondance persistante de l'offre pesant de nouveau sur...

mercredi 28 juin 2017 à 07:51

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient à la baisse mercredi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des stocks de brut américain.

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite