Menu
RSS
A+ A A-

La chute du pétrole engloutit les bénéfices d'ExxonMobil et Chevron

prix du petrole New YorkNew York: La chute des prix du pétrole a frappé de plein fouet les deux majors pétrolières américaines, ExxonMobil annonçant vendredi ses plus faibles bénéfices trimestriels depuis 2009 et Chevron ses plus mauvais profits depuis plus d'une décennie.
Ses mauvais résultats ont déplu aux marchés financiers qui ont sanctionné les titres des deux groupes en Bourse.

Premier groupe pétrolier du globe, ExxonMobil a vu ses bénéfices divisés par plus de deux à 4,2 milliards de dollars au deuxième trimestre.

Ils ont plongé de 90% pour Chevron à 571 millions de dollars, un plus bas trimestriel depuis 2002, après des dépréciations d'actifs et des charges liées à la suspension de projets d'un montant total de 2,6 milliards de dollars.

Si investisseurs et experts s'attendaient à ce que les deux groupes gagnent moins d'argent que par le passé, l'ampleur du déclin les a pris de court d'autant que les deux géants ont échoué à égaler des anticipations faibles.

Le bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du nord, s'est établi à 1 dollar pour ExxonMobil, soit 11 cents de moins que ce qui était escompté. L'écart est de 86 cents entre la performance de Chevron et les pronostics.

A Wall Street: le titre ExxonMobil reculait de plus de 4% et celui de Chevron de plus de 3% vers 15H10 GMT.

- Faibles 

John Watson, le PDG de Chevron, a qualifié les résultats de son groupe de faibles et promis de tailler dans les coûts pour stimuler la croissance.

Nos résultats financiers du 2e trimestre (...) reflètent une baisse du prix du brut de près de 50% par rapport à l'an dernier, a-t-il déclaré.

Sur le marché américain, le prix de vente moyen du baril de brut s'est établi à 50 dollars pour 92 dollars sur la même période l'an passé alors que pour le gaz naturel le prix par millier de pieds cube (1000 pieds cube = 28,5 mètres cube) a été de 1,92 dollar pour 4,09 dollars sur la même période il y a un an.

La passe difficile que traverse les deux majors pétrolières se lit dans la performance des activités de l'amont (production-exploration), traditionnelles locomotives des bénéfices.

Les bénéfices de cette division emblématique ont été divisés par quasiment trois à 2 milliards de dollars pour ExxonMobil. Elle est même dans le rouge pour Chevron, avec une perte de 1,04 milliard de dollars.

Seul lot de consolation, la production de pétrole et de gaz a augmenté malgré des retards de certains projets et l'épuisement de puits matures.

Elle s'élève à 4 millions de barils équivalent pétrole par jour (+3,6% sur un an) pour ExxonMobil et à 2,6 millions (+2%) pour Chevron.

- Economies

Comme le reste de l'industrie pétrolière, les deux mastodontes tablent sur des économies d'échelle, des désinvestissements, des cessions d'actifs (Chevron) pour préserver leurs profits dans le contexte actuel de prix du pétrole bas.

La maîtrise de nos coûts est fondamentale, avance Jeff Woodbury, un des vice-présidents d'ExxonMobil lors d'une conférence téléphonique.

Les efforts pour améliorer les résultats et la trésorerie sont en voie, a assuré de son côté John Watson.

Chevron, qui est plus sensible aux fluctuations des cours de l'or noir que son rival parce que 67% de sa production est du pétrole contre 54% à ExxonMobil, veut renégocier des contrats tout au long de sa chaîne de production. Il va aussi supprimer 1.500 emplois, soit 2,3% de ses effectifs globaux, dans l'espoir d'économiser environ un milliard de dollars.

ExxonMobil a fortement réduit ses investissements de 16% sur un an au deuxième trimestre, à 8,26 milliards de dollars, et envisage d'en faire plus sur l'ensemble de l'année. Le groupe, fait rare, a diminué de moitié, soit 500 millions de dollars, son programme de rachats d'actions censé gonfler artificiellement son cours en Bourse.

Chevron et ExxonMobil ont un modèle économique qui les placent à tous les échelons de l'industrie pétrolière: de l'exploration à la vente au consommateur via les stations à essence notamment.

C'est cette architecture qui leur a permis jusqu'ici de résister quelque peu au plongeon des prix.

Lors du deuxième trimestre, les bénéfices du raffinage (aval) ont été multipliés par deux à 1,42 milliard de dollars pour Chevron et quasiment autant pour ExxonMobil à 1,5 milliard.

Traditionnellement, quand les prix du brut sont bas, les coûts de traitement sont allégés, ce qui bénéficie aux raffineurs.

jld-lo/LyS

EXXONMOBIL

CHEVRON



(c) AFP

Commenter La chute du pétrole engloutit les bénéfices d'ExxonMobil et Chevron


La Compagnie pétrolière américaine ExxonMobil

USA: ExxonMobil va dépolluer des usines après un accord avec la Justice

mardi 31 octobre 2017

Washington: Le géant pétrolier américain ExxonMobil va consacrer 300 millions de dollars à la dépollution de plusieurs de ses raffineries au Texas et en Louisiane dans le cadre d'un règlement à l'amiable conclu avec le département de la Justice, a...

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur...

vendredi 17 novembre 2017 à 18:11

Le pétrole dopé par l'optimisme du ministre saoudien de l'En…

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens après des propos rassurants du ministre saoudien de l'Energie alors que...

vendredi 17 novembre 2017 à 15:21

Le pétrole ouvre en hausse à New York, le marché rassuré par…

New York: Le pétrole new-yorkais montait à l'ouverture vendredi, des propos du ministère saoudien de l'Energie rassurant les marchés sur la possibilité...

vendredi 17 novembre 2017 à 12:22

Le pétrole remonte, le soutien saoudien à l'accord sur la pr…

Londres: Les prix du pétrole étaient galvanisés vendredi en cours d'échanges européens par le ministre saoudien de l'Energie, qui a réaffirmé le...

vendredi 17 novembre 2017 à 09:24

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...

vendredi 17 novembre 2017 à 06:48

Les cours du pétrole divergent en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans un marché qui se demande si la forte production américaine ne va...

jeudi 16 novembre 2017 à 23:23

TransCanada: fuite de pétrole sur l'oléoduc Keystone aux USA

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi la fermeture provisoire de son oléoduc Keystone entre le Canada et les Etats-Unis en raison...

jeudi 16 novembre 2017 à 20:58

Se tournant de nouveau vers l'Opep, le pétrole recule à New …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole new-yorkais s'est légèrement replié jeudi, les investisseurs se demandant si l'accord engageant l'Organisation des pays exportateurs de...

jeudi 16 novembre 2017 à 18:09

Le pétrole recule, la production américaine inquiète toujour…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens alors que la hausse des réserves américaines a renforcé le pessimisme...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite