Menu
RSS
A+ A A-

Pétrole: le brut hésite dans un marché qui ne parvient pas à rebondir

prix du petrole New YorkNew York: Les prix du pétrole ont baissé jeudi à New York mais monté à Londres, le marché restant timoré après sa nette baisse de la veille, face à un nouveau renforcement du dollar et des inquiétudes persistantes de surabondance.
Au lendemain d'une baisse de plus de 1,5 dollar, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août a perdu 50 cents à 50,91 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), et reste à son plus bas niveau de clôture depuis environ trois mois.


A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a pris 46 cents à 57,51 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).


A New York, les cours ont ouvert dans le vert puis se sont orientés en légère baisse pendant l'essentiel de la séance, avant de flancher plus nettement lors des dernières minutes d'échanges.


"C'était une de ces séances partagées entre bonnes et mauvaises nouvelles", a jugé Phil Flynn, de Price Futures Group, pour qui "des forces s'opposent sur le marché et le jugulent".


La séance de jeudi a fourni peu de nouvelles informations aux investisseurs, qui ont donc continué à digérer l'actualité des jours précédents.


"Parmi les éléments défavorables, on s'inquiète d'une hausse des taux d'intérêts américains, après des propos de Janet Yellen", présidente de la Réserve fédérale, qui a plaidé la veille en faveur d'une normalisation monétaire avant la fin de l'année, a précisé M. Flynn.


Non seulement la Fed retirerait un important soutien à l'économie américaine en relevant ses taux, actuellement presque nuls, ce qui provoquerait des craintes pour la demande d'or noir, mais une telle mesure renforcerait le dollar.


Or la force du billet vert, qui s'accentue jeudi à la suite des propos de Mme Yellen, rend plus coûteux et donc moins intéressants les échanges pétroliers, libellés en dollars.


"On continue aussi à se préoccuper de la surabondance de pétrole", a rapporté M. Flynn. "Aujourd'hui, Genscape", un cabinet d'analyses très suivi, "a fait état d'une hausse d'un million de barils (des réserves de brut) à Cushing."


Ce terminal, situé dans l'Oklahoma, est très suivi car il sert de référence aux cours du WTI.


FAILLITES


Toutefois, au sujet de l'offre américaine, les dernières nouvelles officielles en date sont plutôt encourageantes, au lendemain de l'annonce par le département de l'Energie (DoE) d'une nette baisse des réserves de pétrole brut aux Etats-Unis.


"Ce qui est positif, c'est aussi que les raffineries américaines fonctionnent à un niveau record", a souligné M. Flynn. "On évoque beaucoup la faiblesse de la demande et la surabondance, mais les raffineries ne semblent pas s'en soucier. Si la demande était si décevante, pourquoi les raffineries fonctionneraient-elles à 95% de leur capacité ?"


"On entend parler de la baisse de 4,3 millions de barils dans les réserves de brut et, sur le même plan, de l'utilisation sans précédent de 16,8 millions de barils par jour par les raffineries, mais dans l'ensemble, le marché reste bien approvisionné", ce qui limite la réaction positive du marché, a nuancé Tim Evans de Citi.


Signe de la pression persistante sur l'industrie américaine, l'un de ses acteurs, le groupe Sabine Oil & Gas, lié au vaste fonds First Reserve, a déposé mercredi son bilan. Il suit ainsi d'autres groupes, notamment le producteur de pétrole de schiste Quicksilver Resources, qui avait mis en mars ses activités aux Etats-Unis sous la protection de la loi américaine sur les faillites.


Sur le plan international, "l'effervescence retombe sur l'accord nucléaire iranien et ses implications pour le marché nucléaire l'an prochain", a rapporté Matt Smith, de ClipperData.


Annoncé en début de semaine, l'accord entre Téhéran et les grandes puissances ouvre la voie à une levée des sanctions et donc à une reprise des exportations iraniennes, même si la majorité des observateurs ne s'y attendent pas avant 2016.


Enfin, les cours du Brent ont plus particulièrement été soutenus par la fermeture non prévue du champs pétrolier "Buzzard" en mer du Nord, au large de l'Écosse, qui produit 170'000 à 180'000 barils par jour (b/j). Les opérations pourraient reprendre ce jeudi ou vendredi, selon le courtier PVM.


(c) AFP


Commenter Pétrole: le brut hésite dans un marché qui ne parvient pas à rebondir


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur...

vendredi 17 novembre 2017 à 18:11

Le pétrole dopé par l'optimisme du ministre saoudien de l'En…

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens après des propos rassurants du ministre saoudien de l'Energie alors que...

vendredi 17 novembre 2017 à 15:21

Le pétrole ouvre en hausse à New York, le marché rassuré par…

New York: Le pétrole new-yorkais montait à l'ouverture vendredi, des propos du ministère saoudien de l'Energie rassurant les marchés sur la possibilité...

vendredi 17 novembre 2017 à 12:22

Le pétrole remonte, le soutien saoudien à l'accord sur la pr…

Londres: Les prix du pétrole étaient galvanisés vendredi en cours d'échanges européens par le ministre saoudien de l'Energie, qui a réaffirmé le...

vendredi 17 novembre 2017 à 09:24

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...

vendredi 17 novembre 2017 à 06:48

Les cours du pétrole divergent en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans un marché qui se demande si la forte production américaine ne va...

jeudi 16 novembre 2017 à 23:23

TransCanada: fuite de pétrole sur l'oléoduc Keystone aux USA

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi la fermeture provisoire de son oléoduc Keystone entre le Canada et les Etats-Unis en raison...

jeudi 16 novembre 2017 à 20:58

Se tournant de nouveau vers l'Opep, le pétrole recule à New …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole new-yorkais s'est légèrement replié jeudi, les investisseurs se demandant si l'accord engageant l'Organisation des pays exportateurs de...

jeudi 16 novembre 2017 à 18:09

Le pétrole recule, la production américaine inquiète toujour…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens alors que la hausse des réserves américaines a renforcé le pessimisme...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite