Menu
RSS
A+ A A-

Un retour de l'Iran susciterait des tensions sur le marché du pétrole

prix du petrole koweïtkoweït: Une levée des sanctions et de l'embargo pétrolier devrait stimuler le commerce de l'Iran avec ses voisins arabes du Golfe mais pourrait à terme déclencher de vives tensions autour de la production de pétrole, selon des analystes.
L'Iran et les grandes puissances ont conclu mardi à Vienne un accord sur le nucléaire iranien, qui prévoit une levée progressive et réversible des sanctions économiques contre Téhéran à partir de début 2016.

En raison de l'embargo occidental, les exportations de l'Iran ont chuté de quasi moitié, d'environ 2,2 millions de barils par jour (mbj) mi-2012 à 1,2 mbj actuellement.

Le recul de la production iranienne a été largement compensé par l'Arabie saoudite, le Koweït et les Emirats arabes unis, tous membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). La production cumulée du cartel a augmenté d'environ 2 mbj durant la même période à 15,9 mbj, selon des statistiques du cartel.

Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh, a indiqué en juin que son pays souhaitait revenir à sa production d'avant l'embargo.

C'est notre droit de revenir sur le marché et j'ai demandé aux membres de l'Opep de considérer le retour de l'Iran, avait expliqué M. Zanganeh, assurant que son pays pourrait produire 0,5 mbj supplémentaire un mois après la levée de l'embargo, et 1 mbj après 6 à 7 mois.

Les économistes estiment qu'un retour de l'Iran à son ancienne production ne devrait pas avoir un impact immédiat sur un marché surabondant, car il serait progressif.

Toute la production additionnelle de l'Iran ira à l'exportation, mais cela ne va pas aggraver l'excédent sur les marchés, car l'augmentation sera progressive, note Jassem al-Saadoun, directeur d'Al-Shall, un cabinet de conseil économique au Koweït.

L'Iran devrait mettre quelques années pour atteindre son objectif de 1 mbj supplémentaire, dit-il à l'AFP.

- 'La fin de l'Opep' -

Selon le cabinet saoudien de consultants Jadwa Investments, l'Iran ne pourrait augmenter sa production que de 150.000 barils par jour au quatrième trimestre de cette année.

Après la levée de l'embargo, le brut iranien ne va pas à court terme inonder le marché, assure Jadwa.

Dans un rapport, ce cabinet souligne que Téhéran aura besoin de 6 à 12 mois pour se conformer pleinement à tous les termes de l'accord avec les puissances occidentales sur son programme nucléaire.

Mais la hausse attendue des exportations du brut iranien arrive à un moment où les producteurs se disputent déjà âprement les parts de marché. Une hausse possible de la production libyenne et irakienne risque en outre de compliquer la donne.

L'Arabie saoudite produit actuellement 10,3 mbj, un record, et l'Opep dépasse de plus de 1 mbj son plafond de production, fixé à 30 mbj.

Le vrai problème se posera lorsque les membres de l'Opep commenceront à se battre pour les quotas, sur fond d'offre excédentaire, prévient M. Saadoun.

Si l'Iran, le Venezuela, l'Algérie et la Libye entrent en conflit avec les producteurs du Golfe, ce sera la fin de l'Opep, prédit-il.

- Partenaire des Emirats -

Une levée des sanctions pourrait par ailleurs relancer les échanges commerciaux entre Téhéran et ses voisins arabes du Golfe, surtout Dubaï, le seul avec qui l'Iran commerce activement.

Le ministre émirati de l'Économie, Sultan al-Mansouri, a indiqué en juin que les échanges avec l'Iran avaient atteint 17 milliards de dollars en 2014 mais restaient inférieurs au record de 23 milliards USD, enregistré en 2011 avant l'application des sanctions.

L'Iran est le quatrième partenaire commercial des Emirats, notamment via Dubaï, où vit une importante communauté iranienne très active dans les affaires.

Le vice-président du Conseil d'affaires iranien à Dubaï s'attend à une hausse de ces échanges de 15% à 20% durant l'année suivant la levée des sanctions.

Les monarchies du Golfe pourraient utiliser une partie de leurs réserves financières, estimés à 2.500 milliards USD, pour investir en Iran -- mais à condition que les conflits régionaux soient maîtrisés.

M. Saadoun souligne que l'impact régional positif d'une levée des sanctions serait compromis si persistent les conflits en Irak, en Syrie et au Yémen, et des tensions confessionnelles.

Les relations commerciales sont susceptibles de s'améliorer avec les Emirats, mais je ne pense pas que ce sera le cas avec l'Arabie saoudite et le Koweït tant que la conjoncture politique ne s'améliore pas, conclut-il.



(c) AFP


Commenter Un retour de l'Iran susciterait des tensions sur le marché du pétrole


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur...

vendredi 17 novembre 2017 à 18:11

Le pétrole dopé par l'optimisme du ministre saoudien de l'En…

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens après des propos rassurants du ministre saoudien de l'Energie alors que...

vendredi 17 novembre 2017 à 15:21

Le pétrole ouvre en hausse à New York, le marché rassuré par…

New York: Le pétrole new-yorkais montait à l'ouverture vendredi, des propos du ministère saoudien de l'Energie rassurant les marchés sur la possibilité...

vendredi 17 novembre 2017 à 12:22

Le pétrole remonte, le soutien saoudien à l'accord sur la pr…

Londres: Les prix du pétrole étaient galvanisés vendredi en cours d'échanges européens par le ministre saoudien de l'Energie, qui a réaffirmé le...

vendredi 17 novembre 2017 à 09:24

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...

vendredi 17 novembre 2017 à 06:48

Les cours du pétrole divergent en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans un marché qui se demande si la forte production américaine ne va...

jeudi 16 novembre 2017 à 23:23

TransCanada: fuite de pétrole sur l'oléoduc Keystone aux USA

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi la fermeture provisoire de son oléoduc Keystone entre le Canada et les Etats-Unis en raison...

jeudi 16 novembre 2017 à 20:58

Se tournant de nouveau vers l'Opep, le pétrole recule à New …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole new-yorkais s'est légèrement replié jeudi, les investisseurs se demandant si l'accord engageant l'Organisation des pays exportateurs de...

jeudi 16 novembre 2017 à 18:09

Le pétrole recule, la production américaine inquiète toujour…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens alors que la hausse des réserves américaines a renforcé le pessimisme...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite