Menu
RSS

Le pétrole se stabilise grâce à des attentes de rééquilibrage

  • Écrit par Cours du baril
prix-du-petrole LondresLondres: Les prix du pétrole oscillaient autour de l'équilibre lundi en cours d'échanges européens, dans un marché toujours optimiste après la nouvelle baisse du nombre de puits de forage en activité aux États-Unis, mais qui restait lesté par la surabondance d'offre.
Vers 11H10 GMT (12H10 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 62,06 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 54 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mars grignotait 3 cents à 52,81 dollars.

Les attentes d'un énorme ralentissement de la production américaine sont clairement responsables de cet impressionnant rebond, notaient les analystes de Commerzbank.

Ces espoirs d'une baisse de la croissance de la production américaine, qui a atteint de nouveaux records depuis au moins 1983 la semaine dernière, étaient aidés par la baisse du nombre de puits de forage en activité aux États-Unis.

Selon le décompte publié vendredi par le groupe parapétrolier Baker Hughes, très attendu des opérateurs de marché ces dernières semaines, il y avait 84 plateformes en activité de moins la semaine dernière aux États-Unis, portant le nombre total d'unités en fonction à 1.056.

Le nombre de puits en activité a baissé pour la dixième fois consécutive, une première depuis le début de ces statistiques en 1987, et la dernière fois que le compte était si bas remonte à août 2011 d'après les analystes de Commerzbank.

L'annonce de la baisse des investissements dans le secteur pétrolier continuait également de soutenir les cours du pétrole.

En effet, depuis la fin du mois dernier, les géants pétroliers, comme Chevron, Total, BP et Royal Dutch Shell, ont annoncé tour à tour des diminutions de leurs budgets d'investissement et d'exploration, ce que certains opérateurs voient comme un signe annonciateur d'un nouveau déficit d'offre sur le marché.

Mais pour Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque, ces réductions budgétaires n'auront pas d'impact sur l'offre avant plusieurs mois.

C'est surtout à moyen et à long terme que la baisse des investissements décidée par plusieurs compagnies pétrolières de premier plan pourrait avoir une influence à la hausse significative sur les cours. Cela ne pourrait être réellement perceptible que d'ici plusieurs semestres, notait M. Dembik.

De plus, pour l'analyste, la reprise économique demeure encore trop faible, notamment en zone euro, pour créer l'électrochoc sur ce marché souhaité par de nombreux pays exportateurs de pétrole.

Pour beaucoup d'analystes cette hausse des prix ne trouve pas de réelle justification si l'on regarde les fondamentaux de marché.

Ce rebond des cours arrive à un drôle de moment si l'on considère que l'excédent de brut ne va atteindre son pic qu'en avril et que la production américaine continue de croître malgré toutes les coupes budgétaires et la baisse du nombre de plateformes aux États-Unis, notaient les analystes de JBC Energy.

Mais les achats de brut liés au report actuel dans le marché, lorsque les prix du pétrole au comptant sont plus bas que les cours du pétrole dans le futur, apporte du soutient à l'or noir.

Des gros volumes de pétrole sont retirés du marché et entreposés, à tel point que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime que les stocks de l'OCDE devraient atteindre des niveaux plus vus depuis 1998, soulignaient les experts du courtier PVM.

Cependant, le fait même que de larges volumes soient stockés par les opérateurs de marché souhaitant profiter du report en revendant à meilleur prix des barils achetés à bas prix, devrait ralentir la hausse des cours.

L'impact naturel du stockage est de retirer un peu de pression sur les prix du pétrole dont la date de livraison est proche, en l'étalant sur l'ensemble de la courbe des prix, ce qui modère tout rebond, expliquaient les analystes de PVM.







Commenter Le pétrole se stabilise grâce à des attentes de rééquilibrage

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 27 juin 2017 à 18:14

Le pétrole se reprend, aidé par l'accès de faiblesse du doll…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur reprise mardi en fin d'échanges européens, aidés notamment par un accès de faiblesse du dollar...

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

mardi 27 juin 2017 à 15:08

Rosneft se dit victime d'une "puissante attaque informa…

Moscou: Le géant russe du pétrole Rosneft s'est dit victime mardi d'une "puissante attaque informatique" visant ses serveurs, précisant que sa production...

mardi 27 juin 2017 à 12:33

Le pétrole tente de se reprendre mais reste sous pression

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu mardi en cours d'échanges européens, tentant de nouveau de se reprendre mais restant proches...

mardi 27 juin 2017 à 07:13

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse mardi en Asie, les prix continuant à se stabiliser après cinq semaines...

lundi 26 juin 2017 à 21:08

Le pétrole termine en hausse, le marché tente de se stabilis…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse lundi, poursuivant leur stabilisation et profitant d'achats à bon compte...

lundi 26 juin 2017 à 20:54

France: les prix des carburants poursuivent leur baisse

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué de se replier la semaine dernière, tombant au plus bas...

lundi 26 juin 2017 à 18:07

Russie: le pétrolier Rosneft obtient des excuses d'un média …

Moscou: L'un des rares médias jugés indépendants en Russie, RBK, a présenté lundi des excuses au pétrolier Rosneft et son influent patron...

lundi 26 juin 2017 à 17:59

Le pétrole peine à trouver une direction

Londres: Les cours du pétrole peinaient à accrocher un cap lundi en fin d'échanges européens, oscillant faiblement autour de l'équilibre après la...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite