Menu
RSS
A+ A A-

Shell limite la baisse de ses bénéfices en pleine baisse des cours

prix-du-petrole LondresLondres: Le bénéfice net de Royal Dutch Shell a légèrement reculé de 2% au premier trimestre, des réductions de coûts et les marges tirées de projets en eaux profondes compensant en partie la baisse des cours du brut.
Entre le 1er janvier et le 31 mars, Shell a dégagé un bénéfice net de 4,430 milliards de dollars. Indicateur-clef pour le marché, le bénéfice à coûts courants (CCS) - qui exclut notamment la variation de valeur des stocks d'hydrocarbures - a grimpé de 7% à 4,761 milliards de dollars, a annoncé la compagnie pétrolière jeudi.

Dans l'amont, les bénéfices ont été impactés par la baisse importante des prix du pétrole et du gaz, a expliqué la compagnie anglo-néerlandaise dans un communiqué, ajoutant avoir subi en outre l'impact de taux de change moins favorables.

Les cours du brut ont chuté de près de moitié entre le mois de juin dernier et le premier trimestre de 2015.

Ceci fut compensé en partie par de moindres coûts et par les marges importantes tirées des volumes de production de nouveaux projets en eaux profondes, ainsi que par une meilleure performance opérationnelle, a souligné Shell.

Le groupe a expliqué avoir tiré davantage de revenus de ses activités de raffinage et de ses opérations de négoce d'hydrocarbures sur les marchés.

La compagnie a procédé en outre à des ventes d'actifs jugés non stratégiques, notamment au Nigeria, pour un total de 2 milliards de dollars.

Elle a annoncé le versement d'un dividende trimestriel inchangé, à 0,47 dollar par titre.

Le directeur général de Shell, Ben van Beurden, a souligné que la compagnie entendait devenir plus forte avec l'acquisition annoncée du producteur britannique d'hydrocarbures BG Group.

La combinaison avec BG accélèrerait la stratégie de croissance de Shell en direction des eaux profondes et du gaz naturel liquéfié et créerait un tremplin pour optimiser encore davantage nos actifs, notamment notre portefeuille d'actifs à long terme, a-t-il précisé dans le communiqué.

Shell a révélé le 8 avril avoir fait une offre amicale en numéraire et en actions de 47 milliards de livres (65 milliards d'euros) pour acquérir BG, dont le conseil d'administration a donné son feu vert.

Interrogé à ce sujet lors d'une conférence téléphonique jeudi, le directeur financier de Shell, Simon Henry, a assuré qu'il y avait une unanimité parmi les principaux actionnaires du groupe sur le bien fondé stratégique de cette acquisition.

Il a ajouté que si elle constituait, de loin, la principale opération de ce type jamais lancée par Shell sur le plan financier, elle ne devrait pas engendrer pas de défi d'intégration insurmontable en terme opérationnel. Le portefeuille d'activités de BG est assez clair et complémentaire avec celui de Shell, a-t-il souligné, ajoutant que BG ne comptait que 5.000 salariés, soit un nombre relativement modeste en comparaison des 94.000 employés de Shell.

Cette acquisition réalisée, M. Henry a précisé que Shell n'aurait plus beaucoup de liquidités disponibles, ce qui devrait réduire sa capacité à se lancer dans de nouvelles acquisitions, bien que le groupe ne s'interdise pas des opérations de petite envergure.

Les résultats de Shell ont dépassé les attentes. Comme pour son rival BP, la chute des prix du pétrole a entraîné une baisse des bénéfices tirés des activités en amont, mais c'est partiellement compensé par l'amélioration des activités aval, comme le raffinage et le négoce, a expliqué Keith Bowman, analyste à la maison de courtage Hargreaves Lansdown Stockbrokers.

Il a salué la stratégie de la direction de Shell qui vend des actifs non stratégiques et réduit ses dépenses capitalistiques et de fonctionnement, tout en saisissant l'opportunité d'acquérir les actifs complémentaires de BG Group.

Le titre Shell (action A) grimpait de 0,83% à 2.069 pence vers 09H40 GMT à la Bourse de Londres, dans un marché globalement stable.

pn/jmi/gib

ROYAL DUTCH SHELL PLC

BG GROUP

BP

Bourse de Londres



(c) AFP

Commenter Shell limite la baisse de ses bénéfices en pleine baisse des cours


La Compagnie pétrolière Shell

Total, Shell et Statoil s'allient dans le stockage de CO2 en Norvège

lundi 02 octobre 2017

Paris: Les géants pétroliers Total, Shell et Statoil ont annoncé lundi avoir signé un accord de partenariat pour développer un premier projet commercial de stockage de dioxyde de carbone (CO2) en Norvège.


-Toute l'actualité de la compagnie pétrolière Shell

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 18 octobre 2017 à 12:35

Le pétrole monte un peu, aidé par les stocks américains et l…

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu mercredi en cours d'échanges européens, portés par des données encourageantes sur les réserves américaines...

mercredi 18 octobre 2017 à 10:28

pétrole: Bagdad demande à BP de revenir "au plus vite…

Bagdad: Le ministre irakien du pétrole Jabbar al-Louaibi a demandé mercredi à la compagnie British Petroleum (BP) "de prendre au plus vite...

mercredi 18 octobre 2017 à 07:50

Le pétrole à la hausse en Asie

hong kong: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse mercredi en Asie, bénéficiant des estimations de la fédération professionnelle American...

mardi 17 octobre 2017 à 21:07

Tout en surveillant l'Irak, le pétrole fait du surplace

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole coté à New York et à Londres sont restés quasi stables mardi, les investisseurs attendant...

mardi 17 octobre 2017 à 19:23

Bagdad reprend aux Kurdes la quasi-totalité des champs pétro…

Bay hassan (irak): Les troupes gouvernementales irakiennes ont repris mardi la quasi-totalité des champs pétroliers de la province de Kirkouk après le...

mardi 17 octobre 2017 à 18:18

Le pétrole recule, la situation semble se stabiliser en Irak

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en fin d'échanges européens alors que les marchés semblaient rassurés de voir les combattants kurdes...

mardi 17 octobre 2017 à 17:47

La crise entre Bagdad et les Kurdes rend le marché du pétrol…

Londres: Les tensions entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak menacent la production d'or noir, et pourraient mener à une...

mardi 17 octobre 2017 à 15:21

Le pétrole porté à New York par les tensions au Moyen-Orient

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait mardi à l'ouverture, soutenu par un regain de tensions...

mardi 17 octobre 2017 à 13:10

Le conflit entre l'Irak et le Kurdistan pourrait faire monte…

Londres: Alors que le conflit s'intensifie entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak, les marchés surveillaient avec inquiétude la situation...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite