Menu
RSS
A+ A A-

Pétrole: la Russie reste incontournable malgré les sanctions

prix-du-petrole LondresLondres: Les sanctions occidentales et la baisse des cours du pétrole font l'effet d'une double peine pour le secteur pétrolier en Russie, dont ce pays reste un producteur incontournable.
La Russie est la principale perdante de la chute des prix du pétrole, qui ont perdu plus de 50% de leur valeur depuis la mi-juin, d'après de nombreux experts réunis lors de la semaine internationale du pétrole à Londres.

Le pays, qui a produit 10,6 millions de barils par jour en 2014, est en compétition directe avec les États-Unis et l'Arabie saoudite pour le titre de plus grand producteur de pétrole au monde.

Mais la Russie pourrait voir sa production diminuer à cause d'une baisse des investissements dans le secteur.

Dans son dernier rapport sur le marché du pétrole à moyen terme, l'Agence internationale de l'énergie (AIE), estime que la production du pays pourrait diminuer de plus de 500.000 barils par jour d'ici à 2020.

La Russie souffre des sanctions et de la chute des prix du pétrole. Chacun de ces facteurs pris séparément n'aurait pas forcément un gros impact sur la production du pays, a expliqué Antoine Halff, en charge de l'industrie pétrolière à l'AIE.

Mais la combinaison de la perte des revenus pétroliers (qui représentent près de 45% des rentrées budgétaires du pays, NDLR) et de l'impossibilité de se financer sur les marchés à cause des sanctions pour compenser le manque à gagner représente un défi pour l'industrie pétrolière russe, insiste-t-il.

Les motivations pour les investissements en Russie sont limitées pour le moment, note James Henderson, chercheur à l'institut Oxford.

Mais malgré les sanctions, des opportunités pourraient émerger afin que la Russie continue à produire, notamment pour les entreprises étrangères en Russie, dans le secteur conventionnel (hors offshore ou pétrole de schiste, NDLR). BP regarde déjà du côté de la Sibérie, a-t-il ajouté.

Pour le moment, les sanctions ne rendent pas la tâche aisée aux géants occidentaux présents en Russie, comme ExxonMobil, Total, Statoil et ENI.

Mais pour Franco Magnani, vice-président Europe du nord et Russie de l'italienne ENI, les perspectives de développement du secteur sont favorables car les ressources pétrolières russes sont trop importantes pour être négligées.

La compagnie italienne précise qu'elle se conforme aux sanctions occidentales tout en cherchant à continuer à travailler avec son partenaire, le géant pétrolier russe Rosneft, sur des activités qui ne sont pas concernées par les sanctions.

- Forage russe -

Les sanctions contre la Russie incluent, entre autres, l'interdiction de fournir certains équipements pétroliers, comme des tiges de forage, pour des projets offshore en eaux profondes, ou dans l'Arctique, ou encore de forage de puits de pétrole de schiste.

Ce n'est pas simple, souligne M. Magnani. A moyen et long termes, il est crucial que les tensions géopolitiques se dissipent, permettant de développer des projets plus risqués et coûteux, précise ENI.

Si la stabilité ne revient pas, la Russie va finir par développer ses propres technologies et savoir-faire pour explorer de nouvelles ressources, explique M. Magnani.

Un mouvement déjà amorcé chez Rosneft qui a pris la décision, face aux sanctions, d'augmenter les effectifs dans sa branche de services pétroliers.

Dans le futur, près de 70 à 80% de nos projets seront forés par nos soins et cela sera bien plus efficace, explique Igor Setchine, président de Rosneft, devant un parterre d'experts du secteur.

Le président s'est également dit prêt à accepter les monnaies locales pour l'établissement des contrats à long terme, afin de développer les parts de marché de la compagnie en Asie, plus principalement en Chine.

Nous connaissons des moyens de convertir les yuans (devise chinoise) et nous sommes prêts à nous atteler à la tâche si nous devons le faire, précise-t-il.

Rosneft a été touchée par les sanctions occidentales qui empêchent la compagnie de se financer sur les marchés à long terme même si, selon son président, l'entreprise opère avec confiance dans le présent contexte.

Mais M. Setchin a souligné que la Russie n'était pas la seule à pâtir de la situation. Les sanctions contre la Russie menacent l'approvisionnement de pétrole de l'Europe à long terme, a-t-il souligné.

cv/dh/pn/cj

BP

EXXONMOBIL

TOTAL

STATOIL

ENI

ROSNEFT







Commenter Pétrole: la Russie reste incontournable malgré les sanctions


Le pétrole en Russie


vendredi 17 novembre 2017

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...

jeudi 16 novembre 2017

Pétrole: Rosneft a creusé un puits de 15 km, un record

Moscou: Le géant russe des hydrocarbures Rosneft a annoncé jeudi avoir creusé un puits horizontal d'une longueur sans précédent de 15 kilomètres...

mercredi 18 octobre 2017

Le russe Rosneft va payer jusqu'à 400 M USD au Kurdistan pou…

Moscou: Le géant semi-public russe du pétrole Rosneft a annoncé mercredi un accord avec les autorités du Kurdistan irakien à qui il...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 21 novembre 2017 à 06:01

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Le pétrole rebondissait mardi en Asie, mais les gains demeuraient limités avant une réunion de l'Opep au cours de laquelle le...

lundi 20 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole baisse à dix jours d'une réunion stratégique de l…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en baisse lundi, les investisseurs se montrant prudents...

lundi 20 novembre 2017 à 18:44

Les prix des carburants toujours en hausse en France

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter la semaine dernière, selon des chiffres publiés lundi.

lundi 20 novembre 2017 à 18:36

USA: Dernier obstacle franchi pour la construction de l'oléo…

Chicago: La construction de l'oléoduc Keystone XL, qui divise aux Etats-Unis défenseurs de l'environnement et partisans du développement des ressources énergétiques, a...

lundi 20 novembre 2017 à 18:35

Le pétrole recule à dix jours de la réunion de l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient lundi en fin d'échanges européens alors que l'avenir de l'accord de réduction de la production sera...

lundi 20 novembre 2017 à 15:48

Le pétrole new-yorkais, en baisse, le regard tourné vers une…

New York: Le pétrole new-yorkais baissait peu après l'ouverture lundi, les marchés hésitant à dix jours d'une réunion de l'Organisation des pays...

lundi 20 novembre 2017 à 12:12

Le pétrole recule, le marché hésite à dix jours d'une réunio…

Londres: Les prix du pétrole reculaient lundi en cours d'échanges européens dans un marché renouant avec la prudence, alors que l'avenir de...

lundi 20 novembre 2017 à 04:51

Les cours du pétrole mitigés en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en Asie dans l'attente de l'éventuelle prolongation de l'accord conclu par l'Opep pour limiter la...

vendredi 17 novembre 2017 à 20:59

Le pétrole, rassuré sur l'Opep, termine en nette hausse

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en nette hausse vendredi, porté par des propos rassurants du ministère saoudien de l'Energie sur...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite