Menu
RSS
A+ A A-

Le rééquilibrage du marché pétrolier pourrait tarder, notamment à cause de l'Iran

prix-du-petrole ParisParis: La résorption de la surabondance de pétrole sur le marché pourrait prendre plus de temps que prévu, du fait notamment de l'accord sur le nucléaire iranien qui laisse présager une nouvelle hausse de la production, a estimé mercredi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).
Le rééquilibrage du marché du pétrole, dont les prix se sont effondrés au second semestre 2014, pourrait n'en être qu'à ses débuts, avertit l'organisation dans son rapport mensuel d'avril sur le pétrole.

L'agence basée à Paris souligne que la visibilité sur les perspectives du marché, loin de s'améliorer, a eu tendance à se réduire au cours des dernières semaines, du fait d'un environnement en constante évolution.

Principal fait nouveau depuis son précédent rapport, l'accord-cadre sur le nucléaire iranien signé le 2 avril change sensiblement la donne, car il ouvre la voie à une levée de l'embargo américain et européen sur les exportations d'hydrocarbures du pays.

L'une des nombreuses questions en suspens sur le marché aujourd'hui est à quelle vitesse la production et les exportations de l'Iran monteront en puissance si un accord définitif est signé?, note l'organisation.

L'Iran, qui a produit 2,8 millions de barils par jour (mb/j) au mois de mars, est capable en théorie de produire pas moins de 3,4 mb/j à 3,6 mb/j dès quelques mois après la levée des sanctions, estime-elle.

Le pays, membre de l'OPEP, a par ailleurs accumulé d'importants stocks, estimés à au moins 30 millions de barils, qui pourraient arriver sur le marché encore plus rapidement.

Dans le même temps, la perspective du retour de l'Iran pourrait déjà avoir encouragé d'autres producteurs à relever leur offre pour prendre des positions sur le marché avant cette échéance, ajoute l'AIE.

Or ces évolutions interviennent dans une situation où l'offre est déjà surabondante. L'AIE estime ainsi qu'au premier trimestre 2015, elle s'est établie à 94,5 millions de barils par jour, alors que la demande atteignait en moyenne 93 mb/j.

Au début du mois, l'agence américaine pour l'énergie (EIA) calculait qu'une levée des sanctions la conduirait à réduire de 5 à 15 dollars sa prévision du prix du pétrole en 2016. L'agence voit actuellement le baril de Brent à 75 dollars l'an prochain, et le WTI, à 70 dollars.

Autres facteurs qui maintiennent les cours sous pression: le niveau élevé du dollar, qui rend le brut libellé en dollars plus cher pour les détenteurs d'autres devises, et le niveau record des stocks aux Etats-Unis, observe l'AIE.

Les cours du pétrole brut ont perdu environ 50% de leur valeur depuis juin 2014, malgré un léger rebond depuis le début de l'année.

Le baril de WTI échangé à New York s'échangeait mercredi autour de 54 dollars, tandis que le Brent à Londres évoluait au-dessus de 60 dollars.

- Production nord-américaine freinée -

A plus court terme, l'AIE, a toutefois revu en baisse sa prévision de la production des pays non-Opep pour 2015, du fait des perspectives moins positives pour la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis et de sable bitumineux au Canada (freinée par la chute des cours), ainsi qu'en raison du conflit au Yémen, qui a divisé par deux la production du pays.

Elle prévoit désormais que la production hors-Opep croîtra de 630.000 barils par jour, contre une hausse de 750.000 estimée le mois dernier, à 57,4 mb/j.

L'Opep a de son côté un plafond officiel de production de 30 mb/j. En mars, elle a cependant atteint 31,02 mb/j, l'Arabie saoudite ayant porté sa production à des niveaux records tandis que celle de l'Irak et de la Libye a fortement rebondi.

Du côté de la demande, l'AIE, qui défend les intérêts des pays consommateurs, a légèrement relevé sa prévision pour 2015.

La consommation de pétrole dans le monde devrait augmenter de 1,1 million de barils par jour (mb/j) cette année pour atteindre environ 93,6 millions de mb/j, portée par des températures froides au premier trimestre et un environnement économique en nette amélioration, prévoit l'AIE.

Le mois précédent, l'organisation avait dit tabler sur une croissance de 990.000 barils par jour, à 93,5 mb/j.

Des poches inattendues de forte demande ont émergé, observe-t-elle. Mais, plus qu'une réponse au faible niveau des prix du pétrole, le rebond de la demande pourrait être lié à des achats d'opportunité ou à des fins de stockage, et pourrait donc s'avérer de courte durée.



(c) AFP




Commenter Le rééquilibrage du marché pétrolier pourrait tarder, notamment à cause de l'Iran


Le pétrole en Iran


mardi 11 juillet 2017

Hydrocarbures: l'Iran espère signer 10 contrats dans les pro…

Istanbul: Dans la foulée du contrat conclu avec un consortium international mené par le français Total, l'Iran espère signer "environ dix contrats...

dimanche 02 juillet 2017

Total, premier pétrolier occidental de retour en Iran avec u…

Téhéran: Le groupe pétrolier français Total, à la tête d'un consortium international, va signer lundi à Téhéran un accord de 4,8 milliards...

lundi 13 mars 2017

Pétrole: Hyundai signe un accord de 3 mds EUR dans un projet…

Séoul: Le groupe sud-coréen Hyundai Engineering a signé un accord portant sur un montant de trois milliards d'euros pour investir dans un...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 17 octobre 2017 à 13:10

Le conflit entre l'Irak et le Kurdistan pourrait faire monte…

Londres: Alors que le conflit s'intensifie entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak, les marchés surveillaient avec inquiétude la situation...

mardi 17 octobre 2017 à 12:20

Le pétrole grimpe, la fièvre géopolitique reprend les marché…

Londres: Les prix du pétrole montaient à nouveau mardi en cours d'échanges européens, alors que les tensions au Kurdistan irakien et en...

mardi 17 octobre 2017 à 12:18

Bagdad reprend deux grands champs pétroliers aux Kurdes à Ki…

Bay hassan (irak): Les troupes irakiennes ont repris mardi les deux principaux champs pétroliers de la ville de Kirkouk après le retrait...

mardi 17 octobre 2017 à 06:13

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient mardi en ordre dispersé en Asie après avoir fortement augmenté lundi du fait des perturbations dans...

lundi 16 octobre 2017 à 21:03

Le pétrole porté par les tensions en Irak

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en hausse lundi après la prise de contrôle par les forces irakiennes du siège du...

lundi 16 octobre 2017 à 19:36

Glencore et le Qatar cèdent 14% de Rosneft pour 7,8 milliard…

Genève: Le consortium contrôlé par Glencore et le fonds souverain du Qatar ont annoncé lundi avoir conclu un accord pour céder pour...

lundi 16 octobre 2017 à 18:31

Le pétrole monte, la production perturbée en Irak par les te…

Londres: Les cours du pétrole montaient lundi en fin d'échanges européens alors que la production des deux principaux champs pétroliers de Kirkouk...

lundi 16 octobre 2017 à 18:07

France: les prix des carburants ont baissé la semaine derniè…

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont légèrement reculé la semaine dernière, selon des chiffres officiels publiés lundi.

lundi 16 octobre 2017 à 15:48

Le pétrole, porté par les tensions en Irak, ouvre en hausse …

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, porté par un regain de tensions...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite