Menu
RSS
A+ A A-

Libye: contrôler le pétrole, un casse-tête pour le gouvernement reconnu

prix-du-petrole benghazi (libye)Benghazi (libye): L'ambition du gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale de contrôler les exportations pétrolières se heurte à de nombreux obstacles pour convaincre les acheteurs étrangers.
Le gouvernement installé dans la ville de Tobrouk (est) a récemment établi sa propre société nationale pétrolière pour rivaliser avec la National Oil Corporation (NOC), qui gère le secteur depuis plus de quatre décennies.

La Libye compte ainsi deux NOC, qui s'ajoutent aux deux gouvernements et aux deux parlements se disputant le pouvoir et les revenus de l'or noir, la principale richesse économique du pays plongé dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

Le gouvernement dirigé par Abdallah al-Theni, reconnu internationalement, a véritablement lancé la nouvelle NOC dimanche en lui confiant le rôle de superviser les opérations de vente et exportations de pétrole des champs sous le contrôle du gouvernement légitime.

Basée à Benghazi (est), elle entend ainsi faire directement concurrence à la NOC basée depuis 1970 à Tripoli, la capitale dont se sont emparés à l'été 2014 les miliciens de Fajr Libya (Aube de la Libye).

Cette rivalité renforce encore l'incertitude et la complexité pour les acheteurs de pétrole libyen, souligne Valérie Marcel, chercheuse à l'institut Chatham House à Londres. Elle prévoit que seuls les navires de ceux qui prennent le plus de risques vont accoster aux terminaux de la nouvelle NOC.

Souleimane Ibrahim, professeur d'économie à Benghazi, s'attend aussi à ce que les compagnies pétrolières étrangères fassent preuve d'une prudence extrême.

Ces compagnies traitent avec la NOC de Tripoli depuis des dizaines d'années et ne vont pas changer d'interlocuteur maintenant, estime-t-il. De ce fait, le gouvernement reconnu ne pourra vendre du pétrole que sur le marché noir (...) ou via d'autres pays.

Des contraintes techniques et logistiques pourraient également doucher les espoirs du cabinet de M. Theni.

- 'Cela aggrave les divisions' -

Le porte-parole de la NOC à Tripoli précise ainsi que toutes les questions techniques, ainsi que la base des données et le réseau des (clients) se trouvent dans la capitale. Cela va rendre difficile le travail de la nouvelle NOC, estime Mohamed al-Hrari.

Le chef de celle-ci, Mabrouk Abou Seif, assure toutefois avoir commencé des négociations avec des compagnies pétrolières qui sont liées avec la Libye par des contrats en vigueur.

La compagnie doit ainsi ouvrir un nouveau compte bancaire aux Emirats arabes unis et des bureaux en Allemagne, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, selon une décision du gouvernement.

Jusqu'à présent, c'est la banque extérieure libyenne qui collecte les recettes pétrolières avant de les transférer à la Banque centrale qui se contente depuis le début de la crise de payer les salaires des fonctionnaires, sans financer directement l'un ou l'autre gouvernement.

L'ouverture d'un compte bancaire indépendant aggrave la division dans le pays, ce que la communauté internationale tente d'éviter, estime M. Ibrahim, en faisant allusion aux efforts de l'ONU pour trouver une issue à la crise.

La communauté internationale rejettera vraisemblablement le compte (du gouvernement reconnu) aux Emirats arabe unis et tentera de maintenir la neutralité de la Banque centrale jusqu'à la réussite du dialogue sous l'égide de l'ONU, poursuit-il.

Khaled Abdallah, un consultant financier auprès de compagnies pétrolières, note en outre que les partenaires et clients de la Libye traitent avec la Banque centrale libyenne et la NOC comme des institutions neutres, ce qui rend difficile au gouvernement Theni d'obtenir une couverture internationale.

La NOC réfute en effet toute allégeance en affirmant sa neutralité et en appelant les belligérants à garder le secteur pétrolier en dehors des querelles politiques.

La Libye a vu sa production s'effondrer après la chute de Kadhafi, le pays ne produisant plus que quelque 350.000 barils par jour, contre plus de 1,5 million avant 2011.

La région qui s'étend entre Tripoli et Benghazi, à l'est, abrite les principaux terminaux pétroliers du pays que les groupes islamistes ont tenté de prendre à plusieurs reprises.




 



Commenter Libye: contrôler le pétrole, un casse-tête pour le gouvernement reconnu


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 23 novembre 2017 à 03:33

pétrole : un cousin de Chavez nommé à la tête de Citgo, fili…

Caracas: Le président vénézuélien Nicolas Maduro a nommé mercredi un cousin de l'ancien dirigeant Hugo Chávez comme président de Citgo, filiale américaine...

mercredi 22 novembre 2017 à 21:10

Le pétrole new-yorkais termine au plus haut depuis juillet 2…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à londres a terminé en forte hausse mercredi, profitant d'une baisse hebdomadaire...

mercredi 22 novembre 2017 à 18:13

Le pétrole profite de la baisse des réserves de brut aux Eta…

Londres: Les cours du pétrole montaient mercredi en fin d'échanges européens, profitant de la baisse des réserves de brut des Etats-Unis la...

mercredi 22 novembre 2017 à 17:16

USA: baisse des stocks de brut et nouveau record de producti…

New York: Les stocks de pétrole brut ont baissé aux Etats-Unis la semaine dernière après deux semaines de hausse surprise de suite...

mercredi 22 novembre 2017 à 15:31

Le pétrole avance, anticipant une baisse des réserves de bru…

New York: Le pétrole new-yorkais a ouvert la séance en hausse mercredi, poussé par la perspective d'une baisse des réserves hebdomadaires de...

mercredi 22 novembre 2017 à 12:18

Le pétrole monte, les réserves de brut des états-Unis auraie…

Londres: Les prix du pétrole montaient mercredi en cours d'échanges européens alors que la fédération américaine professionnelle de l'API a estimé que...

mercredi 22 novembre 2017 à 06:22

Le pétrole grimpe en Asie

Singapour: Le pétrole était orienté à la hausse, mercredi matin, dopé par des estimations d'une nette baisse des réserves américaines de brut...

mardi 21 novembre 2017 à 21:08

Le pétrole profite de propos favorables à un accord de l'Ope…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en hausse mardi, profitant de signaux optimistes sur...

mardi 21 novembre 2017 à 18:19

Le pétrole stable, prudence des marchés avant la réunion de …

Londres: Les cours du pétrole se stabilisaient mardi en fin d'échanges européens alors que les investisseurs restaient prudents à une dizaine de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite