Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole baisse, moral en berne après le rapport de l'AIE

prix-du-petrole LondresLondres: Les cours du pétrole dégringolaient vendredi en fin d'échanges européens, après les mises en garde de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) sur la possibilité d'une nouvelle baisse des cours, et sur fond d'augmentation possible de l'offre iranienne sur les marchés.
Vers 17H05 GMT (18H05 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 55,81 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,77 dollar par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 1,74 dollar à 45,31 dollars.

La chute des cours vendredi a ravivé les inquiétudes sur le fait que les cours pourraient descendre plus bas qu'en janvier (les prix du Brent et du WTI ont respectivement atteint 45,19 dollars et 43,58 dollars le baril en janvier, NDLR) et que le rebond de février n'était qu'un piège pour les investisseurs pariant sur une hausse des prix, prévenait Chris Beauchamp d'IG.

Les cours du pétrole ont en effet entamé une phase de stabilisation au mois de février grâce à la combinaison de facteurs comme des températures plus froides dans l'hémisphère nord, des intempéries retardant les chargements en Irak ou au Koweït, ainsi que des perturbations liées aux violences en Libye.

Mais l'Agence Internationale de l'énergie a prévenu vendredi que derrière la façade de la stabilité, la phase de rééquilibrage qui a été déclenchée par la chute des prix n'a pas encore fait son temps, et il est peut-être excessivement optimiste de s'attendre à ce que tout se déroule sans heurt.

L'agence a pointé du doigt la croissance de l'offre américaine qui n'a montré jusqu'à maintenant peu de signes de ralentissement et qui continue de défier les attentes.

L'agence a également nourri les inquiétudes des marchés sur la capacité des réserves américaines à accueillir plus de pétrole brut.

La fin de la saison de maintenance des raffineries pourrait ralentir la croissance des stocks au deuxième trimestre 2015, mais cela ne va pas l'arrêter et les réserves pourraient bientôt atteindre leur limite de capacité, soulignait l'agence.

Les opérateurs de marché s'étaient montrés soucieux ces derniers temps vis-à-vis de la hausse des stocks à Cushing (Oklahoma, centre-sud des États-Unis) notamment, car elle pourrait faire pression sur les prix du brut américain.

Les compagnies pétrolières utilisent l'excuse de l'augmentation des réserves de brut comme une excuse pour demander au gouvernement américain de lever l'interdiction sur les exportations de brut américain, notait d'ailleurs Jasper Lawler de CMC Market.

Les États-Unis ne peuvent pas vendre leur brut à l'étranger mais peuvent ré-exporter le brut Canadien, et n'ont pas de limite sur les exportations de produits pétroliers.

Une lévée de l'interdiction pourrait remettre à niveau les cours des deux références du brut, et les emmener à de nouveaux plus bas, expliquait M. Lawler.

L'AIE a néanmoins légèrement relevé ses estimations pour la croissance de la demande mondiale de pétrole en 2015.

Les prévisions de croissance de la demande pour 2015 ont été relevées de 75.000 barils par jour (bj), (pour atteindre environ) 1 million de bj, portant la demande totale à 93,5 millions de bj, a souligné l'AIE.

L'équilibre entre l'offre et la demande va se resserrer dans la deuxième partie de l'année, mais l'Iran demeure l'inconnue de l'équation, notait Olivier Jakob de Petromatrix.

Les puissances occidentales, qui ont imposé à l'Iran un arsenal de sanctions économiques, y compris contre le secteur pétrolier, sont engagées dans de difficiles négociations avec Téhéran pour le convaincre d'abandonner son programme nucléaire controversé.

Un accord avec l'Iran pourrait conduire le pays à exporter un million de barils de plus par jour, selon les experts de Commerzbank.

L'Iran serait déjà en train de rechercher des acheteurs pour ses volumes de pétrole supplémentaires, notait Ole Hansen de Saxo Banque.







Commenter Le pétrole baisse, moral en berne après le rapport de l'AIE


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 24 novembre 2017 à 20:15

Le pétrole progresse à quelques jours d'une réunion stratégi…

NYC/Cours de clôture: Le pétrole coté à New York et à Londres a terminé en hausse vendredi lors d'une séance écourtée, profitant...

vendredi 24 novembre 2017 à 18:17

Le pétrole monte, l'oléoduc Keystone reste paralysé

Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en fin d'échanges européens, le WTI américain profitant en particulier d'une perturbation régionale de l'offre...

vendredi 24 novembre 2017 à 15:23

Le pétrole progresse, s'inquiétant des conséquences d'une fu…

New York: Le pétrole new-yorkais a débuté la séance en hausse vendredi, la fermeture depuis plusieurs jours d'un oléoduc reliant le Canada...

vendredi 24 novembre 2017 à 13:27

Le pétrole grimpe, l'oléoduc Keystone perturbe l'offre nord-…

Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, alors qu'un oléoduc majeur qui relie le Canada et les États-Unis...

vendredi 24 novembre 2017 à 08:12

Le pétrole en ordre dispersé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions divergentes en Asie, le "light sweet crude" (WTI) enfonçant un plus haut...

jeudi 23 novembre 2017 à 18:10

Le pétrole tâtonne dans un marché perturbé par Thanksgiving

Londres: Les cours du pétrole divergeaient jeudi en fin d'échanges européens alors que les marchés sont restés fermés aux Etats-Unis en raison...

jeudi 23 novembre 2017 à 12:33

Le pétrole recule un peu, marché fermé aux états-Unis

Londres: Les prix du pétrole baissait légèrement jeudi en cours d'échanges européens, dans une séance atone alors que les marchés resteront fermés...

jeudi 23 novembre 2017 à 12:15

Appel à la grève de la CGT pétrole: mouvement diversement su…

Paris: L'appel à la grève de la CGT pétrole pour "préserver" la convention collective de la branche, remise en cause selon elle...

jeudi 23 novembre 2017 à 06:11

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, après la forte hausse de la veille, alors que...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite