Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole hésite, gêné par un dollar fort et une offre excédentaire

prix-du-petrole LondresLondres: Les prix du pétrole hésitaient toujours lundi en fin d'échanges européens, gênés par un dollar porté par les divergences de politique monétaire entre les États-Unis et la zone euro, dans un marché où la surabondance d'offre continue de peser.
Vers 17H15 GMT (18H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 59,11 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 62 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance gagnait 67 cents à 50,29 dollars.

Le renchérissement du dollar pèse sur les cours du pétrole, notaient les analystes de JBC Energy.

Les cours du billet vert restaient élevés lundi en cours d'échanges européens, même si le billet vert s'est un peu essoufflé lundi après avoir fini la semaine en trombe porté par de bon indicateurs américains.

Le dollar s'est affaibli face aux principales monnaies car l'élan de la semaine dernière s'est un peu dissipé, mais il s'agit juste d'un arrêt au stand et le prochain mouvement du billet vert sera à la hausse, notait David Madden de IG.

Les divergences de politiques monétaires entre la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE) aiguisent l'appétit des investisseurs qui parient sur une hausse de la devise dans les mois à venir.

La BCE va débuter ce lundi son programme de rachats d'actifs à hauteur de 60 milliards d'euros par mois, tandis que les bonnes performances de l'économie américaine poussent la Fed à en terminer avec sa politique de taux d'intérêt à zéro pour cent, expliquait-on chez JBC Energy.

Un dollar fort a tendance à nuire aux matières premières libellées dans cette monnaie, en les rendant moins attrayantes car plus onéreuses pour les investisseurs munis d'autres devises.

La baisse du nombre de puits de forage en activité aux États-Unis n'a pas suffi à soutenir fermement le marché, malgré une accélération du rythme des fermetures par rapport aux deux semaines précédentes.

Selon le décompte hebdomadaire du groupe parapétrolier Baker Hughes, il y avait 64 plateformes pétrolières en activité de moins la semaine dernière, par rapport à la semaine précédente, portant le total à 922 puits.

Les analystes de la banque d'affaires Goldman Sachs restaient prudents sur la solidité du rebond des cours amorcé ces trois dernières semaines, car l'offre d'or noir demeure surabondante.

Pour Goldman Sachs, la hausse récente des cours et l'optimisme des marchés ont été portés par des facteurs ponctuels, comme les intempéries en Irak et les violences en Libye.

La météo peu clémente, les violences et les sanctions ont retiré 885.000 barils par jours du marché en janvier/février par rapport au mois de décembre, soulignaient-ils.

Depuis plusieurs semaines, la Libye est le théâtre d'une série d'attaques revendiquées ou attribuées au groupe jihadiste EI qui contrôle des pans entiers de territoire en Syrie et en Irak.

Mais pour les analystes de Goldman Sachs, il n'y a plus beaucoup de soutien à attendre pour les cours du côté de la Libye, car les volumes de production sont si bas, que le risque d'une nouvelle baisse est limité.







Commenter Le pétrole hésite, gêné par un dollar fort et une offre excédentaire


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 18 août 2017 à 21:36

Le pétrole termine la semaine sur une très bonne note

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé vendredi sur une bonne note une semaine marquée par une hausse de la...

vendredi 18 août 2017 à 18:14

Le pétrole remonte dans un marché prudent

Londres: Les cours du pétrole remontaient vendredi en fin d'échanges européens, dans un marché hésitant, après des données américaines contrastées et avant...

vendredi 18 août 2017 à 17:31

Pétrole: Pdvsa (public) paie les intérêts de sa dette

Caracas: La compagnie pétrolière publique vénézuélienne PDVSA a démenti vendredi les rumeurs d'un possible défaut de paiement, dans un contexte de profonde...

vendredi 18 août 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en petite hausse à New York à la fin d'une …

New York: Les cours du pétrole new-yorkais ont ouvert en très légère hausse vendredi, à la fin d'une semaine de baisse au...

vendredi 18 août 2017 à 12:34

Le pétrole stable avant une nouvelle réunion de l'Opep

Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient vendredi en cours d'échanges européens, le marché hésitant après des données américaines contrastées et avant...

vendredi 18 août 2017 à 06:27

Le pétrole recule légèrement en Asie

séoul: Les cours du pétrole reculaient légèrement en Asie vendredi, les investisseurs ignorant la baisse des stocks de brut américain pour privilégier...

jeudi 17 août 2017 à 21:27

Le pétrole termine en hausse, hésitant entre stocks et produ…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi, à l'issue d'une séance hésitante au cours de laquelle les...

jeudi 17 août 2017 à 18:12

Le pétrole rebondit, le marché reste prudent

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en fin d'échanges européens dans un marché incertain après des données contrastées sur les réserves...

jeudi 17 août 2017 à 15:27

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York, plombé par la …

New York: Les cours du pétrole ont ouvert en légère baisse jeudi à New York, restant timorés au lendemain de l'annonce d'une...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite