Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole grimpe dans un marché optimisme soutenu par les troubles en Libye et en Irak

prix-du-petrole LondresLondres: Les prix du pétrole continuaient de grimper mardi en cours d'échanges européens, après avoir atteint pour le Brent leur plus haut niveau en près de deux mois, portés par le retour des investisseurs et des perturbations du côté de l'offre Libyenne et Irakienne.
Vers 11H20 GMT (12H20 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 61,97 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 57 cents par rapport à la clôture de lundi. La référence du brut européenne a atteint lundi son plus haut niveau depuis le 22 décembre 2014, à 62,57 dollars le baril.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance gagnait 33 cents à 53,11 dollars.

Les cours du pétrole semblaient être soutenus depuis le début de la semaine par le retour de l'appétit des investisseurs pour la matière première, selon plusieurs analystes.

Le moral des investisseurs a certainement changé ces deux dernières semaines. On peut concevoir qu'après avoir perdu 50% de sa valeur en quelques mois la matière première était sur-vendue, mais, tout de même, le fait que les cours aient regagné 20% de leur valeur en deux semaines est un accomplissement en soit, commentait Jameel Ahmad, analyste de FXTM.

Les prix du Brent, la référence européenne du brut, ont gagné près de 30% depuis leur plus bas cette année, atteint le 13 janvier, lorsque le baril de Brent valait 45,19 dollars, et était au plus bas depuis mi-mars 2009.

Les analystes de Commerzbank estimaient de leur côté que les cours pourraient continuer de grimper, car en plus de l'optimisme des investisseurs les cours du pétrole sont également aidés par des perturbations de la production d'or noir, notamment en Libye et en Irak.

Une attaque a récemment été conduite contre un site pétrolier du centre de la Libye en fin de semaine dernière.

Les sites pétroliers en Libye sont sujets à des actes de sabotages réguliers, ce qui a même poussé la compagnie pétrolière nationale libyenne à demander plus de protections pour ses sites, soulignaient-on chez Commerzbank.

La production est tombée à 150.000 barils par jour (bj) en Libye après l'attaque sur le pipeline qui relie les champs pétroliers de Sarir qui produisaient 185.000 bj au port de Marsa al-Hariga, selon JBC Energy.

Par ailleurs, le groupe État islamique (EI) semble gagner du terrain notamment dans le centre du pays, faisant craindre de plus fortes répercussions sur le plan géopolitique dans le Moyen-Orient.

La production libyenne est faible et nous réitérons nos observations faites il y a deux mois: par le passé la chute importante des cours s'est traduite quelques mois plus tard par des événements géopolitiques importants. La possibilité d'une intervention militaire extérieure se rapproche pour la Libye, notaient les analystes de Petromatrix.

Du côté de l'Irak, les retards de livraison causés par le mauvais temps ont réduit considérablement les volumes d'exportation du pays.

Les exportations de pétrole depuis le sud de l'Irak sont à peine arrivées à 1,5 million de barils par jour dans les dix premiers jours de février, soit moitié moins que prévu pour le mois et 900.000 barils de moins qu'en janvier, estimaient les analystes de Commerzbank.

Cela va se traduire par une perte de revenue significative pour le gouvernement fédéral de Bagdad, à un moment où le Premier ministre du Kurdistan irakien a accusé les autorités de ne pas verser à la région autonome sa part de revenus pétroliers.

Un accord signé en décembre, qui aurait dû prendre effet en début d'année, stipulait que le Kurdistan devait mettre à disposition du gouvernement fédéral 250.000 barils par jour, tandis que 300.000 barils par jour doivent être transférés de la province de Kirkouk.

En contrepartie, Bagdad devait débloquer la part dévolue au gouvernement régional kurde dans le budget national, gelée depuis plus d'un an en raison du différend pétrolier qui empoisonne les relations entre Bagdad et Erbil.







Commenter Le pétrole grimpe dans un marché optimisme soutenu par les troubles en Libye et en Irak


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

lundi 25 septembre 2017 à 12:16

Kurdistan irakien: assécher les revenus du pétrole dépend de…

Bagdad: L'arrêt des transactions pétrolières avec le Kurdistan irakien, demandé par Bagdad comme mesure de rétorsion à la tenue lundi du référendum...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite