Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole monte mais l'offre demeure surabondante

prix-du-petrole LondresLondres: Les cours du pétrole étaient en hausse lundi en fin d'échanges européens, toujours aidés par les spéculations autour de la grève dans certaines raffineries américaines et la baisse du nombre de plateformes pétrolières en activité aux États-Unis, mais la tendance globale restait baissière.
Vers 17H10 GMT (18H10 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 54,42 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,43 dollar par rapport à la clôture de vendredi. Vers 11H00 GMT, la référence européenne du brut a atteint son plus haut niveau en quatre semaines à 55,62 dollars le baril.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance gagnait 1,14 dollar à 49,38 dollars.

La grève lancée par le syndicat United Steelworkers (USW) aux États-Unis a fait grimper en flèche les prix du pétrole dans la matinée, selon plusieurs analystes. La demande de produits pétroliers, et notamment d'essence, a augmenté les marchés spéculant que la grève pourrait affecter 10% de la capacité de raffinage américaine.

Les prix du brut ont fortement augmenté pour la deuxième session consécutive, la grève des raffineries aux États-Unis s'étant traduite par des spéculations sur le fait que la production (de produits pétroliers) pourrait être impactée, confirmait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Matt Smith de Schneider Electric notait cependant que les raffineries devraient fonctionner normalement, considérant l'information désormais digérée.

Les analystes d'IG voyaient dans le rebond du pétrole des signes d'espoir, mais tempéraient les ardeurs du marché en disant que les opérateurs pariant sur une hausse des prix du pétrole devraient modérer leur enthousiasme.

Il y a pléthore de mauvaises nouvelles dans le marché du pétrole et n'importe quelle bonne nouvelle va entraîner un rebond de court terme, notait-on chez IG.

Mais le sentiment reste baissier sur les marchés du pétrole, la surabondance d'offre pesant toujours sur les cours, même si la baisse du nombre de plateformes pétrolières en activité aux États-Unis a été positivement accueillie.

Il y avait 94 plateformes pétrolières actives de moins la semaine dernière, ce qui représente la plus forte chute sur une semaine depuis que le début des statistiques en 1987, notaient les analystes de Commerzbank.

D'après la banque allemande, la baisse a été attribuée pour les deux tiers à un déclin du nombre de plateformes horizontales, celles utilisées pour extraire le pétrole de schiste.

La plupart des observateurs du marché ont été surpris par l'échelle du déclin, et pensent que la production américaine devrait sans doute baisser, soulignaient les analystes.

Les analystes de Morgan Stanley soulignaient cependant que la baisse du nombre de plateformes pétrolières aux États-Unis n'est pas forcément synonyme d'une réduction de la production.

Le déclin du nombre de plateformes peut paraître impressionnant mais lorsqu'on regarde les chiffres, ce sont les plateformes à faible production qui ont été fermées, précisait-on chez Morgan Stanley.

Mais la banque d'affaires notait tout de même que quelques bonnes plateformes ont été perdues avec les mauvaises, notamment en raison d'une hausse des coûts de fret ferroviaires d'or noir.







Commenter Le pétrole monte mais l'offre demeure surabondante


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

lundi 25 septembre 2017 à 12:16

Kurdistan irakien: assécher les revenus du pétrole dépend de…

Bagdad: L'arrêt des transactions pétrolières avec le Kurdistan irakien, demandé par Bagdad comme mesure de rétorsion à la tenue lundi du référendum...

lundi 25 septembre 2017 à 10:32

L'Opep va discuter de la prolongation des réductions de prod…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Opep discutera en novembre de la prolongation des réductions de production qui ont stimulé les prix et...

lundi 25 septembre 2017 à 05:23

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole reculaient lundi en Asie après une réunion de l'Opep qui s'est terminée sans engagement tangible sur une...

dimanche 24 septembre 2017 à 20:50

Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui…

Bagdad: Le gouvernement irakien a demandé dimanche à tous les pays de ne traiter qu'avec lui pour les transactions pétrolières après la...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite